LE CURCUMA (Curcuma longa L.) Propriétés Bienfaits et Indications

Curcuma longa L.
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

LE CURCUMA (Curcuma longa L.)

 

D’où vient-il ?

Le Curcuma fait partie de la famille des Zingibéracées. Petit cousin du gingembre, on l’utilise notamment tant pour ses vertus gustatives que thérapeutiques en Asie.

Considéré comme l’anti-inflammatoire naturel le plus puissant, il fait l’objet d’un intérêt croissant en Occident pour ses propriétés anti-oxydantes ainsi que pour son rôle dans la prévention des pathologies inflammatoires.

Originaire d’Inde et d’Asie du sud, le curcuma se cultive notamment dans toute l’Asie du Sud-Est, en Afrique et aux Antilles.

Connu depuis des millénaires, principalement en Asie, le curcuma est utilisé, non seulement, comme épice mais aussi comme plante médicinale. C’est également un des constituant du « curry », avec la coriandre, la cannelle, le piment de Cayenne, le girofle, la muscade et le gingembre. L’une des molécule active, la curcumine, est notamment un colorant naturel de couleur jaune (E100) utilisé dans l’alimentation.

 

Comment le décrire botaniquement ?

Le curcuma est donc une plante herbacée et vivace. Il s’agit en effet d’une plante à tige courte, haute de 90 cm à 1 m de haut, présentant un rhizome long et noueux. Ses feuilles, engainantes, sont plutôt lancéolées et elliptiques. Les fleurs sont ainsi situées au niveau du sol. Elles sont de couleur jaune,mais néanmoins sont entourées de bractées vertes, et sont groupées en épis.

 

De quoi est-il composé ?

Le curcuma se compose essentiellement de saccharides et de polysaccharides (45 à 55 % d’amidon entre autre), de curcuminoïdes (colorants jaunes contenants ses principes actifs majeurs tel que la curcumine par exemple) et d’huile essentielle à cétone et à monoterpène.

 

Quelles sont ses principales propriétés pharmacologiques ?

Le curcuma est par conséquent un anti-inflammatoire assez puissant (l’activité anti-inflammatoire de la curcumine se démontre sur des modèles d’inflammation aiguë et chronique, surtout en synergie avec la pipérine). C’est une plante aux propriétés antioxydantes, mais elle est également protectrice hépatique, gastro-intestinale et cardiovasculaire (elle prévient de la cytotoxicité hépatocytaire induite entre autre par le paracétamol).

Le curcuma diminue en outre l’absorption intestinale du cholestérol grâce à son pouvoir hypocholestérolémiant, et améliore le dysfonctionnement endothélial induit par le diabète en bon antidiabétique naturel. Des études ont en effet montrés que la curcumine était capable d’inhiber la cancérogenèse à trois stades : l’angiogenèse, la promotion de la tumeur et la croissance de la tumeur à l’aide à ses propriétés chimio-protectrices. La découverte également d’activité anti-alzheimer par blocage de l’accumulation de protéine bêta-amyloïde et destruction des plaques existantes, s’est avérée concluante puisque celle-ci améliorerait le comportement, la qualité de vie et la longévité sur modèles animaux.

 

Quelles sont les indications du curcuma ?

  • Fièvres intermittentes
  • Diarrhées
  • Maladies hépatiques
  • Ictères
  • Hépatites
  • Affections urinaires et glomérulo-néphrites
  • Arthrose et arthrite (500 mg de curcumine s’avèrent d’efficacité supérieure à 50 mg de diclofénac dans la polyarthrite et l’ostéoarthrite du genou)
  • Hypercholestérolémie
  • Maladie d’alzheimer
  • Maladie de Parkinson
  • Cellulite

 

Quelles sont les précautions d’emplois ?

  • Possibilité de coloration de la salive en jaune
  • Contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante
  • Contre-indiqué en cas d’obstructions des voies biliaires, calculs biliaires infra-centimétriques, maladies biliaires ou hépatiques
  • Possibilité de rares troubles digestifs en fort dosage, risque de sécheresse de la bouche, flatulences, brûlures d’estomac, nausées et vomissements
  • Prudence en cas d’ulcère gastrique ou duodénal
  • Contre-indiqué en cas d’hypersensibilité aux substances actives
  • Allergies de contact possibles

Il y a t-il des risques d’interactions médicamenteuses ?

Comme toutes substances contenant des principes actifs, le risque d’interactions médicamenteuses est néanmoins à prendre en compte.

Le curcuma ne dérogeant pas à cette règle, voici la liste des interactions médicamenteuses à considérer :

  • Risque d’interactions avec les antidiabétiques oraux
  • Risque d’interactions avec les anticonvulsivants (phénytoïne)
  • Éviter l’association avec les anticoagulants, (inhibition de l’agrégation plaquettaire par modulation de la biosynthèse des eicosanoïdes), principalement les produits à base de curcumine pure, risque d’interaction avec la warfarine (Coumadine)
  • Risque d’interactions avec les anticancéreux – associations déconseillées avec certaines chimiothérapies (risque d’inhibition partielle de l’efficacité pendant les traitements – Camptothécine (Campto®), doxorubicine (Adriamycine®), méchloréthamine et cyclophosphamide (Endoxan®), vincristine (Oncovin®)
  • Risque d’interactions avec les antihypertenseurs (losartan), les anti-arrythmiques, les statines, les inhibiteurs calciques, les anti-infectieux, les immunosuppresseurs, les antihistamiiques H1, les benzodiazépines, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et le stérilet
  • Association possible avec certaines chimiothérapies (éléments expérimentaux de synergie d’action/ potentialisation de l’efficacité – Gemcitabine (Gemzar®), paclitaxel (Taxol®), docetaxel (Taxotère®), oxaliplatine (Eloxatine®)

Comment le prendre et à quel dosage ?

Dans l’alimentation :

Mélanger une cuillerée à café bien pleine de poudre de curcuma à une à deux cuillerées à soupe d’huile d’olive, moudre une tombée de poivre noir, à consommer dans la journée sur un aliment (pâtes, riz, légumes, ou même dans une salade).

En préparation magistrale :

Voici la posologie des Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS) :

– 1 c. à café matin et soir pendant 1 mois, renouvelable 3 mois, à diluer dans un grand verre d’eau

 

Nota bene :

La pipérine du poivre augmente notamment l’absorption et la biodisponibilité de la curcumine. Elles sont synergiques dans la prévention de la sénescence. On recommande notamment l’inclusion de la pipérine dans les formulations contenant de la curcumine pour inhiber la glucuroconjugaison de la curcumine.

Le mélange gingembre-curcuma semble également synergique. La médecine ayurvédique utilise depuis l’Antiquité une combinaison de poivre noirpoivre long et gingembre pour améliorer l’efficacité de certains remèdes.

Clémentine. M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *