LA FUMETERRE (Fumaria Officinalis) Propriétés Bienfaits et Indications

Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

LA FUMETERRE (Fumaria Officinalis)

 

D’où vient-elle ?

La fumeterre, ou “herbe à la jaunisse”, est surtout utilisée pour son action régulatrice sur la fonction hépatobiliaire, sur l’insuffisance ou la congestion hépatique. C’est un excellent dépuratif de l’organisme.

Cette espèce est originaire d’Europe et d’Afrique du Nord ; elle croît essentiellement dans les champs, les terrains incultes et les vignes.

L’origine du mot fumeterre est néanmoins assez controversée : Fumaria viendrait du latin fumus terrae (fumée de la terre), car certains pensaient que la fumeterre naissait «des vapeurs de la terre» tant son feuillage grisâtre semblait vaporeux. Pour d’autres, ce nom serait dû en revanche au fait que le suc de la plante fait pleurer comme le fait la fumée. Ses synonymes ne sont pas cependant sans évoquer son activité thérapeutique : fiel de terre, herbe à la jaunisse.

 

Comment la décrire botaniquement ?

La fumeterre est une plante herbacée annuelle d’une cinquantaine de centimètres. La tige, souvent couchée, porte des feuilles profondément divisées, de teinte vert grisâtre. Les fleurs roses violacées, zygomorphes, possèdent un éperon et se disposent en grappes. Le fruit est une silicule globuleuse. Très commune elle pousse entre les pierres, dans les vieux murs ou les terrains incultes.

 

De quoi est-elle composée ?

La fumeterre se compose essentiellement d’alcaloïdes, de protoberbérines, d’indéno-benzazépines, de flaconoïdes, de mucilages et d’esters.

 

Quelles sont ses principales propriétés pharmacologiques ?

La fumeterre s’emploie traditionnellement dans de nombreux pays pour soigner en particulier les troubles cutanés (dermatites, eczéma, psoriasis…). L’action serait due en effet à l’acide fumarique. Elle a une action par ailleurs antihistaminique due en grande partie à la présence de protopine, alcaloïde majeur de la famille des fumariacées.

Il a été mis en évidence que la présence de la totalité des principes actifs des parties aériennes de cette plante était néanmoins indispensable pour avoir une action efficace sur les troubles digestifs. En effet, aucune action hépatovésiculaire n’est retrouvée lorsque les composants chimiques sont pris de façon isolée.

La fumeterre est par conséquent cholagogue et amphocholérétique; elle stimule la sécrétion biliaire et réduit l’hypersécrétion pathologique. De plus, elle possède des propriétés antibactérienne, antivirale, antifongiques et Gabaergique (en augmentant la fixation du GABA sur ses récepteurs centraux, et sérotoninergique). C’est également un inhibiteur de l’acétylcholinestérase (potentialités dans la maladie d’Alzheimer), et un antiarythmique (extraits totaux).

 

Quelles sont les indications de la Fumeterre ?

  • Dyskinésies biliaires, dyspepsie
  • Spasmes des voies biliaires et de la vésicule biliaire
  • Lithiases biliaires
  • Spasmes digestifs
  • Désordres gastro-intestinaux, syndrome de l’intestin irritable
  • Constipation
  • Migraines
  • Asthme
  • Allergies cutanées : eczémas, urticaires, prurigo, psoriasis, lichen plan, perlèche associée à des dysfonctionnement digestifs
  • Troubles hépatiques
  • Colopathie spasmodique avec ou sans constipation
  • Fermentation, météorisme
  • Céphalées et migraines associées à des dysfonctionnements digestifs

 

Quelles sont les précautions d’emplois ?

  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservé à l’adulte
  • Contre-indiquée en cas d’obstruction des voies biliaires, de calculs et/ou de maladies biliaires ou hépatiques
  • Contre-indiquée en cas d’hypersensibilité aux substances actives
  • L’usage prolongé de la fumeterre peut s’avérer dangereux par accumulation d’alcaloïdes

 

Il y a t-il des risques d’interactions médicamenteuses ?

Comme toutes substances contenant des principes actifs, le risque d’interactions médicamenteuses est à prendre en compte.

La fumeterre ne dérogeant pas à cette règle, voici la liste des interactions médicamenteuses à considérer :

  • Ne pas utiliser chez les patients prenant de la cyclosporine

 

Comment la prendre et à quel dosage ?

Voici la posologie des Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS) :

– 1 c. à café matin et soir pendant 1 mois, renouvelable 3 mois, à diluer dans un grand verre d’eau.

 

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomedecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *