Sinusites et traitements naturels

sinusite
Merci de partager cet article sur
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Sphère ORL et sinusites

La sinusite est une inflammation aiguë ou chronique d’une ou de plusieurs des quatre paires de cavités muqueuses appelées “sinus” qui communiquent avec les fosses nasales. En général, la sinusite n’atteint qu’un seul sinus, d’un seul côté. Il peut arriver que tous les sinus soient concernés : il s’agit alors d’une pan sinusite.

On distingue la sinusite aiguë qui est due à une inflammation d’un sinus de la face, ou à une infection (bactérienne) qui a son origine dans les fosses nasales ou au niveau d’une dent du maxillaire supérieur. Dans ce cas, il s’agit d’une sinusite maxillaire, qui nécessite de soigner la cause, c’est-à-dire la dent infectée.

Dans les sinusites aigues qui se caractérisent généralement pas une violente douleur et des écoulements purulents, on distingue la sinusite frontale (douleur au-dessus de l’œil), la sinusite sphénoïdale (douleur en arrière de l’œil), la sinusite ethmoïdale, surtout fréquente chez les jeunes enfants et qui se caractérise par une douleur voire un gonflement au niveau de l’angle interne de l’œil.

En ce qui concerne la sinusite maxillaire, les douleurs sont localisées au-dessous de l’œil. C’est lorsque l’écoulement du pus ne peut plus se faire par obstruction des canaux naturels d’évacuation (ce que l’on appelle aussi une sinusite bloquée), que la douleur devient paroxysmique.

On qualifie de chronique une sinusite qui se prolonge au-delà d’une période d’environ trois mois.

Parmi les causes les plus fréquentes : infections dentaires, malformation des cornets ou de la cloison nasale, facteurs génétiques, entre autres.

Les différents types de sinusites

Suite à une contamination virale ou bactérienne, les muqueuses deviennent œdémateuses et obstruent les sinus, le mucus n’est alors plus drainé correctement.

La sinusite aiguë :

Cette sinusite du patient immunocompétent en ville est presque toujours virale (rhinovirus, grippe, virus para-influenza). Un petit pourcentage développe une infection bactérienne secondaire à streptocoques, pneumocoques, Haemophilus influenzae, Moraxella catarrhalis, ou à staphylocoques. Parfois, un abcès dentaire périapical d’une dent maxillaire se propage aux sinus adjacents. Les infections nosocomiales aiguës sont le plus souvent bactériennes, et impliquent habituellement Staphylococcus aureus, Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa, Proteus mirabilis, et Enterobacter. Les patients immunodéprimés peuvent avoir une sinusite fongique invasive aiguë.

La sinusite chronique :

Elle implique de nombreux facteurs qui se combinent pour créer une inflammation chronique. Des allergies chroniques, des anomalies structurelles (polypes nasaux), des irritants environnementaux (pollution atmosphérique, fumée de tabac), des dysfonctionnements mucociliaires, et d’autres facteurs interagissent avec des microorganismes infectieux pour provoquer une sinusite chronique. Les microorganismes sont fréquemment bactériens (éventuellement au sein d’un biofilm sur la surface muqueuse), mais ils peuvent être fongiques. De nombreuses bactéries ont été impliquées, dont des bacilles à Gram négatif et des microorganismes anaérobies oropharyngés; une infection poly microbienne est fréquente. Dans quelques cas, une sinusite maxillaire chronique est due à une infection dentaire. Les infections fongiques (Aspergillus, Sporothrix, Pseudallescheria) peuvent être chroniques et tendent à toucher les patients âgés et les patients immunodéprimés.

La sinusite allergique fongique :

C’est une forme de sinusite chronique caractérisée par une congestion nasale diffuse, des sécrétions nasales très visqueuses et, souvent, des polypes nasaux. Il s’agit d’une réponse de type allergique à la présence locale de champignons, souvent Aspergillus, et elle n’est pas provoquée par une infection invasive.

La sinusite fongique invasive :

C’est une infection agressive, parfois mortelle chez les patients immunodéprimés, généralement provoquée par les espèces Aspergillus ou Mucor.

Quels sont les symptômes d’une sinusite ?

Le sinusite peut être aiguë lorsqu’elle guérit en 3 semaines au maximum ou chronique lorsqu’elle a tendance à se répéter ou à persister plus de 4 semaines.

Les symptômes d’une sinusite sont identiques :

  • Douleur faciale située au-dessus des sourcils, des dents de la mâchoire supérieure, au niveau des yeux (péri et rétro-orbitale)
  • Sensation de pression dans les sinus
  • Congestion nasale
  • Sécrétions nasales purulentes
  • Toux grasse
  • Fièvre légère
  • Mauvaise haleine (halitose)
  • Diminution ou perte de l’odorat

Les traitements naturels pour atténuer les symptômes d’une sinusite :

  • Nettoyer les sinus à l’eau salée :

Faire couler de l’eau salée successivement dans chaque narine peut traiter et prévenir la sinusite. Aussi, vaporiser de l’eau salée dans la cavité nasale plusieurs fois par jour peut aider à soulager la congestion.

  • Humidifier les cavités nasales avec de la vapeur d’eau :

Il suffit de respirer la vapeur provenant d’un bol d’eau bouillante. On utilise une grande serviette pour recouvrir sa tête et le bol, de façon à concentrer au maximum la vapeur. Attention toutefois à ne pas sortir après une inhalation afin d’éviter d’attraper une bronchite bêtement.

  • Prendre une douche chaude peut soulager la congestion :

On peut aussi appliquer des compresses d’eau chaudes autour du nez, sur les joues et les yeux à raison de 20 à 30 minutes, de deux à quatre fois par jour.

Idéalement, on essaie de maintenir l’humidité de la maison, en particulier les chambres à coucher, autour de 40 à 50 %.

  • Penser à s’hydrater :

Boire est essentiel puisqu’une bonne hydratation aide à éclaircir le mucus, ce qui facilite ainsi son écoulement. Cela permet aux sinus de retrouver leur drainage normal. On évite toutefois l’alcool, qui peut causer l’enflure des muqueuses du nez et des sinus.

  • Éviter d’utiliser des décongestionnants :

Ces décongestionnants sous forme de vaporisateurs nasaux (Dristan®, Otrivin®) sont à éviter durant plus de trois jours, car ils peuvent entraîner une sinusite de rebond.

  • Éviter de fumer :

On fuit la cigarette et l’exposition à la fumée secondaire, car le tabac irrite les muqueuses.

  • Faire une cure de Propolis :

La Propolis est une alliée de taille pour lutter contre les maladies infectieuses de toute nature, surtout ORL et bronchiques telles que les sinusites. Faire en cures discontinues de préférence, ne pas utiliser pendant plus de 2 à 3 semaines consécutives.

Quelles plantes médicinales choisir pour soigner les sinusites ?

L’Aulne est LE remède de tout syndrome inflammatoire à point de départ muqueux en phase suppurative aigue telles que les sinusites.

Indiqué dans les sinusites chroniques, le Marrube est un anti-inflammatoire par inhibition de la cyclo-oxygénase Cox2 et un antifongique.

Cette plante est indiquée dans les sinusites par ses propriétés mucolytiques, anti-inflammatoire et antimicrobienne.

La Camomille possède une activité antimicrobienne et anti-inflammatoire. Elle est indiquée dans diverses formes de sinusites.

 

Le recours aux antibiotiques n’est utile que dans les rares cas où la sinusite est d’origine bactérienne. Un écoulement nasal jaune est par exemple un signe. Le médecin généraliste ou l’ORL pourra le confirmer en examinant l’aspect des muqueuses.

IMPORTANT : En aucun cas les informations et conseils proposés sur le blog ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire sécurisé, pour obtenir des conseils personnalisés.

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *