Quelle est la différence entre les EPS (PhytoPrevent) et les SIPF (Synergia)?

EPS Ginseng phytoprevent
Merci de partager à vos connaissancesShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Afin d’expliquer rapidement la différence entre ces deux types d’extraits de plantes fraîches médicinales, nous allons d’abord voir la méthode S.I.P.F., pour ensuite, mettre en avant les 2 étapes finales et originales du procédé E.P.S. : la lixiviation où l’on ajoute de l’alcool au mélange de plante cryobroyée, en augmentant progressivement le degré alcoolique et l’ajout de glycérine, après évaporation de l’alcool et dosage du traceur, la dernière opération consiste à ajouter de la glycérine d’origine végétale pour garantir une standardisation produits.

Le procédé S.I.P.F.  est un procédé de fabrication qui présente pour particularité de conserver l’intégralité des constituants tels qu’ils se trouvaient à l’état natif dans la plante fraiche (idem pour les E.P.S. ). Ce procédé est breveté depuis 1981 et a récemment été cédé au Laboratoire Synergia, qui vient d’obtenir la labellisation Agriculture Biologique par ECOCERT sur la totalité du procédé. Seule une plante échappe à cette labellisation, le fucus, qui est une algue.

Contrairement à ce procédé S.I.P.F. , le laboratoire PhytoPrevent ne peut prétendre à des extraits de plantes labellisés Agriculture Biologique, alors qu’ils le sont. Cette particularité est dû à l’ajout de glycérine, qui ne peut être” biologique”, puisque c’est un produit de synthése (minéral ou végétal).

Les 3 étapes commune du procédé S.I.P.F. et E.P.S.

Culture des plantes médicinales

Elles sont sélectionnées selon des critères précis : période de récolte, stade végétatif…
En dehors du fucus, les 17 plantes utilisées dans le concept SIPF sont cultivées en Ardèche, en respectant les règles de l’agriculture biologique.

Récolte des plantes médicinales

Les plantes (SIPF) sont cueillies en fonction de la date idéale de cueillette, qui peut être différente pour chacune d’entre elles. Moins de 24 h après la récolte, les plantes fraiches sont réceptionnées pour la transformation. Un premier contrôle permet de contrôler l’identité de la plante et de vérifier la qualité de la récolte, sans ionisation ni irradiation.

Les plantes des E.P.S. sont cueillies en France (ex : aubépine dans la Drôme) et/ou à l’étranger en fonction de la période de récolte et de la partie prélevée (fleurs, fruits, feuilles, racines…) dans des champs de préférence de culture biologique ou des zones sauvages non polluées.

Cryobroyage des plantes médicinales

Les plantes SIPF sont refroidies à -25°c par de l’azote afin de bloquer la dégradation enzymatique. Elles sont ensuite broyées à -196°C en particules de 1 mm puis de 50 à 400 microns (1 micron = 0, 001 mm).

Les plantes EPS sont aussi congelées dans les heures qui suivent pour éviter qu’elles ne s’oxydent, puis stockées à -18° dans des chambres froides. Cette étape suppose ainsi une maîtrise parfaite de la chaîne du froid. L’étape suivante consiste à broyer mécaniquement les plantes encore congelées.
Le broyat recueilli dans la cuve est recouvert d’une eau faiblement alcoolisée.

Les 2 étapes différentes du procédé S.I.P.F. et E.P.S.

Mélange ,macération, centrifugation pour les SIPF

La poudre ainsi obtenue est mélangée à de l’eau et de l’alcool bio (30% d’alcool) et laissée en macération pendant plusieurs semaines.
La centrifugation s’effectue en 2 phases, d’abord pour séparer la « boue » du jus macéré puis pour affiner le jus ainsi obtenu.
La « boue » est asséché par ultrapression moléculaire (40 bars). Cette opération permet de récupérer un jus pur très concentré qui est mélangé au premier jus obtenu lors de la centrifugation.

Stabilisation du produit et contrôles

Les SIPF ainsi obtenus sont contrôlés (dosage des principaux actifs) et la concentration en alcool est ajustée afin de respecter la charte de fabrication.

Lixiviation pour les EPS

Après cryobroyage, on ajoute ensuite de l’alcool à ce mélange, en augmentant progressivement le degré alcoolique. Ce qui permet une extraction de tous les principes actifs plus “douce” et respectueuse des qualités physico-chimiques des composants.

Ajout de glycérine pour les EPS

Après évaporation de l’alcool et dosage du traceur, la dernière opération consiste à ajouter de la glycérine d’origine végétale pour garantir une standardisation produits.

Enfin, la qualité des produits E.P.S. suppose en amont une qualité irréprochable des matières premières, autant dire des plantes. Or leur composition peut être très variable d’une année à l’autre, selon les conditions climatiques, périodes de récolte, stade végétatif, nature du sol…
Face à ces inégalités et pour garantir une concentration constante dans le traceur sélectionné, le procédé d’extraction breveté E.P.S. repose sur une standardisation des produits.

L’ajout de glycérine lors de l’étape ultime du procédé d’extraction permet d’ajuster la concentration finale en traceur.

Rappel sur les S.I.P.F.: caractéristiques et spécificités

Efficacité

Le procédé SIPF respecte et restitue l’intégralité biochimique de la plante fraiche pour une efficacité supérieure à toutes les autres formes galéniques avec une plus grande rapidité d’action. La conservation en suspension hydroalcooliques de 30% seulement permet d’améliore la biodisponibilité du potentiel thérapeutique.

Spécificités

La présence d’alcool n’a pas toujours bonne presse, pourtant les quantités sont minimales. Ainsi, 5 ml de SIPF (la dose moyenne généralement conseillée par jour, à diluer dans de l’eau) correspond à 0,024 g d’alcool par litre de sang pour un homme de 70 kg. Contre à 0,20 g d’alcool par litre de sang après absorption d’une bière de 25 cl à 5°. Cependant, en raison de la présence d’alcool, et conformément aux recommandations sanitaires, les SIPF sont contre-indiqués chez la femme enceinte et les enfants de moins de 40 kg.

8 commentaires sur “Quelle est la différence entre les EPS (PhytoPrevent) et les SIPF (Synergia)?

  1. Bonjour,
    J’allaite ma fille de 2 ans ( à la demande et très régulièrement jour et nuit). Mon médecin me recommande une cure de chardon marie (on essaie de corriger des carences vitaminiques (notamment les liposolubles qui ont du mal à remonter) avec supplémentation et il se demande si ma vésicule biliaire et mon foie nauraient pas besoin d’un coup de main.
    Quelle forme galénique me conseillez vous?
    Merci pour votre aide

    1. Bonjour,

      vous pouvez tout à fait faire une cure d’EPS de Chardon Marie, il est préférable de le prendre en dehors des tétés, peut-être au moment où votre fille fait la sieste?

      Prenez 5ml par jour dans un grand verre d’eau.

      Très belle journée,

      Marie-Naturopathe

    1. Bonjour, malheureusement l’ail n’existe pas en extrait fluide EPS ou en SIPF, il est disponible uniquement sous forme de gélules ou de teinture mère homéopathique. Pour ces deux galéniques il n’y en a pas une meilleure que l’autre, tout dépend l’utilisation que vous voulez en faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *