Vitamines: des alliées de notre santé

Merci de partager à vos connaissancesShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Les vitamines sont des substances indispensables à la vie. Nous retrouvons dans le mot vitamine, le latin « vita » qui signifie « vie ». Elles interviennent dans toute une série de réactions chimiques essentielles au fonctionnement normal de notre corps. Hélas, ne ne pouvons synthétiser nous-même ces précieuses substances. Nous devons les apporter par notre alimentation. De manière générale, une alimentation équilibrée doit nous fournir les 13 vitamines en quantité suffisante.

Il y a des moments dans notre vie où nos besoins vitaminiques sont accrus : grossesse, maladie, croissance… Il existe des moyens de conserver et d’assimiler au mieux ces précieuses vitamines, vitales et essentielles à notre corps. Et quand l’alimentation ne suffit plus à un apport suffisant. Il faudra alors augmenter son apport par le biais de compléments alimentaires.

 

Ce qu’elles sont :

  • Ce sont des substances indispensables à notre organisme. Seulement, nous ne sommes pas capables d’en réaliser la fabrication. Ainsi, c’est l’alimentation qui est censée nous fournir ces précieuses substances.
  • A l’inverse de la plupart des éléments nutritifs comme les sucres, les protéines ou les graisses, les vitamines sont nécessaires en très petites quantités car elles agissent à faible doses. Pour vous donner une idée, les quantités vitaminiques requises sont 1000 fois moins importantes que le trio protéine-lipide-glucide.
  • Les vitamines participent grandement au métabolisme de nos cellules. Elles interviennent dans toute une série de transformations chimiques qui font que notre corps se construit et fonctionne correctement.

Ce qu’elles ne sont pas :

  • Ce ne sont pas des aliments, dans la mesure où elles n’apportent pas directement d’énergie et donc pas de calories.
  • Elles ne participent pas à la construction de l’organisme ; elles aident les cellules à effectuer leurs réactions chimiques.
  • Ce ne sont pas des substances inoffensives car certaines vitamines prises en excés peuvent provoquer des troubles de la santé.

Carence et Déficience en vitamines ? Quelles différences ?

  • La carence vitaminique ou avitaminose désigne l’absence ou l’insuffisance d’un apport en vitamine. Cela entraîne des troubles de la santé caractéristiques pour une vitamine donnée. Elle peut être due soit à un apport alimentaire insuffisant soit à une carence au niveau digestive. Les signes cliniques provoqués par une carences n’apparaissent pas brusquement. C’est lors d’un état prolongé que surviennent les symptômes. A ce stade l’organisme aura épuisé toutes ses réserves en vitamines. Un état de carence provoque l’apparition de maladies graves qui régressent bien souvent lorsque l’organisme reçoit à nouveau la vitamine manquante. Quelques exemples : une carence en vitamine C provoque le Scorbut, une carence en vitamine D cause le rachitisme… Sachez que dans nos pays industrialisés, les grandes maladies de carences ont pratiquement disparu car notre régime alimentaire est satisfaisant pour ouvrir les besoins en vitamines. Ce qui n’est pas le cas des pays en sous-nutrition.
  • Si les maladies de carence sont extrêmement rares dans nos régions, ce n’est pas le cas des états de déficience. Certaines personnes peuvent voir leur état de santé s’altérer par un manque de vitamine. Cet état de déficience est également appelé hypovitaminose. Il peut s’agir d’une insuffisance d’apports vitaminiques ou d’un accroissement des besoins en vitamines.

Les personnes à risque :

Insuffisances d’apport

  • les personnes placées dans des maisons de retraite ou de soins
  • les anorexiques
  • les personnes suivant des régimes amaigrissants inadéquats
  • les édentés
  • les personnes souffrant de troubles intestinaux chroniques
  • les personnes faisant un usage prolongé de médicaments.

    Accroissement des besoins

  • les jeunes en période de croissance

  • les grands sportifs

  • les femmes enceintes, allaitantes, sous contraceptifs oraux

  • lors de prise de certains médicaments

  • les fumeurs : les besoins en vitamines C et A sont augmentés car la nicotine est responsable d’une perte plus rapide des vitamines par désaturation des tissus

  • les alcooliques (vit A, B1,B12, B6, C)

  • les personnes vivant en milieu pollué peuvent avoir des besoins accrus en vitamines, surtout en vitamine D ( diminution de la synthèse cutanée par réducation de l’ensoleillement dû aux fumées industrielles), ainsi qu’en vitamines A,E,C

Les principales causes de déficience

  • Une alimentation déséquilibrée

Une alimentation déséquilibrée n’assure pas l’apport qualitatif et quantitatif de toutes les substances indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

Évitez les fast-food et les plats préparés. Le mieux est de préparer soit même ses repas, or certaine personnes, bien souvent seuls

  • Dépression

La diminution ou l’absence d’appétit résultant d’un état dépressif : solitude, ennui, démotivation… peut être à la base d’une déficience vitaminique.

  • L’anorexie

Une restriction volontaire des apports alimentaires peut entraîner un déficit en vitamine. La peur maladive de l’obésité et l’obsession de la minceur propres à notre société sont souvent à l’origine de ce trouble qui atteint surtout les femmes.

  • Troubles digestifs

C’est au niveau du tube digestif que les vitamines sont absorbées. Si le tube digestif n’est pas en bon état, l’absorption des aliments et donc des vitamines sera incomplète, d’où un risque de déficience.

– Troubles digestifs aigus : Elle joue un rôle extrêmement important dans l’absorption des vitamines. Des troubles digestifs tels que : constipations, diarrhées, infections intestinales, parasitoses, insuffisances hépatique etc… sont les signes d’une digestion perturbée. Digestion perturbée rime bien souvent avec flore intestinale perturbée. Il est donc primordial d’entretenir sa flore intestinale afin que vos intestins puissent remplir convenablement leurs rôle d’absorption des nutriments !

– Troubles digestives chroniques: Les personnes atteintes de troubles chroniques du transit intestinal absorbent mal les vitamines : diarrhées chroniques, stéatorrhées, affections du pancréas etc.

– Problèmes dentaires: Nous n’y pensons pas forcément mais des problèmes dentaires graves peuvent être responsables d’une insuffisance d’apport alimentaire pour des raisons « mécaniques »

– Intervention chirurgicale: Les personnes ayant subi une opération chirurgicales consistant à enlever une partie du tube digestif.

– Prise de médicaments: L’usage prolongé de certains médicaments diminue la résorption des vitamines ( pansements gastriques,laxatifs)

Nb: Il a été constaté que même quand le régime alimentaire est équilibré, la couverture des besoins en vitamines n’atteint que 80 % des apports conseillés. Alors où sont passés les 20 % restants ? Dans nos régions, les techniques de transformations et de conservations des aliments sont responsables d’une diminution de la teneur en vitamines de ces aliments.

Les principales causes de pertes vitaminiques :

  • Le blutage ( séparation du son et de la farine), est souvent excessif. Un blutage poussé permet d’obtenir une farine très blanche ? Mais la conséquence en est une perte importante de vitamines : 2/3 des vitamines du groupe B seraient ainsi perdus).

    Ainsi le pain « blanc » est beaucoup plus pauvre en vitamine B1 ( 0,08 mg pour 100g) que le pain « complet » ( 0,25 pour 100g).

    D’où l’intérêt de se tourner vers des produits à base de farine complètes biologique pour un apport plus important en nutriments.

  • L’écrémage du lait enlève la plus grande partie des vitamines liposolubles.

  • Le blanchiment des légumes avant conservation ou congélation a pour but d’améliorer la qualité de celles-ci et aussi de réduire le volume des aliments. Il consiste à ébouillanter les légumes ou à les passer à la vapeur.

    La perte due à l’ébouillantage peut atteindre 60 % pour la vitamine C, 30 % pour la B1, 40 % pour la B2.

  • La déshydratation entraîne une perte vitaminique très importante.

  • La cuisson provoque inévitablement des pertes en vitamines ( B1 et C surtout). Préférez la cuisson à la vapeur douce qui dénature beaucoup moins les aliments.

   Notre mode de vie fait que nous mangeons de plus en plus de plat «  tout-prêts » et de moins en moins d’aliments frais. Si les aliments industrielles « prêts à manger » facilitent grandement la vie, ils sont en partie responsables d’une perte vitaminique importante…. Comme on vient de le voir, ceci est dû aux technologies de transformation et de conservation des denrées alimentaires.

Il est préférable de cuisiner soi-même ses plats et de consommer des aliments frais, de saison et de proximité.                       Je suis sûre que vous êtes entourés de petits producteurs locaux aux produits de qualité. Ce qui est bien, c’est que l’on sait d’où ça vient, les produits n’ont pas été conservés pendant des jours en chambres froides avant d’être proposés aux consommateurs en grande surface. Conséquence ? Vos aliments sont de meilleurs qualités, remplis de vitamines, minéraux et oligo-éléments, pour le plus grand bonheur de vos papilles et surtout de votre santé !

Autre conseil: notre santé passe par la santé de nos intestins, lieu d’absorption de tous les éléments essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. C’est d’ici que tout commence. C’est pour cela qu’il est important de chouchouter sa flore intestinale.

A compté du 26 décembre, je publierai chaque jour sur notre compte Facebook Soin et Nature une fiche détaillée pour vous présenter chaque vitamine: leurs rôles, sources alimentaires, les troubles liés aux carences…

1 commentaires sur “Vitamines: des alliées de notre santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *