Qui a besoin de Complement Alimentaire Fer?

Toute personne dont l’apport alimentaire classique est insuffisant pour apporter le niveau de fer nécessaire dont le corps a besoin aura intérêt à prendre des Complement Alimentaire Fer. Le fer est un minéral essentiel qui contribue, entre autres choses, à un bon fonctionnement du système immunitaire, ainsi qu’à la formation de globules rouges. Ces cellules contiennent de l’hémoglobine – une protéine qui permet le transport de l’oxygène des poumons vers les autres parties du corps.

Différentes études, comme celle réalisée par l’université de Lausanne à montré que les femmes en âge de procréer ainsi que celles qui sont enceintes ont le plus besoin de fer et sont donc les plus susceptibles d’avoir besoin de prendre cette forme de supplément alimentaire. Pour les femmes qui viennent de terminer leur ménopauses (ainsi que pour les hommes de tout âge) la cause la plus fréquente de carence en fer est la perte de sang gastro-intestinale causée par l’absorption de médicaments luttant contre les inflammation comme l’aspirine et l’ibuprofène ou par des ulcères d’estomac.

Il est rare que le régime seul puisse tenir compte d’une manque de fer et ce même si il est présent dans de nombreux aliments courants tels que la viande, le poisson, les légumes verts, les noix et les légumineuses. Certains végétariens peuvent eux-aussi bénéficier de suppléments de fer.

Apports nutritionnels recommandés en fer

               Apport nutritionnel recommandé en fer (source-5)
Âge Hommes Femmes
de 0 à 6 mois 0,27 mg* 0,27 mg*
de 7 à 12 mois 11 mg 11 mg
de 1 à 3 ans 7 mg 7 mg
de 4 à 8 ans 10 mg 10 mg
de 9 à 13 ans 8 mg 8 mg
de 14 à 18 ans 11 mg 15 mg
de 19 à 50 ans 8 mg 18 mg
plus de 51 ans 8 mg 8 mg
Femmes enceintes 27 mg
Femmes qui allaitent 9 mg
(plus de 18 ans)
10 mg
(18 ans et moins)

Une carence en fer..faut pas « sans fer » ?

L’insuffisance d’apport en fer peut provoquer une anémie dont les symptômes sont, entre autres, la fatigue, la pâleur, les palpitations, une diminution des performances intellectuelles (en particulier chez les enfants) ou un affaiblissement de la fonction immunitaire. Le risque de carence en fer est plus élevé chez certaines personnes : par exemple, les femmes en âge de procréer (surtout celles dont les règles sont abondantes), les femmes enceintes, les adolescentes, les enfants en période de croissance (notamment entre six mois et quatre ans), les végétaliens, les athlètes féminines, les personnes souffrant d’ulcères digestifs.

L’insuffisance d’apport en fer peut être diagnostiquée en dosant deux protéines du sang : l’hémoglobine et la ferritine, une protéine dont la concentration sanguine permet d’évaluer l’état des réserves de l’organisme en fer. Le fer est également proposé pour améliorer les performances physiques des sportifs, les performances intellectuelles des enfants et des adolescents, ainsi que pour combattre la fatigue.

Quelle supplémentation en fer choisir ?

Il existe deux types de fer: le fer d’origine ferreuse ou héminique et celui d’origine ferrique ou non héminique: On trouve le premier dans les aliments d’originale animale comme la viande ou le poisson. Les végétaux contiennent en revanche du fer non héminique.

Le problème est que le fer est un oligo-élément difficilement absorbé par l’organisme. Il n’en retient en moyenne qu’un quart d’origine héminique et seulement de 1 à 10 % d’origine non héminique. L’organisme absorbe donc plus facilement le fer qui provient de la viande que celui des céréales et des légumes. A noter que l’absorption du fer non héminique est largement influencée par les autres éléments nutritifs consommés simultanément: la vitamine C (acide ascorbique) et certaines substances présentes dans la viande (acides aminés soufrés et peptides) facilitent son absorption dans l’intestin, alors que certaines substances contenues dans les végétaux (phytates présentes dans les céréales et les légumineuses, polyphénols présents dans les fruits, les légumes, le thé et le vin) l’inhibent.

De nombreux médicaments historiques proposent des supplémentations en Fer à dose supraphysiologique : la forme utilisée (sulfate ou oxyde de Fer notamment) est très mal assimilée (moins de 5%), expliquant que les doses utilisées sont alors importantes dans le but de garantir une assimilation résiduelle suffisante. Débute alors un véritable cercle vicieux : ces formes de Fer, souvent à l’origine de constipation et de selles noires, sont responsables d’une altération de la muqueuse intestinale, aggravant ainsi le déficit à long terme.  Certains médicaments contiennent également de la vitamine C : or comme nous l’avons évoqué, la forme synthétique (acide ascorbique) ne permet pas la conversion en un Fer bien assimilé…

Il existe aujourd’hui différentes formes de Fer très bien tolérées et bien assimilées : le bisglycinate de Fer est une forme chélatée, particulièrement intéressante. La réglementation des compléments alimentaires impose un dosage maximal à 12 mg / jour, de préférence en dehors d’un repas (aucun problème de tolérance), pendant une longue période, de 3 à 6 mois en général. Ainsi, n’attendez pas d’atteindre de très faibles valeurs de ferritine pour réagir…

Il existe d’autres formes de Fer bien assimilées, telle la spiruline enrichie en Fer évoquée précédemment (marque Végifer par exemple) ou des produits à base de Fer associé à des polysaccharides (Feramax au Québec).

L’association à la vitamine B12 peut se justifier en cas de déficit dans cette dernière. Les vitamines B6 et B9 peuvent également être impliquées (préférer l‘apport de vitamine B9 sous forme de methylfolate). De même l’association au Cuivre est parfois proposée, ce dernier participant au transport du fer dans l’organisme. Attention toutefois aux excès dans la mesure où le Cuivre, comme le Fer, s’avère pro-oxydatif lorsqu’il est pris en quantité excessive.

Précautions à prendre avec le fer

La prise de compléments de fer doit impérativement être faite sous contrôle médical. En effet, le fer s’accumule dans l’organisme et son excès peut provoquer une intoxication grave : douleurs articulaires, diabète, troubles cardiaques, cirrhose du foie, voire cancers du côlon et du rectum. La prise d’une dose massive de fer peut également provoquer un empoisonnement avec troubles du foie et des reins, état de choc et coma. Pour cette raison, les compléments riches en fer doivent être maintenus hors de portée des enfants.

Ingéré à des doses modérées (inférieures à 45 mg par jour), le fer peut causer des effets indésirables mineurs tels que douleurs abdominales, constipation, diarrhée, selles de couleur noire, nausées ou vomissements. Attention, la prise de compléments de fer peut aggraver un ulcère gastroduodénal, ainsi que les symptômes de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse. Les personnes souffrant d’alcoolisme chronique doivent éviter de prendre des compléments de fer.

Le fer diminue l’absorption de certains médicaments comme les antibiotiques de la famille des cyclines et des quinolones, les traitements de l’ostéoporose ou les hormones thyroïdiennes. Respectez un délai de deux heures entre la prise de fer et celle de ces médicaments.

Comment utiliser et conserver vos Complement Alimentaire Fer?

Certains aliments et certains médicaments peuvent avoir des conséquences sur la capacité d’absorption du fer de votre organisme. Pour avoir de meilleurs résultats, il convient de prendre les compléments en fer lorsque l’estomac est encore vide. Toutefois, cette forme d’absorption peut conduire à des des maux d’estomac et certaines personnes préfèrent les prendre après un repas. Si c’est votre choix, il faut faire attention à ce que le repas soit faible en produits laitiers car ces derniers peuvent limiter les effets de l’absorption des Complement Alimentaire Fer. Le thé et le café doivent aussi être évités pour la même raison. Certains aliments contenant de la vitamine C peuvent aider à une bonne absorption. Si vous oubliez de prendre une dose, ne doublez pas la suivante pour compenser.

Si vous êtes déjà sous ordonnance pour d’autres produits, vérifiez avec votre médecin traitant que les Complement s Alimentaires à base de Fer n’auront pas d’effets indésirables.

Consultez également votre médecin si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous souffrez d’une inflammation des intestins ou si vous êtes âgé de moins de 18 ans. Conservez vos suppléments dans un endroit frais et sec, loin des enfants. Ne dépassez jamais la dose recommandée.