Comment soigner le reflux gastro-œsophagien (RGO) de Bébé ?

Le reflux gastro-œsophagien ou RGO, est la remontée involontaire du contenu de l’estomac dans l’œsophage de bébé. Courant chez les nourrissons, il provoque des régurgitations. Sans gravité, il peut toutefois être responsable d’œsophagite.

Chez le nouveau-né ou le nourrisson de moins d’un an, le reflux gastro-œsophagien (RGO) est un phénomène fréquent et sans gravité. Des régurgitations surviennent chez près des deux tiers des enfants âgés de 4 à 5 mois. Elles ne concernent plus que 5 % des enfants âgés de 10 et 12 mois, période d’acquisition de la posture debout puis de la marche.

D’abord reconnaître le type de reflux gastro-œsophagien :

  • Le RGO simple est le cas le plus fréquemment rencontré : il est sans gravité. C’est une affection bénigne du bébé qui guérit spontanément avec l’acquisition de la position debout. Les régurgitations sont bien tolérées. Même si le bébé régurgite, son appétit est conservé. Il grandit bien et grossit régulièrement. Ce type de reflux ne requiert qu’une prise en charge hygiéno-diététique et disparaît généralement avec l’apprentissage de la marche.
  • Le RGO compliqué d’œsophagite : il est beaucoup plus rare chez le nourrisson. L’acidité des régurgitations provoque une inflammation de la muqueuse de l’œsophage ou œsophagite.
    Des symptômes gênants apparaissent : régurgitations avec traces de sang, pleurs, refus d’alimentation, perte de poids, agitation après la prise des biberons ou pendant le sommeil… Des examens et un traitement médicamenteux sont nécessaires.

Les causes Du RGO chez le nourrisson :

Il ne faut pas confondre rejets, reflux gastro-œsophagien et vomissement.

Un rejet est dû à un trop plein de lait, c’est un petit peu de liquide qui remonte au coin de la bouche après son repas.

Un reflux est similaire au rejet mais il dure plus longtemps, jusqu’à la tétée suivante et il peut être acide donc douloureux. Deux heures après la prise de lait, il peut encore régurgiter. Dans les deux cas, ce renvoi est passif : le contenu remonte tout seul.

Le vomissement, quant à lui, est actif : il faut faire un effort pour vomir.

Comment en fait-on le diagnostic  ?

A l’aide d’une PH métrie, un examen qui se fait en ambulatoire à l’hôpital. Le médecin glisse par le nez un tuyau très fin qui descend dans l’œsophage et dépose un petit boîtier mesurant l’acidité pendant 24 heures (combien de fois le reflux, etc.) Est également prescrit une fibroscopie qui permet de faire des prélèvements dans l’œsophage. Ceux-ci mettent en évidence les conséquences du RGO, à savoir le degré de l’œsophagite.

Quels sont les remèdes préconisés en cas de RGO ?

En cas de RGO simple

Maintenez bébé redressé au moins une demi-heure après le biberon, un rot est le bienvenu. La mauvaise idée est de le recoucher très vite. Usez et abusez du bavoir, lange, etc., pour limiter les dégâts.

Continuez à le coucher sur le dos et à plat. Certes, les reflux diminuent quand il est couché sur le ventre. Néanmoins, la position proclive ventrale (sur le ventre et en déclivité à 30 °) n’est plus recommandée depuis des années. Quant à la position proclive dorsale (sur le dos et en déclivité), elle n’a jamais prouvé son efficacité. Il y a de plus un risque à ce que le bébé roule au fond du lit s’il est mal attaché.

Ne serrez pas trop la couche afin de faciliter la digestion du nourrisson. Les choses s’améliorent un peu au moment de la diversification alimentaire, quand les aliments deviennent solides. Mais la vraie amélioration survient entre 12 et 15 mois, à l’âge de la marche. La station debout « redresse » l’estomac, la pression dans l’abdomen est moins forte… et la maturité du système digestif est faite ! Fini le RGO.

En cas de RGO compliqué :

On ne traite le reflux gastro-œsophagien du nourrisson que s’il est tardif, acide, sentant le vomi et faisant pleurer le bébé. Il faut éviter que l’acidité vienne irriter le bas de l’œsophage (créant une œsophagite) ou ne remonte dans la gorge. Cela peut en effet créer des laryngites, faire tousser, donner des angines et des complications ORL (oto-rhino laryngologiques).

Les traitements pour le RGO compliqué de bébé : Pour diminuer l’acidité de l’œsophage, il n’y a que les médicaments antisécrétoires du type Mopral. Les lésions cicatrisent et disparaissent mais le reflux, lui, est toujours là.

En cas de RGO compliqué, le médecin peut prescrire un petit pansement gastrique, à donner entre les tétées.

Le lait maternel est pour chaque nourrisson l’aliment idéal et naturel. Si vous ne pouvez pas ou avez pris la décision de ne pas allaiter, parlez en avec votre médecin afin qu’il vous conseille une formule infantile pour votre enfant sujet aux reflux.

 

 

Emmanuel.

1 réflexion au sujet de « Comment soigner le reflux gastro-œsophagien (RGO) de Bébé ? »

Laisser un commentaire