Thyroïde et Naturopathie, traitements des glandes endocrines

thyroïde

La thyroïde est une glande endocrine (ou hormonale), située contre l’œsophage et qui a schématiquement la forme d’un nœud papillon. Elle se compose essentiellement de vésicules dont les parois se sonstituent d’une seule couche de cellules contenant la colloïde, elle-même composée principalement de thyroglobuline.

Les deux hormones sécrétées par la glande thyroïde sont la triiodothyronine (T3) et la tétraiodothyronine (T4 ou thyroxine), qui jouent un rôle déterminant dans le métabolisme cellulaire et la production d’énergie (sous forme d’ATP), sous la dépendance de la Thyroid Stimulating Hormon (TSH). Rappelons que la glande thyroïde, située à l’avant du cou, se constitue de 2 lobes reliés par un isthme. Cette glande sécrète des hormones essentielles à la croissance osseuse, au développement cérébral, ainsi qu’au métabolisme des lipides et des sucres.

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

L’hyperthyroïdie est un hyperfonctionnement de la glande thyroïde qui se déclare généralement entre 20 et 40 ans. Elle touche 8 femmes pour 1 homme.

Ses principales causes sont diverses, elles peuvent être dues à la maladie de Basedow (ou maladie de Graves), dans 70 à 85% des cas (maladie auto-immune au cours de laquelle des anticorps vont stimuler la thyroïde de manière excessive), elles peuvent être dues également à la présence de nodules thyroïdiens toxiques, à une inflammation de la thyroïde, à certains médicaments riches en iode ou encore à un trouble de l’hypophyse.

Quelques conseils naturopathiques en cas d’hyperthyroïdie diagnostiquée :

  • Du repos est nécessaire.
  • Éviter les excitants surtout en fin de journée  tels que le thé ou le café.
  • Il est recommandé de consommer des protéines à chaque repas.
  • Éviter la consommation d’aliments riches en iode tels que les fruits de mer, les algues ou encore les sushis.

Quelles plantes médicinales sont recommandées en cas d’hyperthyroïdie ?

  • Le cresson de fontaine :

Cette plante subaquatique inhibe en effet la fixation de l’iode dans la thyroïde par des produits de décomposition des glucosinolates (comme toutes les Brassicaceae).

Cette plante est réputée pour promouvoir l’immunité, voila pourquoi elles est par conséquent idéale pour une meilleure santé de la thyroïde. C’est en effet la meilleure pour ceux qui ont une hyperactivité de la thyroïde et pour une meilleure optimisation, vous devriez vous concentrer sur l’utilisation de la racine de la plante en décoction.

  • Le lycope :

Cette plante herbacée vivace, appelée “pied de loup”, bloque effectivement la production d’hormone thyroïdienne T4.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

L’hypothyroïdie se caractérise néanmoins par une insuffisance de sécrétion hormonale de la glande thyroïde. Ses principales causes peuvent notamment être auto-immunes (thyroïdite de Hashimoto), iatrogènes (suite à un traitement à l’iode radioactif pour détruire la glande thyroïde ou suite à la prise de certains médicaments –amiodarone-) ou encore due à une hypothyroïdie congénitale, à une pathologie de l’hypophyse ou même à une prédisposition héréditaire.

Quelques conseils naturopathiques en cas d’hypothyroïdie diagnostiquée :

  • Il est recommandé d’avoir une alimentation équilibrée pauvre en cholestérol et de fait, d’éviter les abats, les œufs et le beurre.
  • Favoriser une alimentation riche en fibres, légumes verts ainsi que céréales pour éviter la constipation.
  • Il est conseillé de boire beaucoup d’eau.
  • Favoriser les aliments riches en iode (comme le wakamé par exemple)

Quelles plantes médicinales sont recommandées en cas d’hypothyroïdie ?

L’avoine :

Cette céréale est indiquée dans l’insuffisance thyroïdienne, elle stimule naturellement la glande thyroïdienne.

Le guggul :

Cette plante est généralement indiquée en cas d’hypothyroïdie. Les guggulstérones agiraient en stimulant la thyroïde, activeraient les récepteurs membranaires de fixation de LDH au niveau hépatique d’où un accroissement de leur métabolisme. Le guggul régule ainsi les taux d’hormones T3 et T4, favorise l’équilibre nerveux, aide à contrôler le métabolisme du cholestérol ainsi que du glucose et favorise l’immunité. Plusieurs études scientifiques ont démontré qu’il favorise également la production des hormones thyroïdiennes lorsque cela est nécessaire.

Le fucus vésiculeux :

Cette plante a beaucoup de potentiel pour ceux qui connaissent une insuffisance thyroïdienne. C’est parce qu’elle a une teneur en iode élevée et l’iode est l’un des nutriments les plus importants pour votre thyroïde. L’iode stimule en définitive la production d’hormones thyroïdiennes.

L’apport recommandé journalier en iode étant de 150 microgrammes, il est donc déconseillé de consommer plus de 250 mg de poudre de Fucus au long cours ou de formes galéniques équivalentes (extrait fluide). Indiqué dans les hypothyroïdies frustes à TSH limite supérieure, à T4L limite inférieure, sans auto-anticorps antithyroglobuline ni antithyroperoxydase, en traitement continu d’une année, en surveillant les dosages hormonaux tous les trimestres (associer à Avena sativa). Une hyperthyroïdie peut être engendrée avec des doses supérieures à 150 microgrammes d’iode de manière prolongée (dose journalière recommandée).

Les graines de lin :

Les personnes qui ont une hypothyroïdie peuvent contribuer à augmenter leur taux d’hormone thyroïdienne en consommant cette plante quotidiennement. Ce qui est idéal à propos de cette plante est que vous avez besoin de seulement environ une cuillère à soupe tous les jours pour récolter pleinement les bénéfices. Vous pouvez ajouter des graines de lin mixées dans un smoothie ou avec vos aliments, ce qui en fait un choix très pratique. Les graines de lin doivent toujours être mixées juste avant de les consommer parce que les moisissures se développent rapidement, même si elles ne sont pas visibles.

La réglisse :

Si vous souffrez d’hypothyroïdie qui cause de la fatigue, cette plante officinale peut vous aider. En plus d’aider à stimuler la régulation des hormones thyroïdiennes pour améliorer votre thyroïde, elle peut également augmenter votre vitalité. En prime, cette plante contient de l’acide glycyrrhétinique. Cela peut offrir un certain potentiel pour inhiber la croissance de certains types de cellules cancéreuses de la thyroïde.

Huile d’Onagre :

Cette plante s’emploie généralement pour la santé des femmes, mais elle est aussi très bonne pour la thyroïde. En plus d’être utile pour l’hypothyroïdie globale, elle peut également aider à en soulager les symptômes, tels que la réduction de la perte de cheveux et de la ménorragie. Il est généralement recommandé de la mettre dans une boisson chaude pour en tirer le meilleur parti.

Ashwagandha :

Aussi connu sous le nom de « Ginseng indien ». Cette plante booste la production de l’hormone T4, un bienfait cliniquement prouvé. L’ashwagandha favorise en outre le tonus musculaire, l’énergie mentale ainsi que la concentration.

Du côté des compléments alimentaires naturels :

Inovance Thyrovance Support de la thyroïde :

Il s’agit en effet d’un complément alimentaire formulé à base d’algues riches en iode, tyrosine, romarin, coenzyme Q10, zinc, sélénium et vitamines B12-B6-D. Ce complexe possède une formulation dont chaque ingrédient agit en synergie pour participer à la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Bionops thyroïnat :

Ce complément alimentaire à base d’iode et de sélénium contribue ainsi au maintien d’une fonction thyroïdienne normale.

Nathyroïd Equilibre de la fonction Thyroïdienne :

Ce complément alimentaire est en effet spécialement formulé pour favoriser un fonctionnement normal de la thyroïde lorsqu’elle a tendance à fonctionner au ralenti.

Hypothyroïdie et homéopathie :

Ces médicaments se prescrivent généralement en moyenne à haute dilution ainsi qu’en prises espacées.

Graphites :

Ce médicament se recommande notamment chez des sujets dont le métabolisme est ralenti, avec alternance de troubles dermatologiques et digestifs. Graphites reproduit par ailleurs le tableau de l’insuffisance thyroïdienne et gonadique.

Les bons répondeurs sont généralement pâles, gras, frileux, timides et émotifs. Ils ont tendance à la constipation et aux troubles veineux. La peau est plutôt sèche, ainsi que les œdèmes marqués, surtout au niveau des paupières et de la face antérieure de la jambe (classique œdème prétibial). Chez la femme, les règles sont espacées, voire absentes. La libido est effondrée dans les deux sexes.

Baryta carbonica :

Ce médicament peut correspondre à des sujets gras, lents, timides, peureux, enclins aux difficultés scolaires chez l’enfant, et au ralentissement intellectuel et moteur précoce chez l’adulte, avec tendance à l’hypertension artérielle.

Ils pourront se compléter synergiquement, selon le tableau par :

Alumina :

Pour les sujets tristes et agités pour qui le temps passe trop lentement, impressionnables et présentant une sécheresse de la peau et des muqueuses, on utilise Alumina. Les sujets sont enclin au sensation de toile d’araignée sur le visage. La peau garde le pli quand on la pince. Les ongles et les cheveux cassent facilement et l’aspect de vieillissement est prématuré.

Kalium carbonicum :

Cette souche se conseille aux sujets à tendance marquée aux œdèmes, à la fatigue et à la frilosité.

Pulsatilla :

Ce médicament peut compléter Graphites chez la femme.

Silicea :

Cette souche correspond aux sujets enclins à une frilosité extrême et une fatigabilité.

Thuya :

Chez un sujet gras et infiltré, surtout au niveau des hanches ainsi que du bassin, avec de la cellulite en « culotte de cheval », on indiquera Thuya, en complément des précédentes souches quand les œdèmes prennent cette forme.

Conclusion :

Tous ces traitements naturels ne se soustraient cependant pas à un avis médical. Ils permettent en effet d’éviter le Levothyrox en cas de troubles bénins. Si toutefois les problèmes persistent, votre thyroïde aura besoin de se faire réguler de façon plus « artificielle » et vous ne pourrez donc pas y échapper.

Les plantes peuvent toutefois vous aider à supporter certains effets secondaires néfastes du médicament : demandez conseil à votre médecin ou à votre naturopathe pour toute utilisation conjointe.

 

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.