Comment soigner les allergies naturellement

TRaitement naturel contre les allergies
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

L’allergie

L’allergie est une réaction à certaines substances telles que le pollen, les phanères des animaux domestiques, ou encore certains aliments. Eternuements, difficultés respiratoires, larmoiement ou éruption cutanée en sont souvent les effets, provoqués par la libération d’histamine dans la circulation sanguine (réaction de l’organisme pour éliminer la substance étrangère).

Définition générale de l’allergie

L’allergie est une réaction d’hypersensibilité caractérisée par une réponse anormale et spécifique du système immunitaire au contact d’une substance qu’il ne tolère pas ou plus. Cette substance, l’allergène, est en général un élément étranger à l’organisme et inoffensif pour la majorité de la population.

La réaction allergique engage une réponse immunitaire plus ou moins forte de l’organisme.

Les allergies peuvent prendre différentes formes et peuvent aller de la simple rougeur au choc anaphylactique. Les symptômes se manifestent de manière souvent inattendue sur différentes parties du corps : la peau, le système digestif, l’appareil respiratoire, les yeux.

On distingue cinq types d’allergies :

  • les allergies respiratoires (rhinite allergique, asthme),
  • les allergies cutanées (dermatite atopique, urticaire),
  • les allergies oculaires (conjonctivite allergique),
  • les allergies alimentaires (elles ont doublé en 5 ans. Aujourd’hui 6% des enfants d’âge scolaire sont concernés)
  • les chocs anaphylactiques. Le risque de choc anaphylactique augmente avec l’âge. Il est 5 fois plus fréquent qu’il y a 1O ans.

Les principales catégories d’allergènes :

  • les pneumallergènes aéroportés : acariens, pollens, moisissures, poils d’animaux domestiques.. La rhinite allergique est la manifestation la plus classique. Elle peut se compliquer en asthme ou en alvéolite.
  • les trophallergènes (arachides, œuf, lait). La dermatite atopique est la manifestation la plus classique de l’allergie alimentaire de l’enfant.
  • Les allergènes chimiques (venin d’insectes, aspirine, nickel, chrome, formol, latex, médicaments).

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les allergies se situent au sixième rang des maladies dans le monde. Plus d’un enfant sur cinq est allergique.

Causes des allergies / Etiologie

Les causes des allergies sont polyfactorielles.

Si la prédisposition génétique est avérée, il est tout aussi clairement constaté que les allergies ont largement augmenté au cours du XXè siècle, et la courbe continue de grimper. Depuis une vingtaine d’années, les différentes formes d’allergies ont doublé (les rhinites allergiques ont quant à elles triplé chez les adolescents et les jeunes adultes).

  • Ce bilan implique franchement le facteur environnemental. La pollution atmosphérique, si elle ne peut directement être mise en cause, est un facteur aggravant des risques d’allergies, en raison de l’irritation des voies respiratoires qu’elle provoque.
  • Nos habitats de moins en moins aérés, souvent surchauffés, parfois confinés et humides, favorisent la prolifération des acariens (responsables de 50 % des réactions allergiques). Les polluants domestiques sont eux aussi en cause (fumées de cuisine, de cheminée, chauffages).
  • Le contact avec nos animaux de compagnie (chiens, chats, rongeurs..) favorise les allergies.  Mais attention, on n’est pas allergique aux poils à certaines substances présentes dans la salive, les squames ou encore l’urine des animaux.
  • Le tabac est un facteur déclenchant ou aggravant de crises d’asthme.
  • Certains pollens de végétaux tels que les cyprès ou les thuyas sont particulièrement allergisants.
  • Notre alimentation moderne (industrielle, riche en protéines, comportant de nombreux additifs alimentaires) est également à mettre en cause, tout comme les cosmétiques et les produits de synthèse en général.
  • D’un point de vue hygiéniste, l’aseptisation accrue de notre environnement quotidien, la vaccination et la prise d’antibiotiques sont des éléments favorisant le développement des allergies. En effet, le contact avec les virus et bactéries, en sollicitant le système immunitaire, le rend plus performant. C’est ce qui explique que les enfants sujets aux rhumes ont moins de risque allergique.
  • La perméabilité des muqueuses favorise également les réactions allergiques. Le rôle de la flore intestinale est donc majeur.

Comment dépister les allergies

La démarche diagnostique dépend des symptômes, de l’âge du patient et de l’allergène suspecté :

  • Interrogatoire et enquête : il s’agit de comprendre les facteurs déclencheurs et les formes de la manifestation allergique
  • Pour déterminer avec précision l’allergène, des tests cutanés ou prick-tests sont effectuées. Un test positif démontre la sensibilisation à un allergène mais ne prouve pas sa responsabilité dans la survenue des symptômes.
  • Patch-tests
  • Prélèvement sanguin pour doser les IgE spécifiques dirigés contre certains allergènes ou RAST
  • Tests de provocation

Comment prévenir les allergies 

  • L’allaitement exclusif au sein est préconisé pendant les six premiers mois de vie du bébé, afin de lui permettre de développer une bonne flore intestinale et ainsi optimiser son système immunitaire. Si cela n’est pas possible, faire le choix d’un lait hypoallergénique.
  • La diversification alimentaire doit être tardive (pas avant 6 mois) et très progressive, en évitant les aliments dits allergisants (œufs, arachide, fraises, fruits exotiques…).
  • Eviter l’excès d’hygiène pendant la grossesse*. Le contact de certaines bactéries avec le fœtus (vie à la ferme, animaux domestiques…) pourrait inhiber le développement de cellules immunitaires responsables de différentes manifestations allergiques.(* European Respiratory Journal, Septembre 2008
  • Pensez à la vitamine D pendant votre grossesse car chez les nouveau-nés carencés en vitamine D, on détecte un niveau bas d’interleukine 10, régulateur central de l’apparition d’une allergie.
  • Favorisez les facteurs de protection et travaillez à renforcer votre terrain :

– ne vivez pas dans un environnement aseptisé,

– stimulez votre système immunitaire (évitez le recours systématique aux traitements antibiotiques)

– consommez du lait cru, des aliments fermentés, et les anti-histaminiques naturels (quercétine, vitamine C, vitamine E)

– veillez à vos apports en acides gras essentiels (oméga 3 et oméga 6) afin de favoriser la synthèse des prostaglandines (anti-inflammatoires). L’huile de nigelle, le curcuma et l’ortie sont aussi intéressantes pour prévenir les risques d’allergie.

Prévenir les réactions allergiques

  • Connaitre la liste des allergènes pour lesquels vous êtes allergique et l’expression de vos symptômes. Indiquez-la à votre entourage, à votre médecin, en cas d’hospitalisation…
  • Observez vos réactions, les facteurs déclencheurs
  • Soignez votre alimentation et votre hygiène de vie
  • Pratiquez des tests cutanés avant l’utilisation de produits nouveaux (appliquer le produit sur le pli du coude et examiner durant les 48 H suivantes).
  • Soyez attentif à votre environnement et éviter le contact avec les substances allergènes

Quelques conseils pratiques 

  • Gardez toujours avec vous une trousse d’urgence. Prévoir 2 auto-injecteurs (pour effectuer éventuellement une seconde dose)
  • Rapprochez-vous des associations de patients: elles possèdent des données sur les produits et diffusent des alertes d’allergovigilance.
  • Portez toujours sur vous une carte d’allergique et munissez vous d’un guide de traduction spécifique à votre allergie si vous partez à l’étranger
  • Parlez-en le plus possible autour de vous
  • Engagez si besoin un plan d’accueil individualisé avec l’établissement scolaire accueillant votre enfant allergique
  • Apprenez à votre enfant à reconnaitre les premiers signes d’une crise, à utiliser un auto- injecteur dès qu’ils en sont capables
  • Lire les étiquettes des denrées alimentaires, les notices des médicaments

 

Allergie et homéopathie

Un traitement homéopathique peut être utile pour prévenir l’allergie et peut accompagner un traitement, mais ne doit pas se substituer au traitement classique surtout si les signes sont graves (œdèmes, difficulté respiratoire…)

Drainage homéopathique
Pyrolusite D8 permet de déchélater le manganèse endogène intervenant contre l’allergie. Prendre une ampoule en sublingual un jour sur 2

 

Traitement curatif spécifique

Rhume des foins

    • Sabadilla 5CH 3 granules 5 à 6/jour pour lutter contre les éternuements
    • Poumon histamine 9CH associé à
    • Pollens 15CH  5granules 4/jour

Conjonctivite allergique

      • Homéopticcollyre 1 dosette 2 à 3 fois par jour
      • Euphrasia 5CH 3 granules 5 à 6/jour en cas d’irritation et de gêne oculaire. Larmoiement corrosif
      • Allium cepa 5CH 3 granules 5 à 6/jour en cas de larmoiement important

Allergie au soleil = Lucite estivale

Muriatic acidum 5CH éruptions érythémateuses et œdémateuses ou papulovésiculeuses, prurigineuses et brulantes, déclenchées par le soleil

Associé à une ou 2 souches suivantes en fonction des symptômes:

      • Apis 9CH : érythème rose d’allure urticarienne amélioré par les applications froides.
      • Urtica urens 7CH : Même tableau que Apis mais aggravé par le toucher et l’eau froide. Prurit amélioré par l’application du chaud.
      • Belladonna 7CH : Peau rouge chaude, douloureuse avec érythème rappelant la scarlatine. La peau est parfois déformée par l’œdème.
      • Histaminum 9CH 1 dose s’il s’agit d’une poussée urticarienne.

Allergie aux aliments

Histaminum 9CH 1 dose s’il s’agit d’une poussée urticarienne.

Œdème

Apis mellifica 5CH 3 granules 5 à 6/jour

 

Traitement préventif par homéopathie = Isothérapie

Préparation des allergènes

Si l’on connait l’allergène, il est possible de procéder à une désensibilisation par homéopathie

    • Allergie aux pollens: “Pollens” est un médicament homéopathique contenant un mélange de pollens responsables de la majorité des allergies au pollen.
    • Allergie aux médicaments: le médecin, dans sa prescription doit utiliser la DCI (Dénomination commune internationale). Exemple de prescription : Hétéro Isothérapique Paracetamol 5 CH, 3 granules par jour. Le laboratoire homéopathique fabriquera la préparation à partir de la molécule active du médicament
    • Autres types d’allergies : poussières de maison, poils d’animaux, allergies alimentaires, allergies médicamenteuses, allergies professionnelles, il faut isoler la substance responsable, la recueillir, et faire fabriquer les médicaments par le laboratoire d’homéopathie.

Posologie classique

Sucer lentement 3 granules par jour

    • en 5 CH durant une semaine
    • idem en 7 CH la semaine suivante
    • idem en 9 CH la semaine suivante
    • idem en 12CH la semaine suivante
    • idem en 15CH la semaine suivante
    • idem en 30CH la semaine suivante

Ce traitement pourra être répété 2 ou trois fois en laissant 2 à trois mois d’intervalle libre entre chaque cure.

Cas particuliers

    • Allergie aux pollens: Pollens est une préparation contenant un mélange de pollens responsables de la majorité des allergies au pollen. Prendre en préventif: Pollens 15CH  1 dose par semaine pendant 1 mois + 1 dose 1 mois après +Poumon histamine 15CH 5 granules le soir pendant toute la période exposée
    • Allergie aux piqures d’abeilles: Apis mellifica (abeille entière) à prendre en préventif en respectant le schéma posologique classique. De plus, les expériences montrent que l’on est moins piqué si l’on prend le traitement préventif complémentaire suivant: Ledum palustre 5CH  3 granules avant de s’exposer (Apiculteurs par exemple). Poumon histamine 15CH 5 granules le soir pendant toute la période exposée.
    • Allergie au soleil =  Lucite estivale: Apis 9CH : 1 dose le jeudi+ Natrum muriaticum 9CH : 1 dose le dimanche à débuter au moins 3 à 4 semaines avant l’exposition solaire.
    • Allergie aux aliments: En plus de la prise de l’isothérapique selon le schéma classique, associer Histaminum 9CH 1 dose par semaine

Dans tous les cas, une consultation par un médecin homéopathe est nécessaire pour obtenir le maximum d’efficacité du traitement préventif

 

Allergie et oligothérapie

Oligosol Manganèse

  • la posologie peut varier de 1 prise par semaine à 2 prises par jour. Au départ, la prise de manganèse peut accentuer les phénomènes allergiques de façon transitoire mais importante; cela montre une réponse positive au traitement mais nécessite sa suspension pendant une dizaine de jours.
  • L’oligoélément est ensuite repris à la posologie de une prise toutes les une à deux semaines, en association à du phosphore, élément complémentaire des oligoéléments de base manganèse, manganèse-cuivre, cuivre-or-argent (une prise par jour).

 Mise en garde : Le manganèse est utilisé chez l’adulte comme modificateur du terrain en particulier au cours d’états allergiques.

Composition :

  • Gluconate de manganèse 0.590mg
  • Excipients : glucose et eau purifiée

Conseils d’utilisation : 1 à 2 ampoules par jour

Les ampoules sont à prendre :

  • De préférence le matin à jeun,
  • Eventuellement 15 minutes avant un repas ou le soir au coucher.

Garder le contenu de l’ampoule 1 à 2 minutes sous la langue avant d’avaler.

Conditionnement : boite de 14 ampoule de 2 ml

Oligosol Soufre

Le manganèse peut être associé à du soufre en cas d’épisodes allergiques récidivants, au magnésium en cas de stress associé (facteur déclenchant)

Mise en garde: Réservé à l’adulte


Composition (pour 1 ampoule de 2 ml) :

  • Thiosulfate de sodium 0.300mg
  • Excipient : eau purifiée

Conseils d’utilisation : 1 à 2 ampoules par jour

Les ampoules sont à prendre :

  • De préférence le matin à jeun,
  • Eventuellement 15 minutes avant un repas ou le soir au coucher.

Garder le contenu de l’ampoule 1 à 2 minutes sous la langue avant d’avaler.

Contre-indication :

  • Antécédent d’allergie à l’un des constituants de la solution.

 

Allergie et phytothérapie

Mise en garde : s’assurer de l’absence d’allergie aux plantes.

Plantain
(Plantago lanceolata)

Plante anti-inflammatoire et anti-allergique en utilisation externe. Dioscoride le préconisait pour soigner les dermatoses. Les feuilles de plantain contiennent des mucilages adoucissants, des iridoïdes et des dérivés du phénylpropane. Elles présentent des effets anti-inflammatoires in vitro, mais les effets sont controversés in vivo.

Utilisation: Infusion prolongée (20 minutes minimum) de 100 g de feuilles de plantain par litre d’eau.

Le plantain est aussi indiqué chez les asthmatiques.

Bouillon blanc
(Verbascum thapsus)

Plante anti-inflammatoire, cette plante est un bon calmant pour les asthmatiques.

Infusion de 20 à 30 g de fleurs par litre d’eau pendant 10 minutes. Attention filtrer impérativement la tisane afin d’enlever les poils des fleurs qui irriteraient la gorge
La décoction de 30 à 60 g par litre d’eau peut s’utiliser en bains de siège en cas d’irritations, de prurit, de brulures ou d’eczéma…

Desmodium(Desmodium adscendens)

 Plante anti-anaphylactique

Allergie et gemmothérapie

Les bourgeons de cassis (Ribes nigrum) 

Le macérât glycériné de bourgeons de cassis est intéressant contre la phase primaire de l’inflammation.
Les bourgeons de cassis stimulent la corticosurrénale, activent les macrophages et permettent la maturation globale du système immunitaire dans la prévention des maladies chroniques.
De par son action “cortisone like”, il est préférable de la prendre le matin au réveil pour respecter la chronobiologie de la surrénale. Il peut être donné aux jeunes enfants comme aux adultes  à la posologie de 1mg/Kg/jour  le matin chez l’enfant et 50 à 100 gouttes le matin pour un adulte.

Les bourgeons de romarin (Rosmarinus officinalis)

Macérât glycériné 1DH sont indiqués dans les allergies et les défenses immunitaires. Ils sont aussi actifs dans la protection hépatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *