Balance acido-basique de notre organisme, comment la rééquilibrer ?

balance acido-basique
Merci de partager cet article sur
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Comment jauger la balance entre degrés d’acidité et d’alcalinité quand la santé est un équilibre instable qui doit être reconquis sans cesse ?

Notre balance se déstabilise de multiples manières : entre l’activité et le repos, entre les besoins du corps et les aliments effectivement consommés, entre la production et l’élimination de toxines… mais aussi dans le subtil équilibre entre les bases et les acides présents dans notre corps.

Chaque fibre du corps humain répond par conséquent à cet équilibre entre acidité et alcalinité. Le corps ne peut cependant tolérer que de tout petits écarts dans les degrés d’acidité. Ce degré se mesure en pH (Potentiel Hydrogène), à l’aide de papier pH. À noter que 6,9 est donc considéré comme acide et 7,1 comme alcalin.

Le pH sanguin :

Le pH sanguin se situe en effet entre 7,3 et 7,4. Aucune vie n’est donc possible en dehors de ce taux, la moindre variation pouvant entraîner d’importants troubles, voire la mort. Notons cependant que les excès d’acidification sont impossibles car le pH du sang est maintenu par l’organisme en puisant les substances alcalines dans les autres organes, quitte à les carencer.

Prenons l’exemple du calcium, qui est un élément alcalin. Un apport en moyenne de 1,2 g (1200 mg) est plutôt suffisant pour un adulte. Lorsque son taux dans le sang diminue de 3 % en-dessous du seuil idéal, le corps va aller chercher le calcium là où il est sûr d’en trouver, par exemple dans les os, le cartilage ou les dents.

Au bout de quelques années d’excès d’acidité, les minéraux puisés vont faire défaut aux organes, entraînant ainsi une déminéralisation, laquelle occasionnera des troubles tels que l’arthrose, l’ostéoporose ou les caries dentaires. Pour arrêter la déminéralisation et permettre aux os et au cartilage de se régénérer, l’équilibre acido-basique doit être rétabli.

Le pH urinaire :

Il tourne autour de 5,2. Son acidité est une barrière naturelle pour protéger d’éventuelles intrusions de microbes, virus…

L’organisme peut-être acidifié par la pensée et les émotions (pensées négatives, colère, violence, stress), la fatigue, le manque de sommeil, le surmenage, le manque d’activité, une mauvaise oxygénation des cellules, l’excès d’aliments acides dans l’alimentation, un apport insuffisant d’aliments alcalins ainsi qu’un excès alimentaire en général.

Les surcharges d’acidité :

Lorsqu’on mange de la viande, les protéines sont digérées pour être transformées en acide urique, phosphorique, sulfurique… et leur élimination s’effectue par les reins.

Une consommation excessive de viande entraîne donc un travail d’élimination difficile des acides. La surcharge d’acidité qui en découle sera notamment stockée dans l’organisme au niveau des articulations, des muscles, des tissus…

Exemples de symptômes provoqués par une surcharge d’acidité :

  • Rhumatismes et troubles articulaires et osseux
  • Aphtes et fissures à la commissure des lèvres
  • Régurgitations et reflux gastriques, ulcères à l’estomac
  • Calculs et problèmes cutanés
  • Troubles ORL (sinusites, bronchites, otites…)
  • Céphalées
  • Sensation de brûlure et prurit anal
  • Crampes musculaires
  • Système immunitaire moins efficace
  • Fatigue chronique
  • Frilosité
  • Dépression, nervosité, irritabilité
  • Syndrome des membres lourds
  • etc.

Quelques conseils pour rééquilibrer la balance acido-basique :

  • Diminuer les aliments acidifiants
  • Augmenter les produits alcalins
  • Privilégier les aliments crus (pour absorber un maximum de vitamines et de sels minéraux, qui sont détruits à la cuisson)
  • Consommer les aliments dans le bon ordre (on va aller du plus nutritif au moins nutritif en commençant par les légumes crus, puis les cuits et les féculents et enfin la viande)
  • Manger lentement, bien mâcher (cela rend les aliments plus alcalins)
  • Prendre ses repas dans le calme et/ou la joie (l’aliment le plus sain au monde devient toxique s’il est mangé à contrecœur ou sans plaisir)
  • Ne pas se forcer (se servir de petites portions et se resservir plutôt que gaspiller ou se forcer à terminer son assiette)
  • Ne pas manger contrarié (il est préférable d’attendre d’être plus calme ou de sauter le repas)
  • Cultiver une pensée positive (on a tous pu remarquer que les contrariétés modifient le transit)
  • S’oxygéner pour bien absorber les nutriments (balade en pleine nature, exercices de respiration abdominale)
  • Pratiquer une activité physique (adaptée à son niveau et ses envies)
  • Suivre une cure naturopathique une à plusieurs fois par an
  • Faire une cure de compléments alimentaires :
    • Ergybase Nutergia : Complexe de sels minéraux désacidifiant contribuant à un métabolisme acido-basique normal
    • PH Nat Bionops : Complément alimentaire 100 % naturel permettant d’apporter un équilibre acido-basique à l’organisme
    • PH Basic Biocyte : Complément alimentaire contribuant à un métabolisme acido-basique normal grâce au zinc et aidant à stabiliser le pH

Exemples d’associations d’aliments vivement déconseillées :

  • Glucides lents / Protéines animales (steak / frites, viande / pâtes, viandes / purée, riz / viande)
  • Produits laitiers / Pain
  • Viandes / Produits laitiers

Pour les enfants, on évitera la consommation de féculents (riz, pâtes, pomme de terre…) avec un produit laitier et/ou sucré en dessert. Cela provoque des troubles ORL, du type otite par exemple.

L’acidité est essentielle pour digérer une partie des aliments et combattre les agressions extérieures alors que l’alcalinité permet une bonne absorption des minéraux et évite les désagréments tels que les brûlures d’estomac, les reflux acides, etc.

Liste des aliments acidifiants et alcalinisants :

FRUITS :

  • Alcalinisant

Ananas, citron, clémentine, grenade, pamplemousse, mandarine, banane, figue, poire, pomme, raisin, noisette, cerise, fraise, pêche, tomate, melon, pastèque, amande sèche, châtaigne

  • Acidifiant

Orange, abricot, pruneau, noisette, noix sèche, pistache, fruits confits, groseilles, cassis, framboise, tomate

LEGUMES :

  • Alcalinisant

Aubergine, brocoli, cardon, chou, champignon, chicorée, chou-fleur, ciboulette, concombre, courge, courgette, cresson, endive, épinard, haricot vert, laitue, mâche, poireau, poivron, potiron, radis, châtaigne, pomme de terre, topinambour, avocat, olive, scarole, betterave, carotte, céleri rave, échalote, navet, panais, persil, petits pois, pissenlit, rutabaga, salsifis, salade

  • Acidifiant

Asperge, oseille, poireau, rhubarbe, artichaut, oignon, chou de Bruxelles

LEGUMES SECS / CEREALES :

  • Alcalinisant

Orge complète, maïs

  • Acidifiant

Fève, haricot sec, lentille, pois cassé, avoine, blé complet, farine blanche, farine d’avoine, fécule, pain blanc, pain complet, pâtes, riz complet, sarrasin, semoule, seigle, millet, arachide, soja

PRODUITS LAITIERS :

  • Alcalinisant

Lait humain, yaourt écrémé, fromage blanc bien égoutté

  • Acidifiant

Beurre, crème fraîche, lait de vache, fromage (les fromages forts sont plus acides que les doux), lait caillé, kéfir

OEUFS :

  • Alcalinisant

Jaune

  • Acidifiant

Blanc

SUBSTANCES ANIMALES :

  • Acidifiant

Viande de veau/bœuf, cervelle, crustacés, poisson, volaille, charcuterie, extrait de viande

DIVERS :

  • Acidifiant

Alcool, cacao, condiments, épices, pâtisserie, sucre, café, thé, miel, les huiles végétales (surtout l’arachide et les huiles durcies ou raffinées), sirop, confiture, vin, limonades, boissons à base de cola

Les aliments acidifiants sont les aliments qui vont libérer des métabolites acides lors de leur transformation dans l’organisme (digestion, utilisation cellulaire). Ce sont de fait des producteurs d’acides. Pour la plupart, les aliments acidifiants sont néanmoins les nutriments de base de notre nutrition, c’est-à-dire que leur consommation ne peut pas être supprimée. L’idée sera d’en limiter l’apport quantitatif, et de les associer à d’autres aliments « alcalinisants » afin de réduire l’impact de leur effet acidifiant.

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *