Comment soigner le rhume de bébé grâce à l’aromathérapie ?

rhume de bébé et aromathérapie

Comment soigner le rhume de bébé ?

Le rhinovirus (HVR = Human Rhino Virus) a été découvert dans les années 1950. Les agents étiologiques (agents pathogènes) mis en avant sont ceux du rhume banal à tropisme respiratoire. Ce virus croît dans les voies nasales et circule généralement dans tous les pays et toute l’année.

Les enfants sont le réservoir principal de l’HVR, il faut cependant prendre en compte que chez 15% des enfants, cette pathologie est asymptomatique. L’incubation du HRV est en moyenne de deux jours, la concentration maximale de cette pathologie se retrouve dans les sécrétions au bout de 48H. À savoir que le HRV est responsable de la majorité des infections bénignes des voies aériennes supérieures (nez, fosses nasales, bouche, pharynx et larynx).

Le rhume banal est donc une infection virale aiguë auto-limitée, habituellement apyrétique, entraînant des symptômes des voies respiratoires hautes, tels qu’une rhinorrhée, une toux et une angine. Le diagnostic est clinique. Le lavage des mains permet d’éviter sa propagation.

Les infections à rhinovirus sont très fréquentes en automne ainsi qu’au printemps et moins fréquentes pendant l’hiver. Ces rhumes sont le plus souvent transmis par contact direct interhumain, bien que la propagation puisse également se faire via les aérosols à grosses particules.

Traiter les symptômes du rhume

Après une incubation de 24 à 72 h, les symptômes du rhume commencent par une sensation de brûlure et d’irritation de la gorge, suivie d’éternuements, de rhinorrhée, d’une obstruction nasale et d’une sensation de malaise. Les sécrétions nasales sont fluides et abondantes pendant les premiers jours, mais s’épaississent et deviennent ensuite purulentes. Les sécrétions mucopurulentes ne traduisent pas une surinfection bactérienne. La toux est habituellement légère, mais persiste souvent jusqu’à la 2e semaine. La majorité des symptômes dus à un rhume non compliqué régressent dans les 10 jours.

Lavez le nez de bébé :

  • Allongez bébé sur le dos ou sur le côté et maintenez sa tête penchée afin d’éviter les risques de fausses routes.
  • Placez doucement l’embout de la dosette de sérum physiologique (évitez l’eau minérale et l’eau du robinet qui peuvent contenir des germes) à l’entrée de la narine.
  • Appuyez sur la dosette pour introduire entièrement son contenu dans la narine afin que le sérum ressorte par l’autre narine.
  • Attendez que votre bébé ait dégluti normalement.
  • Essuyez son nez avec un mouchoir ou utilisez un mouche-bébé.
  • Pensez à respecter un temps d’arrêt entre les deux narines pour lui permettre de bien reprendre sa respiration.

Surélevez le haut du matelas :

Surélever le haut du matelas évite que le mucus tombe dans sa gorge et aggrave sa toux.

Humidifiez l’air :

Humidifier l’air permettra à bébé de mieux respirer.

Donnez un bain chaud à bébé :

Faire prendre un bain chaud à bébé débouchera son nez.

Aérez la chambre :

Il est important d’aérer la chambre au minimum 30 minutes par jours afin de renouveler l’air et de faire partir les microbes.

Hydratez bébé :

Pensez à hydrater votre enfant le plus possible afin de fluidifier les mucosités.

L’aromathérapie antivirale

En règle générale, mieux vaut éviter d’utiliser des huiles essentielles sur les femmes enceintes ou allaitantes, surtout au cours des trois premiers mois de la grossesse lorsque les tissus fœtaux sont en formation, ainsi que chez les enfants à cause de l’immaturité enzymatique infantile.

Certaines huiles essentielles peuvent être toxiques et dangereuses sans en maîtriser leurs précautions d’emploi. Il est donc préconisé de se diriger alors vers l’homéopathie ou l’hydrolathérapie (eaux florales) pour les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que pour les enfants.

L’hydrolathérapie est une branche de l’aromathérapie. En effet, un hydrolat est une eau de distillation ou eau florale obtenue lors de la distillation à la vapeur d’eau d’une plante aromatique ou médicinale, en vue d’obtenir une huile essentielle.

Un hydrolat n’est pas aussi puissant qu’une huile essentielle, cependant, étant constitué par l’eau (eau florale), il conserve des molécules odorantes hydrosolubles et reste légèrement parfumé, en possédant certaines propriétés en thérapeutique ; telle que l’eau de fleur d’oranger utilisée pour réguler le sommeil des enfants par exemple.

Hydrolats pour traiter le rhume chez l’enfant

L’hydrolat d’eucalyptus globulus :

Par voie orale, cet hydrolat est indiqué pour les pathologies hivernales et plus spécifiquement pour les toux bronchiques.

Il est naturellement drainant de l’arbre respiratoire, et est notamment expectorant et mucolytique, antispasmodique bronchique ainsi qu’antiviral. De surcroît, l’eucalyptus est immunostimulant, antalgique et anti-inflammatoire.

L’hydrolat de thym thymol :

En gargarisme ou par voie orale, cet hydrolat est indiqué dans les infections respiratoires, les asthénies, les angines, les pharyngites et les laryngites.

Cet eau florale contribue à la défense naturelle de l’organisme. Il adoucit ainsi la respiration, aide à lutter contre les asthénies et possède une activité antivirale puissante.

En usage interne, les hydrolats s’utilisent à raison de 1 cuillerée à soupe dans 1 verre d’eau, 1 à 2 fois par jour pour les adultes et 2 cuillerées à café 1 fois par jour pour les enfants en bas âge dans un biberon d’eau.

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.