Comment décrypter les formules INCI des cosmétiques bio

Les consommateurs ne veulent pas de parabène dans leurs produits cosmétiques et dans l’alimentation. En conséquence, beaucoup de marques avancent l’argument ‘sans parabènes’ pour mieux vendre. D’autres continuent à utiliser les parabènes, car les études scientifiques ne concluent pas clairement à leur caractère toxique. Alors, conservateurs ou sans conservateur ? Dans cet article, nous allons voir comment bien choisir son produit bio en décryptant les formules INCI des produits cosmétiques.

Comment décoder la liste Inci de vos produits achetés en pharmacie

Depuis 1998 en Europe, la liste Inci doit obligatoirement figurer sur le suremballage en carton ou sur le produit lui-même. INCI signifie “International Nomenclature of Cosmetic Ingredients”(Nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques). La liste Inci mentionne les ingrédients par ordre décroissant de leur volume. Très souvent, l’eau apparaît en tête de liste. L’eau est la base de toutes les émulsions, les gels douche et autres shampooings…

Les molécules sont généralement inscrites en anglais et les extraits végétaux sont mentionnés en latin. Ainsi, avec un minimum de connaissances ou l’aide d’Internet, on peut détecter les différents ingrédients, y compris ceux qui sont décriés, ou les allergènes, obligatoirement indiqués en fin de liste.

 

Différence entre Ingrédients Bio et Naturels dans une liste INCI

Bio : par cosmétique bio, on entend « produits composé d’ingrédients issus de l’agriculture biologique ». C’est à dire que les ingrédients utilisés ont été produits selon les réglementations qui régissent l’agriculture biologique. Principalement sans pesticides. Le bio est soumis à des labels. Certains labels sont plus ou moins exigeants.

Naturel : signifie qu’en théorie, le produit ne se compose pas d’ingrédients chimiques. Cependant, ces derniers ne sont pas soumis à la réglementation biologique. Le gros hic avec l’appellation « naturel », c’est qu’on peut l’utiliser sans forcément apposer de labels sur un produit. On peut donc acheter un produit dit « naturel », qui propose une large palette d’ingrédients naturels, mais s’accompagner de methylparabene ou d’autres cochonneries peu reluisantes. Et on peut carrément acheter un produit dit « naturel », qui ne l’est absolument pas.

 

Pourquoi privilégier le “sans parabène”, “sans phtalate”, “sans triclosan”, ou le “sans phénoxyéthanol” quand vous consultez une liste INCI

Sans conservateur, sans parabène, sans phenoxyethanol…? mais cela veut dire quoi au final….Est-ce seulement un argument de vente utilisé par de nombreuses marques pour mettre en avant leurs produits. Où est-ce que ces substances peuvent représenter un risque pour ma santé ?

En 2004, une étude menée par des scientifiques britanniques, conduisit à penser qu’il pourrait avoir une relation entre les parabènes des déodorants et le cancer du sein (les résultats se basent essentiellement sur la présence de parabènes dans des tissus mammaires cancéreux). Même si le résultat de ces études ne prouve pas l’effet cancérigène des parabènes, ce qui est certain, c’est que les parabènes sont allergènes, irritants pour la peau et les yeux, et qu’ils semblent avoir une activité oestrogénique, d’où un lien éventuel avec le cancer.

Les parabènes :

Cette famille de conservateurs synthétiques (Paraoxybenzoates) s’emploie dans pratiquement tous les types de produits cosmétiques non bio. Si les doutes sérieux quant à leur dangerosité nous poussent à les éviter comme la peste, on sait avec certitude qu’il en existe certains plus nocifs que d’autres. En effet, c’est la taille du parabène qui détermine son efficacité et sa toxicité potentielle : plus il est grand, plus il sera efficace et aussi plus nocif qu’un autre parabène ayant une plus petite taille.

Le triclosan :

Cet antibactérien synthétique est un célèbre perturbateur endocrinien qui influe sur le fonctionnement de la thyroïde. Il forme des résidus cancérigènes accumulables dans le corps que l’organisme ne sait pas éliminer. Accumulé avec d’autres perturbateurs endocriniens, il constitue un risque sur le long terme du fait de ce que l’on appelle « l’effet cocktail ».

Le phénoxyéthanol :

Aussi connu sous le nom de phénoxytol ou EGPhE, le phénoxyéthanol, conservateur de la famille des éthers de glycol, se répand dans les produits cosmétique (sauf bio ou 100 % d’origine naturelle). Nocif pour le foie et le sang, il présente également des risques cancérigènes et provoquerait des dysfonctionnements du système hormonal chez l’homme, atténuant la fertilité. Enfin, c’est un allergène reconnu pouvant entraîner de l’eczéma et de l’urticaire chez les personnes intolérantes.

Polluants pour l’environnement, allergisants pour la peau ou encore trop riches en perturbateurs endocriniens, les produits cosmétiques que l’on utilise au quotidien ne nous veulent pas tous du bien.

 

La liste Inci au cœur des préoccupations des consommateurs

Après les polémiques sur les ingrédients cosmétiques, on aurait presque envie de jeter à la poubelle l’intégralité des produits présents dans la salle de bains. Tout dans le même sac : parabènes, phénoxyéthanol, filtres solaires, huiles essentielles… Pourtant, un distinguo s’impose.

Les cosmétiques soumis à une réglementation européenne très stricte, sont en constante évolution au fil des études de groupes de scientifiques au sein du CSSC (Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs).

Les fabricants et les marques, sensibilisés par l’opinion, devancent souvent la législation en éliminant les ingrédients montrés du doigt. D’autre part, il faut savoir pourquoi ceux-ci se retrouvent sur la sellette. Certains posent problème surtout parce qu’ils ne sont pas écologiques, comme les silicones ou les huiles minérales… D’autres (sulfates, huiles essentielles) peuvent provoquer des irritations ou des allergies sur certaines personnes sensibles, mais pas forcément plus que la vitamine C ou les fraises !

Conscientes que de plus en plus de consommateurs souhaitent mieux comprendre leurs produits, certaines marques ont dernièrement transcrit la liste Inci de façon plus lisible et en plus gros caractères ! Ainsi, Garnier, sur sa gamme SkinActive rénovée, a mis en avant ses 96 % d’ingrédients d’origine naturelle avec un étiquetage expliquant les noms scientifiques en indiquant leur origine : sodium phytate = son de riz, arginine = fermentation de sucre… Une bonne façon de comprendre que, derrière des noms un peu barbares, se cachent souvent des ingrédients simples, du moins avant transformation. C’est pourquoi chez Soin e t Nature, nous mettons en avant la composition des produits et vous guidons dans le choix des ingrédients naturels adaptés à votre besoin.

 

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander le conseil de votre pharmacien.

 

Emmanuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *