Le cassis, « élixir de vie »

Merci de partager à vos connaissancesShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Ribes Nigrum, le groseillier noir, est une plante particulièrement appréciée des naturopathes.

On trouve dans des traités datant du Moyen-Age des références au cassis, et c’est à Hildegarde De Bingen qu’il doit ses premières lettres de noblesse. Dans son Livre des subtilités des créatures divines, elle note son effet potentialisateur d’autres remèdes (« sa verdeur et sa verdure et sa sève n’ont pas grande valeur, sauf si on les ajoute à d’autres plantes ou à d’autres condiments ; car, si on l’ajoute à d’autres plantes, ceux-ci seront bien meilleurs pour la médecine »), elle souligne également l’action bénéfique de ses feuilles pour soigner la goutte.
En 1712, l’Abbé Bailly de Montaran lui consacre un ouvrage entier intitulé « Les propriétés admirables du cassis ».

Si les naturopathes lui accordent une place spéciale dans leur pharmacopée, ce n’est ni pour la délicieuse crème que les bourguignons connaissent si bien, et encore moins pour la publicité des bonbons « La pie qui chante… » qui rappellera des souvenirs à certains (« tu sais c’qu’il te dit le cassis ?!!! »)…
Non, si les naturopathes aiment le cassis, c’est parce qu’il est complet et qu’il agit sur différents systèmes simultanément : système nerveux, système respiratoire, système digestif, système urinaire, système sanguin, système articulaire, système immunitaire. En plus de son action régulatrice de ces systèmes, il favorise, comme souligné précédemment, l’action des autres plantes.

C’est cet éventail d’actions qui fait dire à Philippe Andrianne que le cassis est « l’adaptogène de la gemmothérapie ».
On retrouve en effet les caractéristiques des « toniques supérieurs » (voir article « Les plantes adaptogènes : kesako ? ») :

  • une action non spécifique qui augmente la résistance générale de l’organisme
  • une action régulatrice
  • une prise qui peut être prolongée sans danger, et sans effet secondaire

Les principes actifs du cassis sont très nombreux et diffèrent selon la partie de la plante utilisée (baie ou feuilles), d’où l’intérêt de la gemmothérapie puisque le bourgeon contient l’intégralité du potentiel de la plante.
La baie est riche en vitamines C et E, en minéraux (potassium, fer, magnésium) et surtout en anthocyanes, un flavonoïde, qui lui procurent sa pigmentation bleu violine. Ces derniers ont une action bénéfique sur les vaisseaux capillaires et sur la vue.
La feuille contient également des flavonoïdes (rutosides et hyperosides), à l’action antioxydante, analgésique, anti-inflammatoire et antiallergique. Les oligoproanthocyanidines, une autre famille de flavonoïdes constituent de puissants antioxydants et renforcent l’action antiallergique et anti-inflammatoire.
La feuille de cassis est qualifiée de « cortisone-like », autrement dit, ses composants agissent comme des corticoïdes.

Ribes Nigrum est un remède que l’on conseille principalement :

  • pour soulager la fatigue physique comme psychique
  • pour soutenir l’organisme en phase de résistance (infections)
  • pour son action sur la sphère respiratoire (asthme, bronchites chroniques, emphysème, rhinites allergiques)
  • pour réduire les phénomènes inflammatoires et rhumatismaux (arthroses, goutte, ligaments et tendons, articulations douloureuses)
  • pour soutenir les corticosurrénales et en cas d’allergies, grâce à son action cortisone-like
  • en tant qu’adaptogène et en synergie avec d’autres plantes qui verront leur potentiel accru en présence de Ribes Nigrum

On peut également noter l’action diurétique du cassis et son utilisation efficace suite à une piqûre d’insecte.

Le cassis peut être consommé frais (baies et jus), en infusion (feuilles), en extrait fluide ou EPS ou teinture-mère mais c’est en gemmothérapie que cette plante déploie véritablement tout son potentiel.

Delphine L., naturopathe

 

Sources

ANDRIANNE Ph., Conférence “Le Cassis: l’adaptogène de la gemmothérapie”,  2014
VIDAL V., article « Le cassis », Biocontact n°234, avril 2013

1 commentaires sur “Le cassis, « élixir de vie »

  1. Etant sous anticoagulant, n’ayant donc pas droit aux anti-inflammatoires pour soulager les douleurs provoquées par une polyarthrite, mon DR me donne RIBES NIGRUM en teinture-mère , avec, en plus, RHUS TOXICODENDRON 9ch, j’ai bien sûr un traitement de fond.
    Je dois avouer que les choses ne se passent pas trop mal !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *