L’ESCHSCHOLTZIA (Eschscholtzia californica) Propriétés Bienfaits et Indications

ESCHSCHOLTZIA (Eschscholtzia californica)

 

D’où vient-il ?

Le “pavot jaune de Californie”, plante majeure de la sphère nerveuse, est essentiellement reconnue pour ses vertus sédatives et antispasmodiques douces. L’Eschscholtzia californica est également appelé pavot de Californie car il est originaire de la côte Ouest des Etats–Unis.

Les indiens consommaient essentiellement ses feuilles en guise de légumes. Ils les faisaient bouillir ou griller sur des pierres chaudes. Il entre donc en Europe au XIXème siècle comme plante ornementale par un botaniste russe, J.F.G. Eschscholtz, d’où son nom : Eschscholtzia.

Les amérindiens utilisaient par ailleurs le latex comme analgésique dans les maux de dents et les coliques.

 

Comment le décrire botaniquement ?

L’eschscholtzia est une plante annuelle, vivace. Elle forme une touffe de 30 cm de hauteur sur 45 cm de largeur environ. Ses feuilles lancéolées sont finement découpées et d’une couleur bleuâtre. Elles peuvent mesurer de 15 à 20 cm de long. Ses fruits forment de longues gousses arquées. La corolle de ses fleurs à deux sépales caducs se referme chaque soir en redressant ses quatre pétales libres, jaune à jaune orangé. L’eschscholtzia pousse sur tous types de sols, même calcaires, mais ne fleurit que de mai à septembre.

De quoi est-il composé ?

L’eschscholtzia se compose essentiellement d’alcaloïdes, de pavines, de protopines, de benzophénanthridines, d’aporphines, de protoberbérines, de benzyltérahydroquinoléines et de flavonoïdes.

 

Quelles sont ses principales propriétés pharmacologiques ?

Les préparations à base d’eschscholtzia diminueraient la durée d’apparition de sommeil et amélioreraient sa qualité. L’action anxiolytique est due à certains alcaloïdes, comme la protopine.

L’eschscholtzia possède des propriétés spasmolytique et sédative, dans une association Eschscholtzia et Corydalis cava en proportions respectives 80-20%, avec une activité sur les endorphines. L’activité anxiolytique se démontre notamment par une étude sur 264 patients atteints d’anxiété généralisée (DSM-III-R) d’intensité faible à modérée, c’est un somnifère doux, un calmant et un analgésique par action sur les encéphalines, recommandé en pédiatrie. Hypnotique et inducteur du sommeil, il diminue en conséquence le délai d’endormissement et prolonge la durée du sommeil par inhibition de la dégradation enzymatique des catécholamines. L’eschscholtzia détient toutefois une action sur la sérotonine par certains alcaloïdes qui se lient aux récepteurs sérotoninergiques 5-HT (protopine, aporphine).

Les benzophénanthridines qu’il contient possèdent cependant une affinité pour les récepteurs V1 de la vasopressine du foie de rat et pourraient fournir des modèles non peptidiques pour la conception de composés synthétiques de vasopressine. Les effets sont démontrés par le docteur J.Fleurentin : anxiolytique à faible dose – sédatif à forte dose – inducteur du sommeil par modulation du GAGA-A – effet antalgique.

Ainsi les indications thérapeutiques traditionnelles d’Eschscholzia se confirme largement par les expérimentations pharmacologiques chez l’animal, cependant les principes actifs ne sont actuellement pas identifiés avec certitude d’après la littérature scientifique (Dr Fleurentin). Certains alcaloïdes isoquinoléiques (hunnemanine, norsanguinarine) sont antifongiques (Alternaria sp., Curvularia sp, Helminthosporium sp, Fusarium sp.).

 

Quelles sont les indications de l’Eschscholzia ?

  • Insomnie
  • Céphalée
  • Neuropathie de l’enfant
  • Énurésie nocturne
  • Difficultés d’endormissement
  • Éveils nocturnes multiples
  • Sommeil non réparateur
  • Cauchemars chez l’enfant

 

Quelles sont les précautions d’emplois ?

  • Contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante, ainsi que chez l’enfant de moins de 6 ans
  • Contre-indiqué en cas de glaucome
  • Atoxique

 

Il y a t-il des risques d’interactions médicamenteuses ?

Comme toutes substances contenant des principes actifs, le risque d’interactions médicamenteuses est en conséquence à prendre en compte.

L’ Eschscholtzia ne dérogeant cependant pas à cette règle, voici la liste des interactions médicamenteuses à considérer :

  • Eviter en association avec les anti-dépresseurs et les anti-hypertenseurs

 

Comment le prendre et à quel dosage ?

En préparation magistrale :

Voici la posologie des Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS) :

– 1 c. à café matin et soir pendant 1 mois, renouvelable 3 mois, à diluer dans un grand verre d’eau

1 à 2 càc au coucher pendant 1 mois à renouveler selon la clinique

1 à 2 càc au coucher pendant 15 jours à renouveler selon la clinique

1 à 2 ml/kg de poids au coucher pendant 1 mois à renouveler selon la clinique

 

 

Clémentine. M
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomedecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *