Quels sont les bienfaits de l’apithérapie pour notre système immunitaire ?

apithérapie

L’essor des médecines naturelles, dites douces, inclut les produits de la ruche, comme le miel, la gelée royale ou la propolis, qui supplémentent le traitement conventionnel de certaines pathologies, y compris dans le soutien du système immunitaire. Découvrez les bienfaits de l’apithérapie pour votre santé grâce aux produits de la ruche.

Le miel pour renforcer votre système immunitaire

Le miel a été utilisé dès 4500 av. J.-C. pour sucrer les aliments. Dans les temps anciens, il était synonyme d’immortalité et avait une grande valeur. Aux Jeux olympiques de l’Antiquité, les athlètes buvaient un breuvage à base de miel pour retrouver leurs forces. D’autres suggèrent de l’utiliser pour embellir la peau et soigner les plaies. Hippocrate l’utilisait notamment pour soigner les blessures, les fièvres, les ulcères et pour préparer des onguents. Jusqu’en 1500, le miel était médicalement recommandé comme antiseptique. Utilisé comme aliment, le miel était également recommandé pour la cicatrisation des plaies. Il a également été utilisé pour accélérer la guérison des blessures des soldats pendant les deux guerres mondiales.

Le miel de Manuka un puissant antibactérien naturel

Le miel de Manuka est un type de miel originaire de Nouvelle-Zélande. Produit par les abeilles qui pollinisent la fleur Leptospermum scoparium, on l’appelle communément le buisson
de Manuka. De nombreuses études ont prouvé sa capacité à soutenir un microbiome sain dans la bouche. Ce qui soutient notamment une réponse immunitaire globale saine. En outre, le miel de Manuka offre de solides bienfaits antioxydants et favorise une réponse anti-inflammatoire saine.

Le mécanisme d’action du miel sur le système immunitaire :

Une équipe néerlandaise a réussi à identifier les composants bactéricides du miel. Les travaux de ces chercheurs ont récemment été publiés dans la revue FASEB. Ils ont testé les effets du miel sur différentes espèces de bactéries, en partie à cause de leurs effets pathogènes chez l’homme, et en partie à cause de leur résistance aux antibiotiques. Par conséquent, toutes les espèces testées, y compris les bactéries associées aux intoxications alimentaires telles que Bacillus subtilis ou Escherichia coli, résistants à plusieurs antibiotiques, ou Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline, Pseudomonas aeruginosa résistante à la ciprofloxacine et Enterococcus faecium résistante à la vancomycine ont toutes été exterminées avec seulement 10% à 20% de miel. Ce test a montré que les antibiotiques naturels contenus dans le miel étaient efficaces contre de nombreuses souches bactériennes, même des souches déjà résistantes.

miel de manuka et système immunitaire

  •  Le miel de Manuka actif possède une activité largement supérieure aux autres miels. Le niveau d’activité du miel de Manuka est mesurable par l’indice IAA (indice d’activité antibactérienne). En fait, plus l’indice IAA est élevé et plus le miel contient de méthylglyoxal. Le méthylglyoxal est l’actif spécifique du miel de Manuka.

Propolis pour stimuler les défenses immunitaires

  •  La propolis à mâcher Propolia libère progressivement à mesure que vous mâchez ses principes actifs qui protègent, purifient, apaisent la cavité buccale et l’ensemble de la sphère respiratoire. 

Gelée royale bio pour booster l'immunité

  • Propolia Apis Sanctum Gelée Royale BioLa gelée royale est une substance unique dans la nature. Précieuse source de vitamines, oligo-éléments et acides aminés. Idéale pour toute la famille, particulièrement en période hivernale

Les bienfaits de la Propolis pour votre immunité

Pendant des milliers d’années, les Égyptiens, les Grecs, les Romains ainsi que les Mayas utilisaient les produits de la ruche à des fins préventives, thérapeutiques et comestibles. La propolis s’utilise depuis l’Antiquité comme remède contre les maladies de la peau, les plaies et la suppuration. Les Égyptiens embaumaient les morts avec cette résine connue pour ses propriétés antiseptiques et son arôme. Il est facile à utiliser pendant la momification. De 700 à 600 av. J.-C., les Grecs observaient cette substance résineuse à l’entrée de la ruche comme une barrière protectrice contre les prédateurs. Puis ils ont donné le nom « propolis », signifiant pro = devant, polis = cité.

En Rome Antique, les soldats romains, eux, partaient au combat avec un morceau de propolis pour cicatriser leurs futures plaies. Réputée pour réduire les œdèmes et apaiser les douleurs nerveuses, la propolis guérissait également les plaies cutanées ou encore les abcès. Durant la même période, en Amérique du Sud, les Incas utilisaient la propolis comme antiseptique. Au XVIe siècle, elle servait à cicatriser les blessures de flèches. Hippocrate recommandait la propolis pour la guérison des plaies et des ulcères.

C’est surtout au XVIII – XIXe siècle que la propolis fut utilisée pour panser les plaies. Elle était très répandue sur les champs de bataille notamment lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud pour soigner les soldats et accélérer le processus de cicatrisation. Reconnue pour son action antiseptique, anesthésique et cicatrisante. On pouvait la trouver sous formes variées de pommade, d’emplâtre, de lotion ou de gaz.

Le mécanisme d’action de la propolis sur le système immunitaire :

La propolis s’utilise de manière empirique depuis des siècles, toujours mentionnée comme agent immunomodulateur. Il est donc devenu impératif de passer en revue la relation entre la propolis et le système immunitaire, en se concentrant sur sa composition chimique et ses sources botaniques, son effet saisonnier sur sa composition . Ce produit a suscité l’intérêt des chercheurs au cours des dernières décennies en raison de ses propriétés biologiques et pharmacologiques, notamment antimicrobiennes, antitumorales, anti-inflammatoires, antioxydantes et immunomodulatrices.

Les essais in vitro et in vivo ont fourni de nouvelles informations sur les mécanismes d’action modulatrice de la propolis, notamment sur les macrophages péritonéaux murins, en augmentant leur activité microbicide, et sur la production d’anticorps. Son action stimulante sur l’activité lytique des cellules tueuses naturelles (NK) contre les cellules tumorales, et l’effet inhibiteur sur la lymphoprolifération des splénocytes une activité immunomodulatrice de CAPE a été évaluée par l’évaluation des poids des organes, le poids du thymus et/ou de la cellularité du thymus est diminué chez tous les groupes de dose de CAPE. Ses propriétés immunomodulatrices impliquant la réponse immunitaire innée et adaptative.

La Gelée royale pour booster vos défenses immunitaires

Dans l’Antiquité, les Grecs associaient à la gelée royale un pouvoir d’immortalité des dieux de l’Olympe. À la même époque, les Chinois pensaient que la gelée royale augmentait la durée de vie et l’activité sexuelle. C’est en 1672 que Swammerdam différencia la reine des abeilles ouvrières. Plus tard, des scientifiques ont expliqué le rôle de la gelée royale au sein de la ruche et ses propriétés thérapeutiques. Depuis le début du XXe siècle, elle s’est de fait imposée dans le marché chinois avec des rôles divers ; traitement du diabète, des douleurs articulaires, de la fatigue physique et intellectuelle, de l’hypertension artérielle, de l’hépatite chronique, des troubles menstruels et de l’infertilité. En médecine traditionnelle chinoise, la gelée royale s’assimile à un tonique en cas de carence du Yin.

En Europe de l’Est et en Russie, la gelée royale se vaut notamment comme une substance antistress, qui protège le corps contre les variations extérieures. Au sein de la ruche, la reine et les larves durant les trois premiers jours de vie, se nourrissent exclusivement de gelée royale. On attribue à cette substance des propriétés miraculeuses dues aux effets constatés sur la reine de la ruche.
En effet, la reine a une taille beaucoup plus importante que les autres abeilles (poids six fois supérieur à celui des abeilles ouvrières) et sa durée de vie est d’environ 5 ans, tandis que les abeilles ouvrières ne vivent qu’un mois ou deux; d’où la possible présence de facteur de croissance dans la gelée royale.

Le mécanisme d’action de la gelée royale sur le système immunitaire :

Le système immunitaire est un ensemble d’éléments qui interagissent entre eux de façon coordonnée, hiérarchisée et intégrée dans l’organisme pour assurer sa fonction qui est l’élimination des substances étrangères ou des agents infectieux auxquels il est exposé, mais aussi ses propres constituants altérés. La gelée royale est un élément nutritionnel qui contient des molécules biologiquement actives qui améliorent l’immunité de l’organisme grâce à leurs caractéristiques immunologiques.

Pourquoi sommes-nous plus fragiles en hiver ?

Le système immunitaire nous protège contre le froid grâce à deux mécanismes : les globules blancs détruisent les particules étrangères (bactéries, virus, champignons) qui tentent de pénétrer dans notre corps, et la thermorégulation contrôlée par l’hypothalamus maintient la température corporelle à 37°C. Lorsqu’il fait froid, le système immunitaire est plus sollicité et l’organisme résiste moins bien aux agressions extérieures. Un virus n’est pas une entité indépendante, il a besoin d’une cellule hôte vivante pour se reproduire. Les virus sont plus vulnérables lorsque les températures augmentent. Par exemple, les virus respiratoires se retrouvent entourés d’enveloppes lipidiques, et l’exposition à la température décompose et tue le virus. En revanche, il résiste très bien au froid. Par conséquent, il attend pour « éclore » dans notre corps. Ainsi, les virus respiratoires sont responsables de maladies telles que la grippe, l’angine virale ou le rhume se propagent davantage en hiver qu’en été.

La prévention des contagions virales s’effectue tout d’abord par le lavage des mains, une bonne hygiène de vie, ainsi qu’une aération régulière du logement.
D’autre part, le corps essaie de réchauffer l’air inspiré avant son arrivée dans les poumons. Les muqueuses nasales transfèrent à cet air de l’eau à température corporelle (d’où le phénomène du « nez qui coule » en hiver). Ce transfert de chaleur entraîne l’assèchement de la barrière physique que constitue le mucus et permet aux virus et bactéries d’entrer plus facilement dans notre organisme.

Le froid ralentit en effet l’efficacité de notre système immunitaire : les cellules se déplacent moins vite et laisse le temps au virus de s’installer. Les cils bronchiques sont également moins efficaces lorsque les températures diminuent. Toutes ces données expliquent, en partie, la recrudescence hivernale des rhumes et autres infections virales de l’organisme.

 

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

2 commentaires sur “Quels sont les bienfaits de l’apithérapie pour notre système immunitaire ?

  1. Bonjour Clémentine,
    Je trouve vos articles extrêmement intéressants, pertinents et très bien documentés.
    Je vous félicite pour votre professionnalisme et vous assure de ma fidélité absolue pour vos articles à venir.
    Très cordialement.
    C. ONDARRA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.