Thyroïde et naturopathie, traitements des glandes endocrines

thyroïde
Merci de partager cet article sur
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Les affections de la glande thyroïde

La thyroïde est une glande endocrine (ou hormonale), située contre l’œsophage et qui a schématiquement la forme d’un nœud papillon. Elle est essentiellement constituée de vésicules à parois constituées d’une seule couche de cellules, et qui contiennent la colloïde, majoritairement constituée de thyroglobuline. Les deux hormones sécrétées par la glande thyroïde sont la triiodothyronine (T3) et la tétraïodothyronine (T4 ou thyroxine) qui jouent un rôle déterminant dans le métabolisme cellulaire et leur production d’énergie (sous forme d’ATP), sous la dépendance de la TSH (Thyroid Stimulating Hormon).

Rappelons que la glande thyroïde, située dans la partie antérieure du cou, est composé de 2 lobes reliés par un isthme. Elle sécrète des hormones indispensables pour la croissance osseuse, le développement mental, la transformation des lipides et des sucres.

 

L’hyperthyroïdie :

C’est un hyperfonctionnement de la glande thyroïde qui se déclare généralement entre 20 et 40 ans. Elle touche 8 femmes pour 1 homme.

Ses principales causes sont diverses, elles peuvent être due à la maladie de Basedow (ou maladie de Graves), dans 70 à 85% des cas (maladie auto-immune au cours de laquelle des anticorps vont stimuler la thyroïde de manière excessive), elles peuvent être due également à la présence de nodules thyroïdiens toxiques, à une inflammation de la thyroïde, à certains médicaments riches en iode ou encore à un trouble de l’hypophyse.

 

Conseils naturopathiques en cas d’hyperthyroïdie diagnostiquée :

  • Repos nécessaire
  • Eviter les excitants surtout en fin de journée (thé, café)
  • Consommer des protéines à chaque repas
  • Eviter la consommation d’aliments riches en iode (fruits de mer, algues, sushis)

 

Quelles plantes en cas d’hyperthyroïdie ?

  • Le cresson de fontaine :

Cette plante subaquatique inhibe la fixation d’iode dans la thyroïde par des produits de décomposition des glucosinolates ( comme toutes les Brassicaceae).

Cette plante est populaire pour promouvoir l’immunité, ce qui est en partie pourquoi elle est idéale pour une meilleure santé de la thyroïde. C’est la meilleure pour ceux qui ont une hyperactivité de la thyroïde et vous devriez vous concentrer sur l’utilisation de la racine de la plante. Vous pouvez utiliser les racines pour faire une infusion en trempant les racines dans l’eau bouillante.

  • Le lycope :

Cette plante herbacée vivace, appelée “pied de loup”, bloque la production d’hormone thyroïdienne T4.

  • La cannelle de Chine, le gingembre et le ginseng :

Ils peuvent notamment réguler naturellement la thyroïde.

 

L’hypothyroïdie :

Elle est caractérisée par une insuffisance de sécrétion hormonale de la glande thyroïde.

Ses principales causes peuvent être auto-immunes (thyroïdite de Hashimoto), iatrogènes (suite à un traitement à l’iode radioactif pour détruire la glande thyroïde ou suite à la prise de certains médicaments (amiodarone) ou encore due à une hypothyroïdie congénitale, à une pathologie de l’hypophyse ou même à une prédisposition héréditaire.

 

Conseils naturopathiques en cas d’hypothyroïdie diagnostiquée :

  • Avoir une alimentation équilibrée pauvre en cholestérol (éviter abats, œufs, beurre)
  • Favoriser une alimentation riche en fibres, légumes verts, céréales pour éviter la constipation
  • Boire beaucoup d’eau
  • Favoriser les aliments riches en iode (comme le wakamé par exemple)

 

Quelles plantes en cas d’hypothyroïdie ?

Cette céréale est indiquée dans l’insuffisance thyroïdienne, elle stimule naturellement la glande thyroïdienne.

  • Le guggul :

Cette plante est généralement indiquée en cas d’hypothyroïdie. Les guggulstérones agiraient en stimulant la thyroïde, activeraient les récepteurs membranaires de fixation de LDH au niveau hépatique d’où un accroissement de leur métabolisme. Le guggul régule les taux d’hormones T3 et T4.

Cette plante a beaucoup de potentiel pour ceux qui connaissent une insuffisance thyroïdienne. C’est parce qu’elle a une teneur en iode élevée et l’iode est l’un des nutriments les plus importants pour votre thyroïde.

Les personnes qui ont une hypothyroïdie peuvent contribuer à augmenter leur taux d’hormone thyroïdienne en consommant cette plante quotidiennement. Ce qui est idéal à propos de cette plante est que vous avez besoin de seulement environ une cuillère à soupe tous les jours pour récolter pleinement les bénéfices. Vous pouvez ajouter des graines de lin mixées dans un smoothie ou avec vos aliments, ce qui en fait un choix très pratique. Les graines de lin doivent toujours êtres mixées juste avant de les consommer parce que les moisissures se développent rapidement, même si elles ne sont pas visibles.

Si vous avez une hypothyroïdie qui vous cause de la fatigue, cette plante peut aider. En plus d’aider à promouvoir la régulation des hormones thyroïdiennes pour améliorer votre thyroïde, elle vous donne aussi un léger regain d’énergie. En prime, cette plante contient ce qu’on appelle de l’acide glycyrrhétinique. Ceci peut offrir un certain potentiel pour inhiber la croissance de certains types de cellules cancéreuses de la thyroïde.

Cette plante est populaire pour la santé des femmes, mais elle est également très bénéfique pour la thyroïde. En plus d’être une aide pour l’hypothyroïdie dans son ensemble, elle peut aussi aider avec les symptômes de cette maladie, comme réduire la perte de cheveux et les règles abondantes. Il est souvent recommandé d’en mettre dans une boisson chaude pour en profiter pleinement.

Aussi connue sous le nom de «ginseng indien ». Cette plante favorise la production d’hormones T4, une vertu prouvée par des tests cliniques.

 

Conclusion :

Tous ces traitements naturels ne se soustraient cependant pas à un avis médical. Ils permettent d’éviter le Levothyrox en cas de troubles bénins. Si toutefois les problèmes persistent, votre thyroïde aura besoin d’être régulée de façon plus « artificielle » et vous ne pourrez donc pas y échapper.

Les plantes peuvent toutefois vous aider à supporter certains effets secondaires néfastes du médicament : demandez conseil à votre médecin ou à votre naturopathe pour toute utilisation conjointe.

 

 

Clémentine
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomedecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *