L’inhalation humide aux huiles essentielles, comment s’y prendre ?

Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

L’inhalation humide consiste à respirer des vapeurs d’eau chargées des principes actifs de plantes. Elle se prépare avec des huiles essentielles ou avec des plantes entières, fraîches ou séchées. L’inhalation a un effet anti-inflammatoire, décongestionnant, apaisant, mucolytique.

Matériel nécessaire pour préparer son inhalation :

  • une serviette éponge suffisamment grande
  • un bol
  • vos plantes ou vos huiles essentielles
  • éventuellement un bandeau pour couvrir les yeux

L’inhalation humide avec des huiles essentielles :

  • déposer 3 à 10 gouttes d’huile essentielle dans un bol et verser une eau frémissante (et non bouillante, ce qui altérerait les caractères biochimiques des huiles essentielles !)
  • attendez 2 mn avant de démarrer votre inhalation
  • fermez les yeux ou couvrez les à l’aide de votre bandeau
  • recouvrez bien votre tête avec la serviette de manière à respirer la vapeur en vous isolant
  • pratiquez votre inhalation pendant 5 minutes environ, et renouvelez l’opération jusqu’à 4 fois par jour

Quelles huiles essentielles peut-on utiliser ?

Le choix des huiles essentielles doit faire l’objet de la plus grande vigilance. Les huiles essentielles sont un concentré de molécules actives très puissantes !

Les huiles essentielles à phénols, parfois utilisées en synergie avec d’autres essences à faible dose sont à éviter : cannelle, girofle, thym thymol, sarriette, origan. Elles sont irritantes des muqueuses.

Les huiles essentielles à cétones telles que le thuya, les menthes, le ciste, le romarin verbénone sont à éviter, ou à manier avec beaucoup de prudence en inhalation. Neurotoxiques à haute dose, elles peuvent provoquer des gênes (nausées, vertiges…) même si la voie pulmonaire est celle qui réduit le plus la toxicité des cétones.

Les huiles essentielles de thym, de pin, de lavande, d’eucalyptus, de ravensare, de romarin sont parmi les plus utilisées car on associe souvent inhalation à rhume ou nez bouché, mais d’autres huiles peuvent être utilisées pour obtenir bien d‘autres effets.

Il existe des synergies à visée spécifique dans le commerce.

Précautions d’emploi particulières :

  • l’inhalation doit être de courte durée, pour éviter tout risque d’irritation des muqueuses nasales, des sinus ou des bronches.
  • les personnes ayant une sensibilité pulmonaire (tendance à l’asthme notamment) doivent faire attention car la diffusion des huiles essentielles se faisant au niveau des alvéoles pulmonaires.
  • prudence chez les enfants – demandez l’avis d’un professionnel de santé.
  • évitez de sortir tout de suite après une inhalation, car la dilatation provoquée par la chaleur rend les muqueuses plus sensibles au froid et aux microbes.
  • attention aux susceptibilités et contre-indications personnelles.

 

Delphine L., naturopathe

 

Sources :

 

FAUCON M., Traité d’aromathérapie scientifique et médicale, Ed. Sang de la Terre et Médial, 2012

http://www.naturellehabitude.fr/index.php/sante/sante/methodes-pratiques/68-comment-faire-une-inhalation-efficace

http://www.aroma-zone.com/aroma/dossier_utilisationhuilesessentielles.asp

Déboucher le nez au naturel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *