L’herpès ou bouton de fièvre, du point de vue naturopathique

Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Les chiffres sont étonnants : 9 millions de français développeraient un herpès labial chaque année !  Selon les pays, de 50 à 90 % de la population serait infectée par ce virus ! A l’âge de 4 ans, 75 % des enfants auraient déjà été en contact avec ce virus très contagieux.

 

Qu’est-ce que l’herpès ?

L’herpès labial ou bouton de fièvre, est une affection bégnine pour la majorité des personnes dont on se passerait volontiers.

Incommodant, l’herpès labial est inesthétique et douloureux. Il se manifeste par poussées et se localise souvent sur ou autour des lèvres. Il peut aussi apparaître ou s’étendre sur le nez, voire à l’intérieur des fosses nasales, sur une jour ou sur le menton. Parfois il peut se localiser à proximité de l’œil.

Le virus en cause se nomme VHS-1 (virus de l’herpès simplex de type 1). Le VHS-2 (virus de l’herpès simplex de type 2) est quant à lui le plus souvent associé à l’herpès génital.

Une fois infecté par le VHS-1, on en est porteur et le virus reste présent dans le corps à vie, sans forcément s’exprimer. Tapis dans les ganglions nerveux situés à la base du crâne, il se révèle à l’occasion d’un affaiblissement du système immunitaire.

Le bouton d’herpès prend la forme de vésicules agglomérées sur une même zone, remplies d’un liquide clair. Les premiers symptômes sont une sensation de picotement désagréables qui annonce l’éruption. Une fièvre peut se constater.

Après plusieurs jours, ces vésicules commencent à se rompre puis à sécher pour laisser place à des croûtes qui finiront par tomber au bout d’une bonne semaine.

La période la plus contagieuse survient lorsque les vésicules commencent à éclater (les virus étant contenus dans le liquide). La transmission se fait soit par contact direct, soit via des objets usuels qui ont été contaminés (serviettes de table, verres, etc.)

Le virus se réactive à de maintes occasions : une fatigue importante, une infection générale avec fièvre, un choc, l’arrivée des règles, une exposition trop intense au soleil, ou encore l’utilisation de certains médicaments (corticoïdes, immunosuppresseurs..)

Comme tout désordre se manifestant à travers un symptôme, le principal enjeu est celui du bon fonctionnement du système immunitaire et en cela, la naturopathie apporte des réponses efficace.

 

Quelles solutions existent pour faciliter la guérison ?

Dès les premiers picotements, la prise de chlorure de magnésium peut être conseillée afin de favoriser le processus de guérison, et parfois même enrayer le développement du bouton. Deux ou trois doses d’une préparation (un sachet de 20 g mélangé à 1L d’eau) rapprochées à trois heures d’intervalle, puis toutes les six heures, comme pour traiter toute maladie aiguë.

L’extrait de pépin de pamplemousse, stimulant immunitaire et anti-infectieux naturel, est un complément de choix en cas d’herpès. Il peut s’utiliser par voie interne ou localement. Le dosage doit s’établir avec votre pharmacien selon la concentration de l’extrait choisie.

En toute logique, du repos s’impose puisque l’éruption du bouton, rappelons-le, est consécutive à un affaiblissement immunitaire.

Certains gestes ou remèdes de grand-mères sont préconisés ça et là, à tester pour valider leur efficacité sur vous :

  • appliquez un glaçon sur la zone concernée en laissant poser plusieurs minutes par jour. Non seulement cela agit comme un antidouleur, mais cela permet de diminuer l’étendue de l’herpès labial
  • le jus de citron, directement sur le bouton de fièvre à l’aide d’un coton
  • frottez une gousse d’ail coupée en deux délicatement sur la lésion
  • recouvrez votre herpès d’une goutte de miel, en laissant poser une quinzaine de minutes
  • l’eau de mélisse aurait un effet bénéfique sur le bouton

Bien évidemment, il faut absolument éviter de toucher les vésicules et l’hygiène de la personne infectée doit être parfaite.

 

Pour limiter l’étendue des lésions, et favoriser leur disparition, voici quelques conseils testés et approuvés :

  • localement, alternez l’application d’extrait de pépin de pamplemousse dilué et d’huiles essentielles: tea-tree, niaouli ou encore ravintsara pourront être appliquées, pures (1 goutte) ou diluées à de l’huile végétale de noisette. Le tout est de renouveler les applications un minimum de 5 fois par jour (correspondant à la vitesse de renouvellement du virus).
  • stimuler votre immunité est le deuxième acte vers la guérison. Une cure d’échinacée ou d’éleuthérocoque seront particulièrement intéressantes. De même, un apport de spiruline et de vitamine C naturelle aideront l’organisme à retrouver son équilibre.
  • un protocole défini par votre médecin homéopathe agira sur les poussées et pourra permettre d’éviter les récidives
  • enfin, pour encourager l’assèchement, l’application de cataplasmes d’argile aura des effets rapides.

En amont, et c’est bien là l’essentiel, il s’agit de maintenir le bon fonctionnement de son système immunitaire, par tous les moyens mis à notre disposition : alimentation et rythme de vie corrects, flore intestinale bénéfique, gestion émotionnelle, respect des besoins de notre organisme, complémentation phytothérapeutique ou alimentaire quand le besoin s’en fait sentir.

Les conseils doivent s’adapter à chacun, en fonction du terrain spécifique. Chez les individus sujets à l’apparition de boutons d’herpès, on peut en prévention faire des cures d’antiviraux naturels (échinacée, astragale) lors de périodes où la fatigue se fait sentir, et se supplémenter annuellement en lysine. En effet, la lysine (acide aminé) joue un rôle dans la réactivation du virus : consommez donc du poisson, de la levure alimentaire, des légumineuses, des fruits et des légumes, du jus de pomme, de canneberge, du soja. A l’inverse, l’arginine (contenue dans le chocolat, les oléagineux, les graines de tournesol et de sésame) est un acide aminé favorable à la prolifération du virus VHS-1.

L’herpès n’est donc pas une fatalité, même s’il est souvent vécu comme tel. Il est bien le signe d’un « trop-plein » de fatigue, d’activité, de surcharge organique. Apprenez donc à connaître vos signes précurseurs !

 

Delphine L., Naturopathe

2 commentaires sur “L’herpès ou bouton de fièvre, du point de vue naturopathique

  1. D’accord avec. Le tea tree (melaleuca alternifolia) je n’emploie que cela . À emmener en voyage .
    Se renseigner pour les enfants et femmes enceintes .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *