LA BUSSEROLE (Arctostaphylos uva-ursi L.) Propriété Bienfaits et Indications

LA BUSSEROLE (Arctostaphylos uva-ursi L.)
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Famille des Ericacées

Utilisée habilement dans la pathologie inflammatoire et infectieuse urinaire, tant en prévention qu’en curatif, la busserole constitue une plante très utile dans la palette thérapeutique du médecin phytothérapeute. La prise de busserole n’entraîne pas de résistances dans la prise en charge de ce type de pathologies. Il est recommandé de respecter les précautions d’emploi et les contre-indications de la plante. Préserver les constituants de la busserole nécessite un procédé d’extraction mis en oeuvre à l’abri de l’air et de la lumière. L’activité de la feuille de busserole est essentiellement liée à ses principes actifs hydrophiles (hydroquinone), mais la synergie d’action des composés de la plante rend nécessaire de disposer d’un extrait apportant toutes les fractions de la plante. Cela est rendu possible par une double extraction hydrique et alcoolique effectuée à partir de plante fraîche, qui respecte l’intégrité et l’intégralité des principes actifs présents dans la plante d’origine. Ce procédé a par ailleurs l’avantage d’assurer la parfaite biodisponibilité des composés actifs et par conséquent d’optimiser l’efficacité thérapeutique de la feuille de busserole.

Historique et origine : LA BUSSEROLE (Arctostaphylos uva-ursi L.)

Les médecins de l’Ecole de Montpellier furent les premiers à utiliser la busserole. Ses feuilles étaient recommandées pour atténuer les douleurs néphrétiques et les mucosités. Présentée au XVIIe siècle comme le meilleur remède de toutes les suppurations des voies urinaires, la busserole devra néanmoins attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour être reconnue comme l’un des modificateurs les plus actifs des inflammations de l’appareil urinaire.

Botanique

La buserolle est un arbrisseau vivace et ligneux à longues tiges rampantes et souterraines. Ses feuilles sont persistantes, épaisses, vert luisantes et à bords lisses,

coriaces, et finement veinées sur le dessus. Ses fruits sont des baies rouges sans jus.

Son odeur est faible et sa saveur est astringente et amère.

Originaire d’Asie et d’Amérique, la busserole s’est acclimatée dans les sous-bois montagneux et calcaires de l’Hémisphère Nord jusque dans la zone arctique. Elle pousse aussi dans les zones humides, de préférence dans les broussailles, les tourbières et les prairies. Elle fleurit de mai à juin.

Composition chimique

> Hétérosides phénoliques (extraction aqueuse), ils sont représentés par l’arbutine (ou

arbutoside, 6 à 10%) et la méthyl-arbutine

> Tanins galliques (15-20%) dérivés du pentalloylglucose, corrilagine

> Flavonoïdes (hypéroside), pigments flavoniques (dérivés du quercétol)

> Triterpènes pentacycliques (uvaol, acide ursolique et autres ursanes)

> Iridoïde : monotropéoside

> Picéoside

Principales propriétés pharmacologiques

L’arbutine (ou arbutoside) est un puissant antiseptique et anti-inflammatoire urinaire et intestinal, actif sur les colibacilles, principaux germes responsables des infections urinaires. L’arbutine n’est métabolisée que dans les voies urinaires, où elle se dégrade en glucose et en hydroquinone, substance très proche du phénol, un puissant antiseptique.

> Activité antiseptique sur des urines alcalinisées (synergie de l’hydroquinone, des acides phénoliques, de picéoside)

– propriétés antimycosiques : Candida albicans

– propriétés virstatiques

> Propriétés anti-inflammatoires, astringentes et décongestionnantes des voies

urinaires

Les propriétés anti-inflammatoires sont liées à la présence d’iridoïdes et d’allantoïnes, cicatrisant et reconstituant épithélial.

> Activité aquarétique

La busserole augmente l’élimination rénale de l’eau de 211 % aux doses de 10 mg/kg. Cette action est due aux flavonoïdes, à l’arbutoside et aux glucosides phénoliques contenus dans les feuilles de busserole.

> Activité vasculaire

La busserole améliore la circulation sanguine de la muqueuse vésicale par ses tanins galliques, et possède des propriétés antihémorragiques.

Toxicité

La plante entière n’est pas toxique mais la molécule d’hydroquinone isolée est toxique à forte dose (1g).

Effets secondaires

La forte teneur en tanins peut occasionner une anorexie, des nausées, des vomissements,

des céphalées en cas de surdosage. Aucun effet allergique. La prise d’un extrait de busserole peut entraîner une coloration vert-brun des urines.

Contre-indications et précautions d’emploi

La Busserole est contre-indiquée :

– chez la femme enceinte (propriétés ocytociques),

– en cas d’allaitement,

– chez les patients présentant un cancer des voies urinaires.

Elle n’est pas conseillée chez l’enfant de moins de 12 ans. La busserole potentialise la toxicité gastrointestinale des anti-inflammatoires. Eviter la prise conjointe de substances acidifiant les urines (médicaments, légumes et fruits acides, vitamine C). La busserole se prescrit en cures discontinues, de durées limitées et pas plus de 6 fois par an.

Indications cliniques

Etats inflammatoires et douloureux des voies urinaires et de la vessie

L’activité antiseptique et le tropisme urinaire de la busserole expliquent son efficacité dans les infections de l’arbre urinaire :

> cystites simples de la femme, à colibacille (Escherichia coli).

> cystalgies à urines claires, urétrites, inflammations vésicales.

> prévention des cystites récidivantes ou associées à une antibiorésistance à E. Coli, à

Klebsiella, à Proteus, à Pseudomonas et cystalgies en particulier chez les sujets à risque : antécédents d’infections urinaires, en particulier dans certaines situations à risque (voyage, diurèse insuffisante, période de forte chaleur, port de vêtements serrés…),

personnes âgées, grabataires, myopathie ou déficit moteur, vésicale (neuropathie, diabète).

> cystites associées à des vaginites ou métrites à mycoplasmes, ureaplasma, cystites

cataméniales associée à une congestion utérine.

> lithiases urinaires : décongestion et antalgie de l’arbre urinaire, prévention des récidives de colique néphrétique, prévention des surinfections.

> colique néphrétique : au décours de la crise, en complément du traitement antispasmodique et antalgique classique, pour réduire l’inflammation du tractus urinaire et prévenir le risque infectieux.

Pathologie prostatique

> Prostatites chroniques avec troubles urinaires et congestion pelvienne.

> Incontinence et rétention d’urine (miction par reflux lié au prostatisme).

Autres pathologies du petit bassin

> Incontinence urinaire par atonie.

> Diarrhées chroniques suivies de cystites.

 

Comment la prescrire

En préparation magistrale :

Préparation standardisé de plantes fraîches en solution glycérinée

1 à 3 fois par jour pendant 10 jours

Chez des personnes corpulentes, ou en cas de manifestations cliniques importantes, il est conseillé de commencer le traitement à raison d’1 càc 4 fois par jour pendant 3 jours puis 1 càc 3 fois par jour pendant 6 jours. La busserole peut être administrée en cure de 10 jours tous les 2 mois, sur une période de 6 mois, renouvelable. Ce protocole peut être modifié dans des situations particulières, selon l’avis du médecin. Pour potentialiser l’efficacité de la busserole, il est indispensable d’alcaliniser les urines. Par conséquent, il est conseillé de consommer des eaux minérales alcalines (Vichy, Hépar, Saint-Yorre), à raison d’un litre par jour minimum. Administrer conjointement du bicarbonate de soude pendant le traitement.

 

En association avec d’autres plantes

Infection urinaire à colibacille récidivante :

3 càc/jour pendant 10 jours tous les 2 mois

Busserole + Echinacée aa

 

> Infection urinaire chez une patiente présentant un

déséquilibre de la flore intestinale, une colite avec

diarrhée : 3 càc/jour pendant 10 jours :

Busserole + Alchémille aa

> Prostatite, urétrite simple : 1 càc 3 fois par jour

pendant 10 jours tous les 2 mois :

Busserole + Echinacée aa

> Infection urinaire avec diurèse insuffisante:

3 càc/jour pendant 10 jours :

Busserole + Piloselle aa

> Congestion du petit bassin, avec élimination intestinale et

hépato-rénale insuffisante : 3 càc/jour pendant 10 jours :

Busserole + Pissenlit aa

Sources                                          

ANTON R., WICHTL M.

Plantes thérapeutiques.

Ed. Tec & Doc, 2001.

BEZANGER- BEAUQUESNE

L., PINKAS M., TORCK M.

Les plantes dans la thérapeutique moderne. Maloine, 1975.

BEZANGER-BEAUQUESNE L., DEBRAUX G., GARNIER G.

Ressources médicinales de la flore française. Vigot frères, 1961.

BEZANGER-BEAUQUESNE L., PINKASM., TORCK M., TROTIN F.

Plantes médicinales des régions tempérées. Maloine, 1980.

BRUNETON J.

Eléments de phytochimie et de pharmacognosie.

Ed. Lavoisier, 1987.

BRUNETON J.

Phytochimie plantes médicinales.

Ed. Tec & Doc, 1993.

DAERON M., FOUGEREAU M., FRIDMAN W. H., MOULIN A.M., REVILLARD J.P.

Le système immunitaire. Inserm, Nathan, 1995.

DURAFFOURD C., LAPRAZ J.C.

Cahier de phytothérapie clinique.

Ed. Maloine, 1985.

GIRRE L.

Nouveau guide des vieux remèdes naturels.

Ed. Ouest France, 1985.

GIRRE L.

Connaître et reconnaître les plantes médicinales.

Ed. Ouest France, 1980.

GIRRE L.

La santé par les plantes. Ed. Ouest France, 1991.

JAHODAR L., JILEK P., PAKOVA M., DVORAKOVA V.

Antimicrobial effect of arbutin and an extract of the leaves

of Arctostaphylos uva-ursi in vitro.

Ceskoslov Farm, 1985; 34:174-8.

LECLERC H.

Précis de Phytothérapie clinique. Masson, 1976.

MATSUDA H., NAKAMURA S., TANAKA T., KUBO M.

Pharmacological studies on leaf of Arctostaphylos uvaursi

(L) Spreng. Effect of water extract from Arctostaphylos uva-ursi (L)

Spreng (bearberry leaf) on the antiallergic and antiinflammatory

activities of dexamethasone ointment.

Pharm Soc, Japan, 1992; 112:673-7.

RUSSO-MARIE F., PELTIER A., POLLA B.

l’inflammation.

J.L. Eurotext, 1998.

SCHAUENBERG P., PARIS F., NIESTLE V.

Guide des plantes médicinales.

Delachaux et Niestlé, 1997.

TESSIER A.

Plante et médecine associée.

1989.

VAN HELLEMONT.

Compendium de phytothérapie.

Ed. Service scientifique de

l’APB, 1986.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *