Quel traitement naturel choisir pour soigner l’anémie

Quel remede naturel prendre pour soigner l' anémie
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Généralités

Anémie  : késako?

Pâleur, manque d’enthousiasme ou d’énergie, maux de tête, perte de la libido, incapacité à se concentrer…. vous souffrez peut être d’anémie. Si l’anémie est installée depuis longtemps, d’autres troubles peuvent apparaitre comme l’essoufflement à l’effort ou des vertiges

Les femmes, les enfants et les séniors sont les plus touchés

  • Les règles, plus importantes sous stérilet, sont la cause la plus fréquente des anémies hypochromes ferriprives. La vigilance s’impose aussi au cours de la grossesse et à la puberté (qualité des apports alimentaires).
  • Il faut aussi se méfier des petits saignements réguliers du nez, des gencives après brossage des dents
  • Les enfants vivant dans les conditions précaires sont à risque d’anémie. En léchant de vieilles peintures, des canalisations anciennes, ils sont parfois victimes d’intoxication au plomb (saturnisme) attaquant la fabrication des globules rouges.
  • Chez les séniors, ce sont les hémorragies digestives, les œsophagites ou de simples érosions liées à la prise de médicaments (anti-inflammatoires, aspirine, anticoagulants) qui sont les causes les plus fréquentes d’anémie. Leurs apports alimentaires parfois insuffisants sont responsables de carences en fer, en vitamine B12 et B9. Les traitements au long cours par les antiulcéreux peuvent aussi expliquer une carence en vitamine B12.

La vie d’un globule rouge 

La synthèse des globules rouges est commandée par l’érythropoïétine, une hormone secrétée par les reins. Le globule rouge est fabriqué dans la moelle osseuse avec toutes les autres cellules sanguines. Il circule dans le sang pour apporter aux cellules l’oxygène indispensable à leur fonctionnement et les débarrasser du dioxyde de carbone. Après 120 jours, le globule rouge est détruit par la rate. Chaque jour, environ 1% des globules rouges sont renouvelés.

Qu’est que l’anémie

L’anémie est une maladie qui touche la quantité ou la qualité des globules rouges. Elle se définit par une baisse du taux d’hémoglobine contenu dans les globules rouges. Cette baisse de taux entraine une diminution du transport d’oxygène au sein de toutes les cellules de notre corps.

En fait, il existe plusieurs types d’anémie. L’anémie peut en effet résulter de trois grands mécanismes :

  • Pertes de sang: Hémorragies aigues ou chroniques ;
  • Diminution de production des globules rouges ;
  • Augmentation de destruction des globules rouges (hémolyse).

L’anémie ferriprive (par manque de fer) est l’anémie le plus fréquente

  • Classification des anémies

    Les anémies sont classées en 2 grands groupes selon la taille moyenne des globules rouges (volume globulaire moyen ou VGM):

    Anémies microcytaires (globules rouges plus petites que la normale):

    • Anémie par carence martiale (manque de fer)
    • Anémie inflammatoire (le fer est séquestré dans les macrophages)
    • Thalassémies (maladie génétique se traduisant par une anomalie de l’hémoglobine)

    Anémie normo ou macrocytaires régénératives (globules rouges de taille normale ou plus grandes que la normale):

    • Anémies par hémorragie
    • Anémies par hyper hémolyse
    • Anémies par maladie héréditaire (sphérocytose de Minkowski-Chauffard)

    Anémies Macrocytaires carentielles a régénératives (troubles de l’acide folique ou de la vitamine B12: Anémie de Biermer…)

    Les signes cliniques d’une anémie

    Signes communs à toutes les anémies

    Toutes les anémies se manifestent par:

    • une asthénie, une faiblesse, une fatigabilité exagérée
    • une tachycardie, des palpitations
    • une dyspnée d’effort, une polypnée
    • une pâleur cutanéomuqueuse
    • de la fièvre
    • un souffle cardiaque
    • des céphalées
    • une sensation vertigineuse ou des bourdonnements d’oreille

    Signes particuliers selon la cause

    Anémie par carence en fer: Fragilité des phanères (ongles mous cassants et concaves, cheveux secs et cassants). Dans une forme plus évoluée, peau sèche, fissure aux commissures des lèvres, signes d’atrophie de la muqueuse digestive. Tendance aux infections, discrète splénomégalie, trouble du comportement alimentaire (pica).

    Anémie inflammatoire: Syndrome inflammatoire (fièvre, sueurs, altération de l’état général)

    Anémie par carence en vitamine B12: atrophie de la muqueuse qui recouvre la langue

    Thalassémies: l’intensité de l’anémie varie selon le type de l’anomalie. Subictère, retard staturo-pondéral, déformations osseuses, faciès mongoloïde, hépato splénomégalie

    Anémie hémorragique aigue: signes de choc hypovolémique, hémorragie visible, présence de sang dans les selles…

    Anémie hémolytique: Subictère conjonctival, urines foncées, splénomégalie

    Sphérocytose héréditaire: Triade caractéristique: anémie, ictère, splénomégalie +/- lithiase biliaire, retard staturo-pondéral avec déformation des os du crâne

    Les facteurs de risque des anémies

    Certaines situations exposent à un risque élevé d’anémies:

    • Une alimentation carencée en fer, en vitamine B9 (acide folique) ou en vitamine B12. Les végétaliens sont plus à risque d’un manque de vitamine B12 et de fer, car ils ne consomment pas de protéines animales.
    • L’alcoolisme.
    • La consommation de certains médicaments. Par exemple, les anti-inflammatoires, l’aspirine, les anticoagulants qui peuvent causer des saignements internes. D’autres médicaments peuvent interférer avec l’absorption ou le métabolisme de l’acide folique. Cette interaction étant bien connue, les personnes qui doivent prendre ce type de médicament reçoivent aussi une prescription de suppléments d’acide folique entraitement préventif de l’anémie.
    • L’exposition à certains produits chimiques, notamment au plomb

    Quelles sont les causes des anémies?

    Anémies microcytaires

    Carence en fer:

    • Une carence en fer peut être due à une suffisance d’apport chez le nourrisson avant une alimentation pauvre en fer, chez la femme enceinte ou allaitante, chez le vieillard isolé et dénutri.
    • Elle peut être aussi liée à une malabsorption digestive (maladies digestives, régimes ou aliments piégeant le fer)
    • Une carence en fer se rencontre aussi lors de pertes de sang excessives (hémorragies gynécologiques, digestives,épistaxis récidivantes….)

    Etats inflammatoires chroniques:

    • Maladies infectieuses (tuberculose, Osler, suppuration profonde, SIDA)
    • Maladies inflammatoires (lupus, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Horton, maladie de Crohn)
    • Cancers

    Anémies normocytaires ou macrocytaires régénératives

    Anémie aigue hémorragique extériorisée ou non

    Anémie hémolytique :

    • Anomalies constitutionnelles du globule rouge (sphérocytose héréditaire, déficit en G6PD, en pyruvate kinase),
    • Anomalies génétiques de l’hémoglobine (thalassémie, drépanocytose)
    • Infectieuse ou parasitaire (septicémies à Clostridium perfringens, à Escherichia coli)
    • Toxique (médicaments, toxiques ménagers ou industriels)
    • Mécanique (atteinte du cœur ou des gros vaisseaux)
    • Immunologique (allo anticorps, auto anticorps, médicaments)

    Anémie arégénérative en réparation

    Anémies normocytaires ou macrocytaires arégénératives

    L’alcoolisme, une cirrhose, une hypothyroïdie ou une insuffisance rénale peuvent causer une anémie arégénérative.

    Origine médullaire (moelle osseuse)

    • lié à un manque de folates ou en vitamine B12 (croissance, grossesse, cancer, alcoolisme, gastrectomisés, maladies du tube digestif, médicaments antifoliniques, végétaliens, infections parasitaires…)
    • Erythroblastopénies congénitales ou acquises (cancers, leucémies, radiations ionisantes, médicaments, toxiques, infections virales ou bactériennes, myélofibroses…

    Les complications d’une anémie

    Une anémie non corrigée, peut entrainer chez le sujet âgé de l’angor voire encore un infarctus

    • Dans les cas d’anémies par manque en vitamine B12, les complications peuvent être d’ordre neurologique, car la vitamine B12 agit également sur les nerfs.
    • Une insuffisance rénale peut survenir dans le cas d’anémie hémolytique

Prévention de l’anémie

  • Alimentation

    La prévention passe avant tout par l’assiette! On peut prévenir l’anémie par des apports suffisants en protéines, en fer, en acide folique et en vitamine B12

    Fer

    Le fer est une oligoélément essentiel. Il est présent à raison de 3,5 à 4g dans l’organisme.

    • C’est une composant important de l’hémoglobine (fer héminique). il contribue au transport de l’oxygène dans la circulation sanguine et dans les muscles via lamyoglobine.
    • Le fer non héminique est stocké dans le foie (ferritine) ou transporté (transferrine).

     

    Carences en fer: Les besoins très élevés pendant la grossesse, ne peuvent être satisfaits par l’alimentation. Une carence en fer peut survenir en fin de grossesse (30% des femmes enceintes développent une anémie ferriprive), dans certaines couches de la population socialement défavorisées, chez les végétariens ainsi que chez les personnes âgées qui ne mangent pas assez de viande. On observe aussi des carences chez les gastrectomisés, chez les sujets consommant des substances complexant le fer comme le café, le thé, le vin, la bière, les polyphénols, les phytates des céréales complètes, les fibres, le calcium des produits laitiers et du zinc. Les signes de carence vont d’une simple fatigue, d’essoufflement à l’effort, des troubles du sommeil, infections ORL à répétition (angines, otites…), pâleur, chute des cheveux, à la véritable anémie ferriprive

    Les besoins en fer

    Enfants de 1 à 12 ans

    7 à 10 mg par jour. Donner le lait de croissancejusqu’à 3 ans; chez l’enfant plus âgé préparer une tranche de foie de veau une fois par semaine

    Adolescents

    13 mg par jour. Veiller à une alimentation équilibrée; céréales enrichies en fer

    Femmes en âge de procréer

    16 mg par jour. Manger du boudin noir au moins une fois par semaine. Manger des moules le plus souvent possible

    Femmes enceintes

    Jusqu’à 30 mg par jour au 3ème trimestre. Préférer les oléagineux et les fruits secs. Une supplémentation est nécessaire

    Femmes ménopausées et hommes séniors

    9 mg par jour. Ne pas bouder la viande rouge. Réhabiliter les légumes secs.

    Aliments riches en fer

    Le fer héminique (hémoglobine et myoglobine des viandes et des abats= parts de 150g/jour), est celui qui est le mieux absorbé par l’organisme (4fois plus que le fer non héminique).

    Le fer non héminique (apport recommandé: 100g/jour) qui se trouve dans les aliments végétaux, est plutôt mal absorbé (10% seulement). On le trouve dans les céréales, les brocolis, les épinards, le cresson, les amandes, les noisettes, les fruits secs, les dattes, les olives noires, les pois ou les haricots. Les agrumes, kiwis, fraises, ainsi que la Vitamine C permettent de mieux assimiler le fer d’origine végétale

    Vitamine B12

    Les aliments riches en vitamine B12 sont le foie de veau, le poisson (maquereau, hareng), la viande, le lait et le jaune d’œuf.

    Folates

    Les folates sont surtout présents dans la betterave, le chou, les épinards, les haricots verts, la laitue et les petits pois, mais aussi dans les carottes, le concombre, le navet, la pomme de terre, le foie de veau, la viande et le poisson.

    Exposition aux toxiques

    De nombreux produits chimiques peuvent altérer la production de cellules sanguines.

    Prendre toutes les précautions nécessaires si l’on doit manipuler des produits toxiques

    Autres

    Allaitement

    L’allaitement pourrait agir favorablement sur l’anémie du post partum de la maman

 

Conseils en cas d’anémie

  • Ménagez votre cœur. En cas d’anémie, même des exercices légers peuvent causer de la fatigue. En effet le cœur doit travailler beaucoup plus en raison du transport déficient de l’oxygène lié à l’anémie. Eviter tout effort inutile!

    • Attention aux impacts, aux coupures et aux blessures. En cas d’anémie, les pertes de sang sont à éviter le plus possible. Par exemple, se raser avec un rasoir électrique plutôt qu’avec une lame, préférer les brosses à dents à poils doux et s’abstenir de pratiquer des sports de contact.
    • Prévenir tout risque d’infection. En cas d’anémie médullaire, qui atteint aussi les globules blancs, vous êtes plus vulnérable aux infections. Se laver souvent les mains avec un savon antiseptique, éviter les contacts avec des gens malades, dormir suffisamment, se fairevacciner et suivre une thérapie aux antibiotiques au besoin.
    • Boire beaucoup. Une mauvaise hydratation augmente la viscosité du sang et peut provoquer des crises douloureuses ou engendrer des complications, surtout en cas d’anémie à hématies falciformes.

 

Bilan biologique des anémies

 

Bilan hématologique

Hémogramme

Le dosage du nombre des globules rouges, du taux de l’hémoglobine et de la taille des globules rouges (volume globulaire moyen= VGM) permet de différencier les trois grands groupes d’anémie

 

Le nombre d’hématies est normalement de :

  • 5 (4,5 à 5,5) millions / mm³ chez l’homme adulte ;
  • 4,5 (3,9 à 5,0) millions / mm³ chez la femme adulte et l’enfant.

Le taux d’hémoglobine (Hb) du sang est normalement de :

  • 15 (13,5 à 16) g/100 ml chez l’homme adulte ;
  • 13,5 (11,5 à 15) g/100 ml chez la femme adulte et l’enfant.

On parle d’anémie si le taux d’hémoglobine est inférieure à 13 g/dl chez l’homme adulte et inférieur à 12 g/dl chez la femme.

Chez la femme enceinte, il y a une hémodilution physiologique, on place alors le taux minimal à 10.5 g/dl

Réticulocytes

Les réticulocytes sont les précurseurs des globules rouges. Le taux de réticulocytes permet de savoir si le corps reconstitue son stock d’hémoglobine. Une anémie est dite régénérative si son taux de réticulocytes est > 120 000/mm3

Frottis sanguin

Microsphérocytose

drépanocytose

Thalassémie

Type d’anémieVolume globulaire moyen*Taux de réticulocytes*
Microcytaire

< 80 fl

Normocytaire ou macrocytaire régénérative

> 80 fl

> 120 000/mm3

Normocytaire ou macrocytaire arégénérative

> 80 fl

< 120 000/mm3

* valeurs chez l’adulte

Myelogramme

Face à une anémie normo ou macrocytaire non régénérative, un myélogramme doit être demandé. Il est effectué sur une ponction médullaire (ponction de moelle osseuse).

Bilan biochimique

Devant une anémie microcytaire, un bilan martial est alors prescrit afin de rechercher une carence en fer: Ferritinémie ou dosage de la ferritine sanguine (traduit les réserves en fer), Fer sérique, Coefficient de saturation de la transferrine

  • Face à une anémie normo ou macrocytaire non régénérative, les dosages en folates et en vitamine B12 sérique permettent d’établir le diagnostic

Traiter l’andropause par des compléments alimentaires

  • Androlistica®

    Androlistica® est un complément alimentaire de l’andropause, composé d’acides gras spécifiques, de phytostérols, d’OMEGA 3 de poissons de mer, de provitamines, de minéraux, et d’antioxydants

    Ses phytostérols, provitamines, minéraux et antioxydants d’origine naturelle, sélectionnés, ont tous fait l’objet d’études démontrant leur intérêt pour protéger l’organisme d’un vieillissement prématuré. Ils participent à l’équilibre urinaire et à l’intégrité des cellules de la prostate.

    Les extraits d’oignions et de yam s’opposent à l’oxydation des phytostérols, participant à la sauvegarde des membranes cellulaires, et contribuent à la bonne transformation des stérols en stéroïdes dont l’expression principale chez l’homme est la testostérone

    Conseils d’utilisation: 2 à 3 capsules par jour au cours d’un repas, 3 semaines par mois

Comment améliorer l’andropause par homéopathie

Sabal serrulata

Érection douloureuse ou éjaculation, Absence de libido ; avec irritabilité nerveuse, mal au dos occasionné par le coït, Testicules remontés, rétractés

Sabal serrulata composé comprimés, granules ou solution buvable:  3 granules 3/jour ou 10 gouttes 3/jour

Remède contre l’andropause par phytothérapie

L’utilisation de plantes qui agissent comme précurseur des hormones essentielles comme la testostérone, la mélatonine, la DHEA permettent de compenser les diminutions physiologiques liées à l’andropause.

Plantes à éviter

Attention éviter les plantes à action oestrogénique  comme  le Houblon (Humulus lupulus), la Sauge (Salvia officinalis), ou le Ginseng(Panax Ginseng).

Dans tous les cas

Glycine max (soja)

Ses effets sont multiples.

  • Il stabilise la densité osseuse dans les deux sexes après 50 ans.
  • Il présente un effet hypocholestérolémiant, est précurseur du monoxyde d’azote (le plus puissant vasodilatateur connu), et par sa richesse en arginine précurseur de NO entraine une diminution de la pression diastolique.
  • Il ralentit de la montée des PSA dans le cancer prostatique et prévient le cancer de la prostate.
  • En outre, il assure une protection rénale chez les diabétiques et une amélioration des fonctions cognitives (dans un groupe capable de fabriquer de l’équol au départ de la daïdzéine) en présence de bactéries intestinales compétentes.

Tribule terrestre(Tribulus terrestris)

Plante spécifique également appelé croix-de-Malte qui semble particulièrement intéressante car elle élèverait le taux de testostérone

Plantes anti-oxydantes

Rosmarinus, le Lycopène de la tomate, en association avec des plantes de détoxication de l’organisme commeChrysantellum americanum ou d’autres grands polychrestes comme Carduus marianus.

  • Le pycnogénol extrait des pépins de raisins ou de l’écorce de pin est également un antioxydant très puissant intéressant dans le cadre du traitement de l’andropause

En fonction des troubles

Plante stimulante

Contre l’instabilité émotionnelle, la diminution de la puissance musculaire, la diminution de résistance à l’effort et la diminution de la vitesse de réaction, l’Eleuterococcus senticosus associé au magnésium permettront une amélioration de la situation.

Troubles du sommeil

Tilia Tomentosa et l’Eleutherococcus senticosus

Dysfonction érectile

La diminution de la libido et la dysfonction érectile seront utilement compensées par l’emploi de Sabal serrulata, selénium, zinc et VitB

Lutter contre l’andropause par gemmothérapie

Bourgeons de Séquoia (Sequoia gigantea) : Sequoia gigantea bourgeons MG 1DH est indiqué en cas d’insuffisance surrénale. Il est un excellent antiâge de l’homme mur. Il est indiqué aussi en cas d’ostéoporose.

Posologie: Prendre 50 gouttes dans un peu d’eau matin et soir avant ou après les repas.

Conseil Pharmacie : Quand consulter un médecin ?

 

Avant tout traitement à la testostérone ou à la DHEA afin de vérifier l’absence de risques et/ou de contre-indications au traitement. En cas de signes cliniques d’andropause chez un homme jeune

Testostérone

Le dosage sanguin de la testostérone et de ses dérivés est le témoin le plus caractéristique d’une andropause.

Le rétablissement d’un poids idéal permettra une régulation de la 5 aromatase et la pratique d’un exercice physique modéré et régulier aura un effet favorable tant sur les paramètres psychiques que physiques.

 

Comment traiter naturellement l’ anémie

Le traitement dépend du type d’anémie.

Il est différent, et les traitements indiqués pour un type d’anémie sont parfois contre-indiqués pour un autre type. D’où l’intérêt du diagnostic et du bilan biologique avant de commencer tout traitement pour anémie

Anémie ferriprive ou anémie par carence martiale

Traiter la cause

Ce type d’anémie est provoqué par une carence en fer.

Dans ce cas, il faut impérativement retrouver la cause de cette carence en fer sous peine de voir rechuter l’anémie après le traitement.

Parfois, il n’est pas toujours possible de corriger la cause de cette carence (règles abondantes, hernie iatale non opérable…). Dans ce cas, le fer est prescrit soit en continu, soit en cures répétées plusieurs fois par an.

Fer

fumarate de fer (Fumafer®) ascorbate ferreux (Ascofer®), chlorure ferreux (Fer UCB®), férédétate de sodium (Ferrostrane®), hydroxyde ferrique polymaltose (Maltofer®), succinate ferreux (Innofer®), sulfate ferreux (fero-Grad vitaminéC 500®, Tardyferon® 80, Tardyferon® B9)

Face à la multiplicité des étiologies des anémies, il est important  de ne pas se lancer dans une supplémentation en fer sans que l’anémie soit identifiée par un médecin
Posologie: 100 à 200mg/jour de fer élément chez l’adulte. 6 à 10mg/kg/jour chez l’enfant et le nourrisson.

Conseils d’utilisation: Suivre les recommandations décrites dans: Conseils en cas de traitement de fer

Voie injectable: le fer injectable par voie intramusculaire est réservé aux (rares) cas de malabsorptions, après échec du fer per os. Le traitement se limite à quelques injections, sous strict contrôle médical. La voie intraveineuse (Venofer®) est uniquement indiquée pour traiter l’anémie de l’insuffisant rénal chronique dialysé lorsqu’un traitement oral est insuffisant ou mal toléré.

Durée du traitement: l’anémie se corrige en 1 à 2 mois mais le traitement doit être prolongé en moyenne 5 à 6 mois jusqu’à normalisation de tous les paramètres sanguins (hémoglobine, VGM et ferritine)

Contre indications absolues 

Surcharge martiale, anémie normo ou hypersidérépique (thalassémie, anémie réfractaire, anémie par insuffisance médullaire)

Anémie inflammatoire

Que ce soit d’origine infectieuse, auto-immune ou néoplasique, le seul traitement est celui de la maladie causale.

Dans ce type d’anémie, l’apport du fer est inutile, voire dangereux, en l’absence de carence associée

Anémie mégaloblastique

Ce type d’anémie est due à un trouble du métabolisme de la vitamine B12 et/ou des folates. Le traitement vise donc à compenser cette carence

Par déficit en vitamine B12:
Cobamamide (Cobanzyme), Cyanocobalamine (Vitamine B12 Gerda®, Roche®, Delagrange®, Lavoisier®), hydroxocobalamine (Dodécavit®)

Que ce soit dû à une carence d’apport alimentaire (régime végétalien strict et prolongé) ou à une carence d’absorption (anémie pernicieuse de Biermer, gastrectomie, affections intestinales…), le traitement repose sur l’administration parentérale de vitamine B12 sous forme de cyanocobalamine ou d’hydroxocobalamine. Cette dernière est souvent préférée en raison d’un meilleur stockage hépatique.

Posologie: En général, on administre 1000µg/jour pendant 7 jours pour reconstituer les réserves hépatiques et obtenir un taux sanguin normal de (120 à 700pmol/l). Un traitement d’entretien à vie (injections mensuelles puis trimestrielles) est nécessaire si la cause de la carence ne peut être guérie. Un traitement per os est possible dans les carences d’apport. Il doit être maintenu jusqu’à reconstitution des réserves tissulaires et normalisation du taux sanguin en vitamine B12

Effets indésirables: douleur au point d’injection, coloration brun-rouge habituelle des urines et survenue d’acné en cas de traitement prolongé. Risque de réaction allergique (prurit,urticaire…)

l’adjonction de fer au début du traitement à la dose de 200mg/j est souvent nécessaire car la régénération rapide des globules rouges épuise rapidement les réserves en fer de l’organisme.

Traitement étiologique: quand il est possible, on corrige le régime alimentaire. on traite aussi les phénomènes de malabsorption par une désinfection intestinale par tétracyclines en cas de pullulation bactérienne du grêle.

Contre indications absolues 

tumeur maligne en raison de ses effets sur la croissance des tissus se renouvelant rapidement

Par déficit en folatesAcide folique (Spéciafoldine®), Folinate de calcium (Lederfoline®, Folinoral®, Perfolate®)

Acide folique administré par voie orale: 5 à 15mg/j chez l’adulte.

 

La normalisation hématologique et la correction de l’anémie apparait au bout de 2 à 3 mois. En cas de non normalisation possible de la cause, le traitement substitutif est maintenu à raison de 2 à 5mg d’acide folique par semaine

Interactions médicamenteuses: les folates pourraient réduire l’activité des antiépileptiques

Contre indications absolues 

utilisation isolée dans les carences en  vitamine B12 (aggravation des signes neurologiques)

Anémie par insuffisance médullaire

Devant une toxicité médicamenteuse, le traitement repose essentiellement sur la suppression temporaire ou définitive du médicament responsable (par exemple chimiothérapie).

Dans les autres cas, les traitements sont plus spécifiques et sont prescrits au cas par cas en fonction de l’âge, de l’étiologie de l’aplasie et de sa gravité. Ainsi l’androgénothérapie vise à stimuler la synthèse de l’érythropoïétine et la différenciation des globules rouges. Une greffe de moelle  osseuse est aussi possible

Anémie hémolytiques

Liées à une malformation des hématies, les anémies hémolytiques peuvent nécessiter des transfusions sanguines ou une chirurgie de la rate.

Dans le cas des anémies auto-immunes, le traitement repose impérativement par l’éviction des facteurs déclenchants. La corticothérapie à raison de 1 à 1,5mg/kg/j de prednisone est indiquée en première intention. Elle est maintenue jusqu’à obtenir un taux d’hémoglobine normal. Les doses sont ensuite diminuées progressivement jusqu’à l’arrêt. En cas de corticorésistance ou de cortico-intolérance, le recours est la splénectomie. Les immunosuppresseurs (azathioprime, cyclophosphamide et chlorambucil) sont la dernière alternative pour les patients réfractaires. Un traitement par gammaglobulines intraveineuses peut aussi être prescrit.

Anémie par insuffisance rénale

En cas d’insuffisance rénale, l’anémie est causée par la baisse de sécrétion d’érythropoïétine. En effet, l’érythropoïétine est une hormone qui agit comme un facteur de croissance des globules rouges sur la moelle osseuse.

Erythropoïétine (EPO)Eprex®, NéoRecormon®, Aranesp®

L’administration se fait préférentiellement par voie sous-cutané. La posologie initiale est de 20 à 50 UI/kg 3 fois par semaine sauf Aranesp® (une fois par semaine). On augmente ensuite progressivement par palier de 20 à 25 UI/kg

  • Effets indésirables: hypertension artérielle dose dépendante, syndrome pseudo grippal transitoire et rares cas de thromboses

Précautions d’emploi:

 

  • les réserves en fer sont évaluées avant et pendant le traitement pour éventuellement instaurer une supplémentation car il existe une résistance à l’EPO en cas de carence martiale.
  • Certains patients développent après plusieurs mois de traitement, une résistance à l’EPO par l’apparition d’anticorps anti-EPO. Dans ce cas, la seule alternative possible est la transfusion sanguine.

Contre indications absolues 

Grossesse, hypertensionnon contrôlée, patients ne pouvant pas recevoir deprophylaxie anti thrombotique appropriée

Traitement préventif des anémies iatrogènes (médicamenteuses)

 

    • Selon le contexte clinique, on supprime ces traitements dans la mesure du possible
    • En cas d’impossibilité d’arrêter ces médicaments, on utilise alors un traitement préventif pour éviter ces anémies à l’acide folinique ou au folinate de calcium.

      Médicaments pouvant causer une anémie 

      Certains traitements peuvent entraîner des anémies mégaloblastiques: Inhibiteurs de la dihydrofolate-réductase: pyriméthamine, triméthoprime, méthotrexate, sulfasalazine, triamtérène, phénytoïne, barbituriques

    Femmes ayant des règles abondantes

    Pour les femmes ayant des règles abondantes, un traitement hormonal peut aider (pilule contraceptive, stérilet avec progestatif, danazol, etc.).

    Anémie provoquée par la chimiothérapie

    L’anémie se manifeste le plus souvent après plusieurs cures de chimiothérapie (surtout les sels de platine)

    • Si le taux de l’hémoglobine est inférieur à 12g/l; on prévient l’anémie par administration d’érythropoïétine recombinante (darpoïétine alpha: Arasnep®, époïétine alpha: Eprex®, époïétine bêta: NéoRécormon®) en sous cutané associée auparavant à une correction d’un déficit en fer ou en folates
    • Si le taux d’hémoglobine est inférieur à 8g/l, une transfusion de culots globulaires est instaurée même si cette dernière doit être évitée au maximum car l’efficacité des érythropoïétines est clairement démontrée.

 

Conseils en cas de traitement par le fer

 

  • Quand faut-il prendre le fer ?

    Prendre le fer de préférence à jeun ou une demi-heure avant les repas en fractionnant les prises dans la journée.

    Alimentation

    Eviter les aliments qui piègent le fer :

    • Aliments riches en phytates (rhubarbe). Le pain complet contient une forte proportion d’acide pythique pouvant former des complexes insolubles (non résorbés) avec le fer
    • Aliments riches en phosphates (alimentation lactée). Eviter la consommation simultanée de produits laitiers qui diminuent l’absorption du fer de 30 à 50%.
    • Tanins (thé): limiter la consommation de thé à 2 à 3 tasses par jour.

    Améliorer l’absorption du fer:

    L’absorption du fer est favorisée par la vitamine C. Avaler le fer avec un verre de jus d’orange ou de pamplemousse

    Médicaments

    Attention, certains médicaments réduisent l’absorption du fer.

    Le fer doit être pris à distance d’au moins 3 heures des cyclines, des fluoroquinolones, de la penicillamine, des topiques gastro-intestinaux, de la thyroxine et des biphosphonates.

    Durée du traitement

    Le fer améliore l’état de fatigue rapidement en 1 ou 2 mois, mais l’absorption du fer étant quotidiennement limitée , 5 à 6 mois sont nécessaires pour reconstituer les stocks. L’efficacité du traitement est contrôlée après 3 mois par une prise de sang

    Que faire en cas d’intolérance?

    Le fer provoque parfois des symptômes d’intolérance passagers; nausées, diarrhées ou constipation. Un fractionnement des prises quotidiennes limite ces effets indésirables.

 

Anémies en compléments alimentaires

 

  • Ne tentez surtout pas de vous traiter par vous-même avec des suppléments de fer ou des multivitamines qui en renferment. Vous pourriez ainsi masquer une maladie beaucoup plus grave et en retarder le diagnostic.

    Vitamines et oligoéléments conseillés

    ACTYFERIL® est un complément alimentaire à base de fer, cuivre, vitamines B6 et B9.

    • Le fer contribue à la formation normale de globules rouges et d’hémoglobine et au transport normal de l’oxygène dans l’organisme.
    • Le cuivre contribue au transport normal du fer dans l’organisme.
    • Le fer ainsi que les vitamines B6 et B9 aident à lutter contre la fatigue.

     

    Vitamine C: la vitamine C potentialise l’absorption du fer. A prendre uniquement si votre médecin vous a prescrit un traitement par le fer.

    Préférer la vitamine C naturelle qu’est l’acérola

     

    Vitamines C et acérola: 3 chênes Acerola 500, 3 chênes bio Acerola 1000, Acerola 1000 Arkopharma®, Acerol C vitamine C, Acerola Arkogélules®, Acerola Bio 500, Acerola Plus 500, DAYANG® Acerola 1000, Vitascorbol® 500,Vitascorbol® 1g

 

 

Soigner l’anémie par l’homéopathie

 

  • Ne tentez surtout pas de vous traiter par vous-même avec de l’homéopathie sans vous faire suivre par votre médecin.
    L’homéopathie est une aide supplémentaire, elle aide souvent à mieux tolérer le traitement par le fer (souvent mal toléré), mais ne peut en aucun cas remplacer les traitements conventionnels!

    En cas de frilosité ou de légère anémie: Graphites 9CH

    • Pertes de sang, anémie et répercutions générales (fatigue): China rubra, Phosphoricum acidum, Ferrum metallicum 5CH  3 granules 2 fois/jour
    • Zincum metallicum anémies parfois masquées par un état de grande fatigue.
    • Plumbum metallicum anémies pouvant être accompagnées d’un amaigrissement.
    • Natrum muriaticum : anémies, particulièrement chez les personnes maigres et frileuses
    • Kalium carbonicum : sujet frileux, anémié avec œdèmes et arthrose. Anémie ferriprive

Anémie et oligothérapie

 

  • Ne tentez surtout pas de vous traiter par vous-même avec l’oligothérapie sans vous faire suivre par votre médecin. L’oligothérapie est une aide supplémentaire, mais ne peut en aucun cas remplacer les traitements conventionnels!

    Oligoéléments conseillés

    Cobalt: Le cobalt est un oligoélément essentiel. Il est présent dans la structure de la cyanocobalamine ouvitamine B12 intervenant dans l’érythropoïèse et la biosynthèse de l’hémoglobine. Il est indiqué dans l’Anémie de la femme enceinte

    A éviter

    Zinc en grande quantité: Une dose excessive de zinc peut provoquer de l’anémie

Conseil Pharmacie : Quand consulter un médecin ?

 

  • En cas de: pâleur, manque d’enthousiasme ou d’énergie, maux de tête, perte de la libido, incapacité à se concentrer

  • Si l’on souffre d’une maladie chronique susceptible de causer l’anémie, il est important d’avoir un suivi médical adéquat et de passer des tests sanguins à l’occasion. Parlez-en avec votre médecin.

  • En cas d’essoufflement à l’effort ou de vertiges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *