LE CURCUMA (Curcuma longa L.) Propriétés Bienfaits et Indications

Curcuma longa L.
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Famille des Zingibéracées – LE CURCUMA (Curcuma longa L.)

Petit cousin du gingembre, le curcuma est utilisé tant pour ses vertus gustatives que thérapeutiques en Asie.

Considéré comme l’anti-inflammatoire naturel le plus puissant, il fait l’objet d’un intérêt croissant en occident pour ses propriétés anti-oxydantes et son rôle dans la prévention des pathologies.

Description – Origine 

Originaire d’Inde et d’Asie du sud.

Il est cultivé dans toute l’Asie du Sud-est, en Afrique et aux Antilles.

Historique

Connu depuis des millénaires, principalement en Asie, le curcuma est utilisé, non seulement, comme épice mais aussi comme plante médicinale. C’est un des constituant du « curry », avec la coriandre, la cannelle, le piment de Cayenne, la girofle, la muscade et le gingembre. L’une des molécule active, la curcumine, est un colorant jaune (E100) très utilisé dans l’alimentation (moutardes, fromages, pâtisseries).

Botanique 

Le curcuma est une plante herbacée et vivace. Il s’agit d’une plante à tige courte, haute de 90cm à 1m de haut, et présentant un rhizome long et noueux. Ses feuilles, engainantes, sont lancéolées et elliptiques. Les fleurs sont situées au niveau du sol. Elles sont de couleur jaune, sont entourées de bractées vertes, et sont groupées en épis.

Composition chimique 

> Polyphénols : curcuminoïdes

> Polysaccharides hydrosolubles (facilitent l’absorption intestinale des curcuminoïdes)

> Huile essentielle surtout composée de sesquiterpènes

> Protéines

> Lipides

Principales Propriétés pharmacologiques

Selon le cahier de l’Agence du médicament (Médicaments à base de plantes, 1998), le curcuma est traditionnellement utilisé, par voie orale :

– « comme cholérétique ou cholagogue »

– « dans le traitement symptomatique des troubles fonctionnels digestifs attribués à une origine hépatique »

– « pour stimuler l’appétit ».

Anti-inflammatoire & antioxydant (cf introduction)

 

Protection cardiovasculaire

> Protecteur de la peroxydation lipidique

> Effet sur le rapport ApoB/ApoA

Hépato-protecteur

En cas d’agression hépatique, la curcumine a un rôle protecteur majeur par activation dans le foie des systèmes enzymatiques anti-oxydants : superoxyde dismutase, catalase, glutathion peroxydase et transférase(4) :

De plus la curcumine limite l’oxydation induite par le fer(6).

 

Effets gastro-intestinaux

La commission E et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent l’efficacité des rhizomes de curcuma pour traiter les dyspepsies, généralement accompagnés de douleurs, de sensations de surcharge, de gêne, de nausées et d’une perte d’appétit. Lors d’administration quotidienne le curcuma engendre (8) :

 

> Au niveau de l’estomac

– une augmentation de la sécrétion de gastrine

– une inhibition de la formation d’ulcère induite par différents stress : alcool, indométacine…

 

> Au niveau de la vésicule

Une action cholérétique, cholagogue et préventive de la lithiase biliaire.

 

> Au niveau du pancréas

Une augmentation de l’activité des lipases et des amylases pancréatiques, de la trypsine et de la chymotrypsine.

 

> Au niveau du tractus gastro-intestinal

Une action antispasmodique.

 

Antimicrobiens et anti-infectieux

Le curcuma possède également des propriétés antimicrobiennes, antifongiques et antiparasitaires.

 

Contre-indications

> Obstructions des voies biliaires et présence de calculs biliaires infra-centimétriques

> Femmes enceintes

 

Effets secondaires 

Parfois coloration de la salive en jaune.

Interactions médicamenteuses 

Anticoagulants.

 

Toxicité

Aucune toxicité avérée n’a été rapportée chez l’homme.

 

Principales indications

> Troubles digestifs : gastriques, hépatobiliaires, pancréatiques exocrines ou intestinaux

> Arthrose et rhumatismes inflammatoires

> Athérome et athérosclérose, dyslipidémie

> Hépatites, stéatoses, hépatosideroses dysmétaboliques

Comment le prescrire ?

 

En préparation magistrale

 

Préparation d’Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS)

1 à 2 càc/jour pendant 1 à 3 mois

À renouveler selon la clinique

 

Troubles fonctionnels intestinaux

Curcuma + Artichaut + Mélisse

 

> Arthrose et rhumatismes inflammatoires

aigus rachidiens ou périphériques :

Curcuma+ Saule + Scrofulaire

 

> Dyslipidémie du syndrome métabolique :

Curcuma + Olivier

 

> Gastralgie :

Curcuma + Mélisse

 

> Hépatites médicamenteuses, toxiques (alcool…):

Curcuma + Desmodium + Radis noir

 

> Risque cardiovasculaire et athérosclérose :

Curcuma + Ginkgo + Prêle

 

 

Sources                                    

1) Bernard R., 2005.

Activités biologiques et utilisations thérapeutiques des extraits de curcuma longa L. Thèse de pharmacie, Lyon 1.

2) Braga M.E. et al., 2003.

Comparison of yield, composition, and antioxidant activity of turmeric (Curcuma longa L.) extracts obtained using various techniques. J. Agric. Food. Chem., 51(22):6604-11.

3) Eigner D. et al., 1999. Ferula asa-foetida and curcuma longa in traditional medical treatment and diet in Nepal. J. Ethnopharmacol., 67(1):1-6.

4) Nicol M. et al., 2005. Le curcumin. Méd. Nut., 41(3):135-45.

5) Quiles J.L. et al., 2002. Curcuma longa extract supplementation reduces oxidative stress and attenuates aortic fatty streak development in rabbits. Arterioscler. Thromb. Vasc. Biol., 22(7):1225-31.

6) Ramirez-Bosca A. et al., 2000. An hydroalcoholic extract of curcuma longa lowers the apo B/apo A ratio. Implications for atherogenesis prevention. Mech. Ageing Dev., 119(1-2):41-7.

7) Soudamini K.K. et al., 1992. Inhibition of lipid peroxidation and cholesterol levels in mice by Indian J. Physiol., 36(4):239-43.

8) Teuscher E. et al., 2005. Plantes aromatiques : épices, aromates, condiments et huiles Ed. Tec.& Doc., 216 – 23.

9) Wichtl M. et al., 1999. Plantes thérapeutiques : tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. Ed. Tec.& Doc., 490-3.

10) You B., 2002. Curcuma longa L. Thèse de pharmacie, Paris V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *