LE CASSIS OU GROSEILLIER NOIR (Ribes nigrum L.) Propriété Bienfaits et Indications

CASSIS OU GROSEILLIER NOIR (Ribes nigrum L
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

LE CASSIS OU GROSEILLIER NOIR (Ribes nigrum L.) – Famille des Grossulariaceae ou Saxifragaceae

Le cassis constitue une plante majeure de l’arsenal thérapeutique : elle est d’utilité quotidienne, maniable et d’une parfaite innocuité quelque soit l’âge du patient. C’est une plante moderne et très ancienne, dont la connaissance des propriétés médicinales se transmettait de génération en génération.

Parties utilisées : feuilles, baies en sirop

Description – Origine

Le cassis est originaire des régions montagneuses de l’Eurasie, on le retrouve spontanément dans le nord et le centre de l’Europe ainsi qu’en Asie du Nord.

Nous retrouvons le cassis en France particulièrement en Bourgogne, avec des variétés comme le « Géant de Boskoop » et « Noir de Bourgogne ».

Description botanique

Le cassis est un arbrisseau d’environ 1,5 m de haut, buissonnant, dont l’odeur aromatique provient de petites glandes résineuses jaunes situées sous ses feuilles. Elles sont caduques, alternes, pétiolées, tri ou pentalobées, pubescentes et pâles en dessous. Elles sont récoltées de mai à juillet. Ses baies sont pulpeuses, noir-brillant, rassemblées en grappes pendantes.

Composition Principes actifs

> Flavonoïdes (environ 1 %) : dérivés du kaempférol et du quercétol, hétérosides du myricétol et de l’isorhamnétol, de l’isoquercétol, hyperoside, rutine,sakuranétine, catéchol, épicatéchol, gallocatéchol et épigallocatéchol, astragaloside.

> Oligomères proanthocyanidiques (OPC) : pigments naturels atoxiques, rouges à bleus, prodelphinidols dimères et trimères à activité anti-inflammatoire.

> Dérivés de l’acide hydroxycinnamique.

> Tanins (8,5 %).

> Acides phénols : chlorogénique, caféique, hardwickique, p-coumarique, férulique.

> Acides alcools citrique, glycolique, malique.

Usage/ Utilisation Propriétés

Activité anti-inflammatoire, antiarthritique, anti-dégénérative

Cette activité anti-inflammatoire complexe dose dépendante se manifeste 2 à 4 heures après l’administration du produit et s’explique par les prodelphinidines, par l’action anti-radicalaire, par son action inhibitrice enzymatique (lipo et cyclo-oxygénase,

histidine-décarboxylase, élastase, collagénase, peroxydase, hyaluronidase, phosphodiestérase de l’AMPc, aldolase-réductase), par la stimulation de l’hydroxylationde la proline et l’inhibition de la voie de l’acide arachidonique.

 

Activité anti-oxydante

– augmente l’activité de la glutathion-peroxydase ;

– inhibe la cyclo-oxygénase et la lipoxygénase ce qui entraîne une diminution de la synthèse des médiateurs lipidiques de l’inflammation (prostaglandines) ;

– inhibe la libération d’histamine ;

– piége les radicaux libres ;

– inhibe la xanthine-oxydase et la formation des lipoperoxydes, par l’intermédiaire des OPC ;

– protège de la dégradation du collagène d’origine enzymatique (collagénase, élastase, peroxydase…) ou non enzymatique (par les radicaux libres) ;

– régule l’agrégation plaquettaire et la microcirculation.

 

Activité analgésique périphérique démontrée chez la souris

 

Protecteur de la paroi capillaire (du fait des OPC et de l’activité vitaminique P et C)

– diminue la perméabilité capillaire ;

– augmente la résistance capillaire ;

– améliore la rhéologie sanguine ;

– diminue l’agrégabilité érythrocytaire et la viscosité plasmatique.

 

Autres actions

> Antiallergique, en particulier dans les rhinites saisonnières et les conjonctivites allergiques.

 

> Propriétés anti-infectieuses :bactéricide Gram (-) et Gram (+),

fongicide par la sakuranétine.

> Propriétés hypotensives et antihypertensives démontrées expérimentalement chez l’animal probablement par inhibition de l’angiotensine et de la biosynthèse des prostaglandines.

> Elimination rénale de l’eau : le cassis est hypouricémiant, uricosurique antigoutteux, azoturique.

>Astringent, antidiarrhéique (pectine) et anti-colitique.

Principales indications

> Soutien immunitaire et convalescence

> Rhumatismes dégénératifs

> Préparation et récupération d’activités physiques

> Pathologies d’élimination

 

Comment la prescrire

En préparation magistrale

Préparation d’Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS)

 

> Fatigue physique : Cassis + Ginseng aa

1 à 2 càc/ jour – cures de 1 à 3 mois

> Activités physiques (préparation et récupérationchez le sportif et la personne de plus de 50 ans) :Cassis + Ginseng + Tribulus : 1 à 2 càc/ jourpendant 3 mois

> Asthénie post-infectieuse – adulte : Cassis +Ginseng : 2 càc/ jour pendant 15 jours renouvelable

> Asthénie post-infectieuse – enfant : Cassis + Ortie PA : 2 càc/ jour pendant 15 jours renouvelable

> Déminéralisation et troubles de la trophicité ostéo-articulaire : Cassis + Ortie PA + Prêle : 2 càc/ jour pendant 3 mois renouvelable

> Fatigue liée à une hypothyroïdie frustre, hypothyroïdie fonctionnelle : Cassis + Avoine : 1 à 2 càc/ jour pendant 1 mois renouvelable

> Hyperuricémie, prévention des lithiases : Cassis + Orthosiphon + Reine des prés : 2 càc dans 1,5 l d’eau à boire dans la journée pendant 3 mois renouvelable

> Prévention des allergies respiratoires : Cassis + Plantain : 1 càc/jour pendant la période à risques

> Traitement de fond des rhumatismes dégénératifs articulaires et péri-articulaires : Cassis + Saule + Curcuma : 1 à 2 càc/ jour pendant 3 mois

Effets secondaires

Aucun.

Toxicité

Aucune.

Remarque : les oedèmes liés à une insuffisance cardiaque ou rénale nécessitent une prise en charge étiologique et ne sont pas une indication du cassis.

Sources                                             

ANTON R., WICHTL M. Plantes thérapeutiques. Ed. Tec & Doc, 1999.

BEZANGER- BEAUQUESNE L., PINKAS M., TORCK M. Les plantes dans la thérapeutique moderne. Maloine, 1975.

BEZANGER-BEAUQUESNE L, DEBRAUX G, GARNIER G. Ressources médicinales de la flore française. Vigot frères, 1961.

BEZANGER-BEAUQUESNE L, PINKAS.M, TORCK.M, TROTIN.F. Plantes médicinales des régions tempérées.

Maloine, 198O.

BRUNETON J. Eléments de phytochimie et de pharmacognosie. Ed. Lavoisier, 1987.

BRUNETON J. Phytochimie plantes médicinales. Ed. Tec & Doc, 1993.

BRUNETON J. Eléments de phytochimie et de pharmacognosie. Ed. Lavoisier, 1987

DELAVEAU.P, LORRAIN.M, MORTIER.F, RIVOLIER.C, RIVOLIER.J, SCHWEITZER.R. Secrets et vertus des

plantes médicinales. Ed Reader’sDigest, 1985.

DURAFFOURD C., LAPRAZ J.C. Cahier de phytothérapie clinique. Ed. Maloine, 1985.

GIRRE L. Nouveau guide des vieux remèdes naturels. Ed. Ouest France, 1985.

GIRRE.L. Connaître et reconnaître les plantes médicinales. Ed. Ouest France, 1980.

GIRRE.L. La santé par les plantes. Ed. Ouest France, 1991.

LECLERC H. Précis de Phytothérapie clinique. Masson, 1976.

ROMBI. M. 100 plantes médicinales : composition, mode d’action et intérêt thérapeutique. Ed Romart, 1991.

RUSSAO-MARIE F., PELTIER A., POLLA B. L’inflammation. J.L. Eurotext, 1998.

TESSIER A. Plante et médecine associée. n° 5, 1989.

VAN HELLEMONT. Compendium de phytothérapie. Ed Service scientifique de l’APB, 1986.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *