Se débarrasser de la rétention d’eau de façon naturelle

Rétention d'eau

Souvent confondue avec la cellulite, la rétention d’eau est à l’origine de gonflements. Avec l’arrivée des beaux jours, la rétention d’eau et la cellulite deviennent un problème conséquent pour de nombreuses femmes. Or, nous ne pouvons aborder ce problème sans analyser les causes de leur apparition.

Quelle est la différence entre la cellulite et la rétention d’eau ?

Sous notre peau, nous avons un pannicule de couche adipeuse soutenu par un tissu réticulaire et du collagène, et vascularisé par la microcirculation qui fournit (ou soustrait) de l’énergie sous forme de graisse à l’organisme, selon ses besoins. Il peut cependant arriver que l’équilibre physiologique se dégrade à cause d’éléments exogènes.

Dans ces cas, les cellules du tissu adipeux se cassent et libèrent des triglycérides dans les espaces intercellulaires, ce qui comprime le réseau de microcirculation, altérant fortement son efficacité et favorisant l’œdème et la peau de “peau d’orange”. Les systèmes circulatoire et lymphatique ont également pour tâche de drainer les liquides et les déchets métaboliques. Une altération de ces systèmes facilite la rétention de liquides et de toxines dans les tissus et, par conséquent, des processus inflammatoires dans le tissu adipeux. Les personnes atteintes de cellulite ont souvent également des problèmes circulatoires périphériques tels qu’une insuffisance veineuse avec un drainage lymphatique insuffisant. La rétention d’eau peut également affecter la présence de cellulite.

Qu’est-ce que la cellulite ?

Cellulite
Cellulite

On connaît bien les mécanismes d’apparition de cette forme de cellulite, qui résulte d’un amas de graisses (adipocytes) dans les tissus sous-cutanés. Cette pathologie touche préférentiellement les femmes et peut résulter d’un ou plusieurs facteurs, dont les plus fréquents : l’hérédité, des apports caloriques trop importants (trop de nourriture ou une alimentation trop riche en glucides et en lipides), des déséquilibres hormonaux (notamment trop d’œstrogènes), insuffisance de la circulation veineuse et/ou lymphatique.

À noter, même si ce n’est pas très bon pour le moral, que la cellulite modérée, qualifiée aussi de physiologique, concerne environ 95% des femmes. C’est à la puberté qu’elle se manifeste pour la première fois, dans sa forme ferme et sensible et se traduit alors par une par une peau qui devient progressivement rouge et granuleuse sur les cuisses et les fesses. De la fin de l’adolescence à la ménopause, la cellulite devient molle et flasque avec formation de boules sous-cutanées. On parle alors de capitons ou de peau d’orange.

Certes, il existe une prédisposition génétique (héréditaire) mais l’obésité et le surpoids sont également considérés par beaucoup comme un élément de risque important et, en fait, même si les femmes minces ne sont pas exemptées de cette pathologie, elles ont encore des manifestations plus limitées. En particulier, nous parlons de jambes enflées et douloureuses où les liquides accumulés ne peuvent pas monter vers le haut et stagner dans les membres inférieurs.

Qu’est-ce que la rétention d’eau ?

Rétention d’eau

Parler de rétention d’eau n’est pas synonyme de cellulite, mais c’est certainement une condition qui peut favoriser son apparence. La rétention d’eau est un déséquilibre entre les systèmes veineux et lymphatique et se caractérise par la présence d’un œdème sous-cutané généralisé, dû à un drainage insuffisant des liquides, favorisé par la tendance des cellules à retenir les liquides, les toxines et les sels minéraux.

Habituellement, la rétention d’eau est causée par un déséquilibre entre deux sels minéraux spécifiques, le potassium et le sodium, qui aggravent la mauvaise efficacité du système lymphatique dans son activité, affectant également les membres supérieurs et la zone abdominale. Les causes qui déterminent le début de la rétention d’eau sont généralement liées à une mauvaise nutrition et à un mode de vie sédentaire. Dans le cas où, en plus des problèmes de microcirculation, de la vraie cellulite est ajoutée, c’est un signe que d’autres facteurs peuvent également être en jeu : déséquilibres hormonaux (tels que l’excès d’œstrogène), prendre des médicaments (comme des contraceptifs oraux), périodes de stress et de nervosité sévères.

 

Quelques conseils naturopathique afin d’éviter la rétention d’eau :

  • Pratiquez une activité physique saine, qui favorise la circulation et le métabolisme
  • Adoptez une alimentation ciblée et équilibrée
  • Optez pour les massages drainants

La nutrition joue un rôle fondamental dans ce déséquilibre, à la fois comme facteur de cause et comme remède possible. Il est donc important d’établir si l’enflure œdémateuse est liée à de mauvaises habitudes alimentaires et/ou à une surcharge pondérale afin d’intervenir. Par exemple, un excès de sodium augmente la rétention d’eau, ainsi qu’une introduction excessive de calories.

  • Réduire les farines et les glucides raffinés
  • Supprimer l’alcool
  • Diminuer les produits laitiers
  • Eviter les excès de graisses saturées et trans

D’un point de vue alimentaire, il est bon d’obtenir l’aide d’un spécialiste alimentaire compétent pour établir le véritable équilibre calorique et le choix d’une approche alimentaire adéquate pour soutenir la microcirculation, la réduction de l’état inflammatoire et un métabolisme efficace.

Quelles plantes médicinales pour lutter contre la rétention d’eau ?

Au regard de ses propriétés toniques amer, le trèfle d’eau permet de lutter efficacement contre la rétention d’eau. Cependant, rien ne vaut un régime alimentaire équilibré qui complète son effet, mais ne s’y substitue pas.

Cette souche aide dans la lutte contre la rétention d’eau à raison de 2 granules trois fois par jour et permettra de réaliser un bon drainage.

  • Asperges vertes :

La saison des asperges va bientôt commencer, profitez-en pour en faire une cure. Diurétiques, les asperges sont indiquées dans l’élimination rénale de l’eau.

L’orthosiphon facilite les fonctions d’élimination rénales et digestives ainsi que l’élimination rénale d’eau. C’est un adjuvant des traitements amaigrissants.

Ces huiles sont utilisées par voie locale dans le drainage lymphatique des membres inférieurs et la cellulite.

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *