L’homéopathie dans les syndromes dyspeptiques (troubles digestifs)

troubles digestifs

Un très grand nombre de personnes souffrent de troubles digestifs variés : brûlures épigastriques, digestions lentes, ballonnements post-prandiaux, somnolence… Toutefois, il arrive que les examens paracliniques ne mettent pas de lésion en évidence. Les examens radiologiques sont normaux, l’endoscopie montre un aspect normal de la muqueuse et les biopsies ne révèlent pas de modification histologique. C’est dans ce cas que le traitement homéopathique apportera souvent une aide précieuse à ces malades. En outre, il est nécessaire de respecter quelques règles hygiéno-diététiques.

Les médicaments à tropismes essentiellement digestifs

Antimonium crudum :

Le malade se plaint de pesanteur, de plénitude à l’épigastre; il présente des éructations qui ont le goût des aliments ingérés. Les troubles font suite à des excès alimentaires quantitatifs. Le sujet présente également une langue recouverte d’un enduit blanchâtre, épais, comme du lait, une diarrhée faite de selles mi-solides, mi-liquides. Le médicament convient particulièrement à des sujets gras, gloutons, enclins à des éruptions impétiginisées et à de l’hyperkératose.

Posologie : Prendre en 9CH, 5 granules une à deux fois par jour.

Carbo vegetabilis :

Il s’agit d’un médicament de flatulence, essentiellement sus-ombilicale. Les symptômes s’aggravent par la chaleur, l’absorption de lait, de graisses, mais surtout par l’alcool qui empourpre le visage. Ce médicament convient particulièrement à des sujets asthéniques, qui ont des troubles circulatoires : cyanose des extrémités, hypodermites variqueuses…

Posologie : Prendre en 9CH, 5 granules une à deux fois par jour. Chez les personnes qui se plaignent de rougeurs du visage pour la moindre consommation d’alcool, prendre 5 granules en 5CH, un quart d’heure avant le repas.

Asa foetida :

Il s’agit d’un médicament d’aérophagie, qui convient aux éructations nombreuses avec extrême flatulence et contractions spasmodiques de l’œsophage donnant au malade l’impression d’une boule qui remonte de bas en haut

Posologie : Prendre en 5CH, 5 granules deux fois par jour.

Robinia :

Il s’agit d’un médicament de dyspepsie hyperchlorhydrique : le malade se plaint de douleurs brûlantes à l’épigastre, parfois de pyrosis. Les troubles sont aggravés la nuit, après les repas et par les aliments gras. Les principaux signes concomitants sont des céphalées frontales ou temporales et surtout des vomissements aqueux et acides.

Posologie : Prendre en 5CH, 5 granules deux fois par jour.

Sulfuricum acidum :

Le malade présente des brûlures de l’œsophage et de l’estomac, des tiraillements à l’épigastre, des éructations et des vomissements très acides qui agacent les dents. Ces symptômes, qui surviennent surtout après un stress ou après l’absorption d’alcool, sont aggravés par les boissons froides, améliorés par les boissons chaudes ou la chaleur locale. Ils sont souvent la conséquence d’une hernie hiatale, éventuellement d’une véritable gastrite. On note parfois une concomitance d’aphtes buccaux, de diarrhées épuisantes, de purpura.

Posologie : Prendre en 5CH ou 9CH, 5 granules une à deux fois par jour.

Nux moschata :

Avec ce médicament, la flatulence est extrême : tout ce que le patient mange paraît se transformer en gaz. On note souvent la présence de symptômes concomitants : hoquet, dyspnée, sécheresse de la bouche, palpitations. Ce médicament voit souvent son indication chez des sujets très somnolents.

Posologie : Prendre en 5CH, 5 granules deux fois par jour.

Chelidonium majus :

Ce médicament est indiqué en cas de douleur de la région hépatovésiculaire irradiant à la pointe de l’omoplate droite. Le malade présente des lourdeurs avec somnolence post-prandiale et, parfois, des migraines ou céphalées concomitantes. Les selles sont jaune clair et plutôt à tendance diarrhéique.

Posologie : Prendre en dilutions basse, de la 6DH à la 5CH.

Hydrastis canadensis :

Ce médicament convient aussi en cas de douleurs hépatovésiculaires, mais chez des sujets plutôt maigres, fatigués. Ils montrent une langue jaunâtre dans une bouche sèche. Ils ont tendance aux aphtes et à la constipation.

Posologie : Prendre en dilution basse, de la 6DH à la 5CH.

Les médicaments avec troubles émotionnels associés aux troubles digestifs

Nux vomica :

Le malade se plaint essentiellement de crampes, de brûlures dans la région épigastrique; il présente très souvent une sensation de pesanteur. Ces troubles surviennent après des écarts alimentaires, l’abus d’alcool, d’excitants divers (café, épices…) ou des médicaments. Ils sont aggravés une à deux heures après le repas; immédiatement après ce dernier, le patient est somnolent. Tous ses troubles sont améliorés par une courte sieste. On note souvent des symptômes concomitants : nausées inefficaces, aspect de la langue qui est chargée surtout dans sa partie postérieure, mauvaise haleine, constipation spasmodique avec besoins inefficaces, hémorroïdes. Ce médicaments est particulièrement indiqué chez des sujets hypersensibles, coléreux, surmenés et sédentaires.

Posologie : prendre en 9CH, 5 granules une à deux fois par jour avant les repas.

Ignatia :

Les troubles digestifs sont variables et paradoxals : il peut de crampes, de spasmes, de brûlures… Leur siège est également variable. Ces troubles surviennent surtout après un stress d’origine émotionnelle : chagrin, contrariété, deuil… Leurs modalités ne sont pas caractéristiques; retenons seulement l’aggravation vers 11 heures du matin et l’amélioration par la distraction. Les symptômes concomitants sont eux aussi très variables : bâillements, soupirs profonds, sensation de boule à la gorge, nausées améliorées en mangeant, palpitations… Ce médicament de dystonie neuro-végétative convient à des patient qui présentent une hypersensibilité émotionnelle, souvent un comportement paradoxal et une anxiété marquée.

Posologie : Prendre en 9 ou 15CH, suivant l’importance des signes nerveux, 5 granules une à deux fois par jour.

Lachesis :

Les troubles sont ici à type de crampes ou d’endolorissement; ils siègent à l’épigastre qui est souvent douloureux au toucher, et sont souvent la conséquence d’une consommation exagérée d’alcool mais ils se rencontrent aussi volontiers à la ménopause. Ils sont aggravés par la chaleur, la striction (la malade ne peut supporter une ceinture) et par le sommeil. Selon les cas, les principaux signes concomitants sont un syndrome prémenstruel, des bouffées de chaleur, des hémorroïdes, des rectorragies. Lachesis est particulièrement indiqué chez des sujets congestifs, couperosés. Ils sont de tempérament méfiant, jaloux, cyclothymique; ils passent facilement de la loquacité au mutisme.

Posologie : Suivant l’importance des signes nerveux, prendre en 9 ou 15CH, de 5 granules par jour à une dose par semaine.

Les médicaments avec troubles généraux associés aux troubles digestifs

Pulsatilla :

Pour ce médicament, les symptômes digestifs sont variables : lourdeurs, pesanteur épigastrique, parfois douleurs déchirantes. Ils dont souvent suite à l’ingestion d’aliments gras (Pulsatilla est l’un des principaux médicaments de mauvaise digestion des graisses), de pâtisseries ou de glaces. Ils surviennent surtout une à deux heures après les repas et sont aggravés par la chaleur d’une pièce, améliorés au grand air. Les signes concomitants sont essentiellement des diarrhées et des bâillements. Les malades sont frileux et n’ont pas soif. L’indication de Pulsatilla est renforcée si l’on retrouve le type sensible à cette substance : sujets présentant une congestion veineuse (varices, acrocyanose…), une irritation catarrhale des muqueuses; ces personnes, qui ont une aversion pour les graisses, sont hypersensibles et timides.

Posologie : Prendre en 9CH, 5 granules une à deux fois par jour en cas de troubles dyspeptiques isolés; en cas de présence des caractéristiques du type sensible, prendre en 15 ou 30CH, une dose par semaine.

Sepia :

Les symptômes, qui consistent en une lourdeur, un tiraillement, une pesanteur ou au contraire une sensation de vide, siègent à l’épigastre. Ils sont souvent témoins d’une ptose gastrique et vésiculaire ou font suite à des stress. Ils sont également aggravés par les odeurs de cuisine et la sensation de vide à l’estomac n’est pas améliorée en mangeant, puis enfin, sont accompagnés de désirs de mets acides, de nausées matinales, de pesanteur abdomino-pelvienne, de constipation avec sensation de boule dans le rectum et d’hémorroïdes. Ce médicament est particulièrement indiqué chez des sujets maigres, avec des tâches brunâtres autour des yeux et de la bouche, ayant tendance à la psychasthénie et qui présentent des symptômes à la fois des modes réactionnels psorique et sycotique (troubles hépatiques, hypertension portale, infections génito-urinaires, mycoses…).

Posologie : Prendre en 9 ou 15CH, de 5 granules par jour à une dose par semaine.

Thuya :

Les troubles digestifs siègent dans tout l’abdomen. Il s’agit essentiellement de flatulence très marquée, de gargouillements, de bruits hydroaériques, liés à une aérogastrie et à une aérocolie. Ils sont aggravés deux à trois heures après le repas, par le froid, par les oignons et les féculents, améliorés par la chaleur. Les signes concomitants ne sont pas caractéristiques : nausées, parfois diarrhées… Thuya convient particulièrement à des sujets corpulents, frileux, enclins aux phobies (en particulier à la cancérophobie) et présentant des symptômes du mode réactionnel sycotique : catarrhe chronique des muqueuses, productions cutanées, etc.

Posologie : Prendre en 9 ou 15CH, de 5 granules par jour à une dose par semaine.

 

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *