Changement d’heure, conséquences et effets néfastes sur notre santé

heure
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Cela fait désormais près d’un demi siècle que nous retardons et avançons nos montres d’une heure lors des changements saisonniers. Cet acte habituel a fini par rentrer complètement dans les mœurs et devenir ainsi une sorte de coutume; notamment pour les générations n’ayant connu que ce changement d’heure biannuel. Par conséquent, ceux-ci n’ont jamais perçu le monde au rythme naturel de son heure authentique sur un cycle annuel complet.

Cependant, ces décalages horaires intempestifs ne sont pourtant pas sans conséquence sur notre santé.

 

Origine du changement d’heure :

En 1940, durant l’occupation nazi, la zone annexée se conforme à l’heure allemande pour que tout le territoire du Reich respecte une certaine uniformité. Cette pratique fut abandonnée dans l’enthousiasme de la Libération, mais revint malheureusement sur le devant de la scène quelques années plus tard, dans le contexte du choc pétrolier de 1973.

L’heure d’été fut de fait remise en place le 28 mars 1976, dans l’optique de réduire les besoins en éclairage à la fin de la journée, afin que la population consomme le moins d’électricité possible. Ce système consiste à ajuster l’heure locale officielle, en ajoutant une heure à celle du fuseau horaire dit « normal », pour une période allant généralement du début du printemps au milieu de l’automne, ce qui a pour effet de retarder l’heure à laquelle le Soleil se lève et se couche. La France gagne alors artificiellement une heure de sommeil pour perdre en définitive une heure de lumière naturelle le soir venu.

L’idée de décaler le temps entre l’été et l’hiver pour éviter de consommer trop d’électricité ne date pas d’hier, mais semble cependant bien moins astucieuse qu’auparavant. En effet, de nos jours, les Européens vivent plus tard dans la soirée et consomment de fait plus d’énergie. En réalité, ils ne font plus aucune économie.

 

Quels sont les effets du changement d’heure sur l’organisme et comment les réduire ?

L’horloge biologique fonctionne sur 24 heures et se base sur le cycle circadien naturel de l’homme. Cette horloge interne rythme notamment la sécrétion de la mélatonine dite “l’hormone du sommeil”, et à l’activité du système immunitaire.

Néanmoins, ce décalage horaire perturbe l’organisme, entraînant un problème de désynchronisation de notre horloge circadienne. Plutôt que d’améliorer la qualité du sommeil, celle-ci en crée une dette, spécifique à ce changement d’heure. Dérégulant de fait le fonctionnement de l’horloge biologique, cette modification artificielle du temps peut ainsi provoquer une fragilité du système immunitaire, la perturbation de l’appétit, ainsi que des troubles du sommeil.

Chaque année, on observe au moment du passage à l’heure d’été une augmentation des accidents de la route, des infarctus du myocarde et des états dépressifs.

 

  • Troubles du sommeil :

Le sommeil est un phénomène naturel qui se traduit par une perte de conscience et du monde extérieur. Les Français dorment en moyenne 7 heures en semaine et 8 heures le week-end. Au cours d’une nuit de sommeil, on dénombre de 3 à 5 cycles de 90 minutes environ.

Les troubles du rythme circadien sont un dysfonctionnement entre les rythmes de veille et de sommeil. Ces troubles seront proportionnels à la fréquence de modification des horaires. Le sommeil est de moins bonne qualité, ce qui peut engendrer irritabilité, dépression et troubles gastro-intestinaux.

Afin de limiter ces troubles, il existe des solutions naturelles :

  1. Le tryptophane : Cet acide aminé est la base de la sécrétion de sérotonine, il est également un antidépresseur naturel
  2. La vitamine B3 (niacine) diminue les insomnies et prévient de la dépression (sources : poissons, levures, tomates, champignons, légumes)
  3. La vitamine A (rétinol) prévient de l’insomnie (sources : huiles de poissons, végétaux, beurre, jaune d’œuf, poissons, légumes orangés et jaunes)
  4. Chronobiane immédiat est à base de mélatonine liquide et d’Aubépine. Ce produit naturel est idéal en cas de réveils nocturnes, de décalages horaires et de problèmes d’endormissements ponctuels
  5. Santarome sommeil est un complément alimentaire buvable 100 % naturel à base de plantes, bourgeons et mélatonine

 

  • Système immunitaire :

L’immunité est la capacité d’un organisme à se défendre contre toute agression du milieu extérieur (bactérie, virus, champignon, antigène). On distingue cependant plusieurs formes de défense immunitaire. Tout au long de notre vie et en fonction des agressions subies, se développe une immunité spécifique qui peut toutefois être altérée lors du changement d’heure en raison du dérèglement de l’horloge interne.

Afin de limiter une baisse de régime du système immunitaire, il existe des solutions naturelles :

  1. La vitamine B2 (riboflavine) favorise les défenses immunitaires (sources : levures, céréales, germes, œufs bio, poissons, épinards, asperges, brocolis)
  2. La vitamine B9 (acide folique) joue un rôle primordial dans les défenses immunitaires
  3. Le Fer : Cet oligoélément contribue au bon fonctionnement du système immunitaire
  4. Santarome défenses immunitaires est un complément alimentaire naturel et BIO buvable issu de la gemmothérapie. La synergie de bourgeons présente dans ce complexe permet de stimuler les défenses naturelles de l’organisme et ainsi réduire la fatigue

 

  • Perturbation de l’appétit :

Le dérèglement de l’horloge interne peut provoquer une diminution de l’appétit. Cette inappétence passagère peut toutefois engendrer d’autres pathologies plus importantes telles que l’anémie, l’anorexie, l’aménorrhée ou encore les carences vitaminiques si elle dure plus de quelques jours.

Afin de prévenir de cette perte d’appétit, il existe des solutions naturelles :

  1. Une carence en vitamine B1 (thiamine) peut provoquer la perte d’appétit (sources : céréales complètes, riz complet, levures alimentaires, germes de céréales, œufs bio, pollen, légumineuses)
  2. Une carence en vitamine B9 (acide folique) peut provoquer la perte de poids et le manque d’appétit
  3. La vitamine A (rétinol) prévient de l’amaigrissement (sources : huiles de poissons, végétaux, beurre, jaune d’œuf, poissons, légumes orangés et jaunes)
  4. Le sodium favorise l’appétence

 

 

Clémentine. M.
Naturopathe / Herboriste / Aromatologue / Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomedecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *