LE GINSENG (Panax Ginseng C. A. Meyer) Propriétés Bienfaits et Indications

LE GINSENG (Panax Ginseng C. A. Meyer)

 

D’où vient-il ?

Le ginseng fait partie de la famille des araliaceae. La qualité de la culture et de l’extraction, de même que la traçabilité et la standardisation, est d’une importance primordiale pour une plante aussi connue que le ginseng. En effet, les contrôles des spécialités contenant cette plante laissent souvent à désirer tant sur l’âge du ginseng (garantissant une concentration suffisante en ginsénosides) que sur la concentration des différents principes actifs, ainsi que sur l’absence de produits phytosanitaires trop souvent retrouvés dans les produits provenant des pays à législation moins contraignante ainsi que l’adjonction éventuelle de produits de synthèse.

D’abord mentionné dans des écrits datant de 3300 avant J.-C. , cette plante mythique d’Extrême-Orient, fait par conséquent partie de la pharmacopée de la médecine chinoise depuis plus de 2000 ans. On l’utilise traditionnellement en médecine chinoise notamment comme fortifiant, « tonique de l’énergie vitale (Qi) », et stimulant cardiaque. On le qualifie toutefois de “meilleur médicament” dans la plus ancienne pharmacopée de Shen-Nong (496 avant J.-C.). Sa célébrité vient cependant de la forme particulière de sa racine évoquant un corps humain (le terme ginseng signifie « homme racine » et le radical « seng » désigne les racines employées comme tonique). Dans la médecine asiatique il s’agit d’un médicament de prévention (d’après la médecine chinoise il fortifie les cinq viscères : le cœur, le foie, les poumons, les reins et la rate), et renforce le sang. La première mention en France est due en particulier au père Jésuite Jartoux en 1711.

Comment le décrire botaniquement ?

Le ginseng est une plante herbacée, vivace de 30 à 50 cm de hauteur à racine tubérisée de grande taille. Les feuilles sont palmées et composées de 5 folioles dentelées. Les fleurs sont petites et de couleurs blanches en ombelle terminale. Les fruits sont des baies rouge clair. Le ginseng pousse à l’état sauvage dans les forêts montagneuses d’Asie orientale. Il est cultivé principalement dans la péninsule coréenne et le nord-est de la Chine. Les seuls véritables ginsengs sont ceux de la famille des panax. La racine tubérisée principale, de saveur douce amère, est la partie de la plante utilisée en médecine.

De quoi est-il composé ?

Le ginseng se compose essentiellement d’hétérosides de triterpènes tétracycliques , de ginsénosides, de polysaccharides (glycanes, peptidoglycanes, amidon, oligosaccharides), de vitamines B et C, d’acides aminés essentiels, de sérols, d’huile essentielle à monoterpènes et d’acides gras.

 

Quelles sont les principales propriétés pharmacologiques ?

Le ginseng est un modulateur de l’axe hypophyso-cortico surrénalien par diminution de sécrétion excessive de corticostérone plasmatique suite à un stress chronique et du métabolisme glucidique. Il est notamment utilisé dans les asthénies fonctionnelles

La commission E et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent donc l’usage de cette plante :

  • pour tonifier l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies
  • rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle
  • aider les convalescents à reprendre des forces

La conclusion d’une synthèse de ces études portant sur les performances physiques montrent cependant qu’après 1 à 9 semaines de traitement, le ginseng augmente significativement l’oxygénation et améliore la fréquence cardiaque.

Des essais cliniques et in vivo montrent par exemple que la prise de ginseng améliore les performances cognitives (concentration, attention, fatigue intellectuelle,…), l’adaptation au stress et l’humeur. Ces effets sont dus probablement à une régulation des neuromédiateurs cérébraux (dopamine, noradrénaline, GABA). Chez l’homme, la prise d’un extrait de Panax ginseng associée à un vaccin antigrippal potentialise la vaccination et protège mieux contre le rhume par une augmentation significative du titre d’anticorps et de l’activité des NK. Une autre étude montre que le ginseng augmente l’activité cytotoxique des macrophages péritonéaux et le taux de cytokines.

In vivo, il a été mis en évidence que le ginseng exercent des effets comparables à ceux induits par le diazepam (anxiolytique de référence). Cette plante abaisserait également significativement la glycémie postprandiale et le poids corporel chez des patients diabétiques non-insulino-dépendant.

Quelles sont les indications du Ginseng ?

  • Asthénies
  • Stress
  • Dévitalisation
  • Convalescence
  • Vieillesse
  • Effort sportif
  • Concentration
  • Déclin de capacité de travail
  • Ménopause
  • Dysfonction érectile
  • Syndrome métabolique en association avec Polygonum multiflorum

 

Quelles sont les précautions d’emplois ?

  • Contre-indiquée en cas d’hypertension artérielle sévère et de psychose
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservé à l’adulte
  • Peut entraîner une gynécomastie chez l’homme
  • Eviter dans les cancers gynécologiques
  • Contre-indiquée en cas d’hypersensibilité aux substances actives
  • Contre-indiquée chez les patients hémophiles ou s’apprêtant à subir une intervention chirurgicale

 

Il y a t-il des risques d’interactions médicamenteuses ?

Comme toutes substances contenant des principes actifs, le risque d’interactions médicamenteuses est à prendre en compte.

Le ginseng ne dérogeant pas à cette règle, voici la liste des interactions médicamenteuses à considérer :

  • Eviter en association avec les anticoagulants (warfarine)
  • Risque d’interactions avec les inhibiteurs de la MonoAmine Oxydase (IMAO) – (Phénelzine), les triptans et la digitaline

 

Comment le prendre et à quel dosage ?

En préparation magistrale

Voici la posologie des Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS) :

– 1 c. à café matin et soir pendant 1 mois, renouvelable 3 mois, à diluer dans un grand verre d’eau

 

 

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *