La recommandation de l’homéopathie dans le Cancer du Sein

cancer du sein

Avec 33% des cancers féminins, le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme. Dans la majorité des cas, le développement d’un cancer du sein prend plusieurs mois, voire plusieurs années. Dépisté tôt, c’est un cancer de bon pronostic, dont le taux de survie reste stable. Le traitement d’un cancer du sein peut reposer sur la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie. La chirurgie est réalisée soit d’emblée, soit après quelques séances de chimiothérapie pour faire diminuer la taille de la tumeur, ce qui permet d’avoir un geste chirurgical le moins invasif possible. Elle a pour objectif d’enlever les tissus atteints par les cellules cancéreuses. L’homéopathie permet donc d’accompagner les patientes atteintes de cancer du sein lors de leur chirurgie.

Pourquoi l’homéopathie dans le cancer du sein ?

Même si, avec les progrès techniques, la chirurgie du sein devient de moins en moins mutilante, le conseil homéopathique a toute sa place pour préparer l’intervention afin de :

  • Limiter les suites opératoires (douleur, hématome)
  • Améliorer la cicatrisation
  • Agir sur l’état émotionnel de la patiente dans cette période de vie difficile

Sans effets secondaires et sans interactions médicamenteuses, l’homéopathie ne va pas interférer avec le protocole de soin mis en place par les oncologues.

L’engagement Octobre Rose dans la lutte contre le cancer du sein

Chaque année depuis 28 ans en France, Octobre Rose est le mois consacré à la lutte contre le cancer du sein. Le pharmacien joue un rôle important en tant que premier maillon de la santé en France pour vous parler du dépistage.

La prévention et la préservation de la qualité de vie de la patiente font notamment partie des priorités pour lutter contre les pertes de chances face aux cancers.

Quelques conseils homéopathiques en accompagnement du cancer du sein

Vous allez vous faire opérer du sein dans quelques semaines et vous appréhendez beaucoup. Avant une intervention, vous avez l’habitude de prendre de l’Arnica, mais vous cherchez quelque chose de plus spécifique à votre cas.

Avant l’opération, vous pouvez prendre Arnica montana 9CH (1 dose la veille de l’opération) et Gelsemium 15CH (5 granules matin et soir pendant les 8 jours qui précèdent l’opération) pour agir sur votre appréhension et votre anxiété d’anticipation. Puis, en post-opératoire, Apis mellifica 15CH (1 dose dès que possible au réveil puis 5 granules toutes les heures pendant 24h, puis 3 fois par jour pendant 8 jours). Vous associerez avec Bellis perennis 5CH, qui remplacera Arnica montana dans ce cas là car plus spécifique au traumatisme du sein, ainsi qu’avec Hypericum perforatum 15CH (5 granules des 2 souches toutes les heures pendant 24 heures puis 3 fois par jour pendant 8 jours).

Pour une meilleure cicatrisation de la plaie, vous prendrez Staphysagria 9CH (5 granules matin et soir jusqu’à cicatrisation). En cas de douleurs de cordes après curage ganglionnaire, prendre Causticum 15CH et Thiosinaminum 5CH (5 granules de chaque, matin et soir pendant 8 jours).

Quelques conseils complémentaires d’accompagnement

  • L’arrêt du tabac est toujours bénéfique. Il influence positivement la tolérance aux traitements et le pronostic de la maladie.
  • La pratique d’une activité physique adaptée contribue aussi à améliorer la qualité de vie tout au long du parcours de soins et la réponse aux traitements.
  • La cancer et ses traitements peuvent en effet avoir des conséquences sur l’alimentation. Un accompagnement nutritionnel peut être utile pour prévenir, dépister ou traiter une dénutrition ou à l’inverse un surpoids.

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.