La rectocolite hémorragique

Photo représentant un ventre avec un message dessus ou il est écrit " out of order"

La rectocolite hémorragique est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (ou MICI). En effet, les MICI regroupent les maladies qui affectent le tractus gastro-intestinal.

Qu’est-ce que la RH ?

Cette forte inflammation produit de minuscules plaies appelées ulcères, sur la paroi du côlon. En fait, l’inflammation commence généralement dans le rectum et se propage vers le haut. Cependant, elle peut toucher l’ensemble du côlon.

La rectocolite hémorragique fait que l’intestin déplace son contenu très rapidement et se vide fréquemment. De plus, la mort des cellules à la surface de la muqueuse intestinale entraîne la formation d’ulcères. De fait, cela peut provoquer des saignements et des écoulements de mucus et de pus.

Bien que cette affection touche des personnes de tous âges, la plupart des personnes développent une RCH entre 15 et 30 ans. Après 50 ans, on observe une autre légère augmentation des diagnostics des MICI, généralement chez les hommes.

Connaissons-nous les causes de la RH ?

Malheureusement, la cause exacte de la rectocolite hémorragique reste inconnue. Auparavant, on soupçonnait l’alimentation et le stress. Dorénavant, les médecins savent que ces facteurs peuvent aggraver la maladie, mais n’en sont pas la cause.

L’une des causes possibles est un dysfonctionnement du système immunitaire. En fait, lorsque le système immunitaire tente de combattre un virus ou une bactérie envahissante, une réponse immunitaire anormale fait que ce même système attaque également les cellules du tube digestif.

L’hérédité semble également jouer un rôle dans la mesure où la RH est plus fréquente chez les personnes dont des membres de la famille sont atteints par la maladie. Cependant, la plupart des personnes touchées par cette affection n’ont pourtant pas d’antécédents familiaux.

Quels en sont les symptômes ?

Les symptômes de la RH peuvent varier, en fonction de la gravité de l’inflammation et de l’endroit où elle se produit. En bref, les signes de la maladie peuvent inclure :

Diarrhée, souvent mêlée avec du sang ou du pus
Douleurs et crampes abdominales
Douleurs rectales
Saignement rectal – écoulement d’une petite quantité de sang avec les selles
Urgence à déféquer
Incapacité à déféquer malgré l’urgence
Perte de poids
Fatigue
Fièvre
Chez les enfants, retard de croissance

La rectocolite hémorragique peut également causer d’autres symptômes comme par exemple:

Douleurs articulaires
Gonflement des articulations
Nausées et diminution de l’appétit
Problèmes de peau
Lésions buccales
Inflammation des yeux

Toutefois, la plupart des personnes atteintes de colite ulcéreuse présentent des symptômes légers à modérés. Qui plus est, l’évolution de la colite ulcéreuse peut varier. Effectivement, certaines personnes connaissent de longues périodes de rémission.

Quels sont les facteurs de risques ?

Finalement, la rectocolite touche à peu près le même nombre de femmes et d’hommes. Les facteurs de risque peuvent inclure :

L’âge : La maladie se déclare généralement avant l’âge de 30 ans. Cependant, elle peut survenir à tout âge, et certaines personnes peuvent ne développer la maladie qu’après 60 ans.
La race ou l’origine ethnique : Les Blancs sont 2 à 5 fois plus touchés par la rectocolite hémorragique que les Noirs ou les Asiatiques. Dans le même temps, la communauté juive (juifs ashkénazes) est 4 à 5 fois plus touchée par la maladie que les autres groupes.
Les antécédents familiaux : Le risque est plus élevé lorsqu’un parent proche, un frère ou une sœur ou un enfant, est lui même atteint de la maladie.

Quelles peuvent être les complications entraînées par la maladie ?

Les complications possibles de la rectocolite sont les suivantes :

Saignements importants
Perforation du côlon
Déshydratation sévère
Perte osseuse (ostéoporose)
Inflammation de la peau, des articulations et des yeux
Risque accru de cancer du côlon
Gonflement rapide du côlon
Risque accru de caillots sanguins dans les veines et les artères

Les solutions naturelles à adopter rapidement

Bien que les remèdes naturels ne puissent pas guérir la RCH, ils peuvent aider à soulager les symptômes et prévenir les crises.

Quel est le rôle des probiotiques ?

Une étude de 2019 a examiné la réaction des personnes atteintes de RCH à l’utilisation de probiotiques. De fait, les chercheurs ont constaté que 57% des personnes ayant pris des probiotiques ont rapporté une expérience globalement positive. De plus, 50 % des répondants ont noté une amélioration de leurs symptômes, notamment la fréquence et la texture des selles.

Les plantes ont-elles une place dans la gestion de la RH ?

Une étude de 2019 a mis en évidence plusieurs substances naturelles susceptibles de réduire les symptômes de la RCH, notamment :

l’extrait d’Andrographis paniculata
le gel d’aloe vera
le jus d’herbe de blé
les graines de Plantago ovata
la résine de gomme de Boswellia serrata

En effet, les auteurs suggèrent que certains composés spécifiques de ces remèdes à base de plantes soutiennent l’activité immunitaire et fournissent des antioxydants qui réduisent l’inflammation.

Cependant, l’étude ne recommande aucune de ces substances en tant que traitement autonome. Il est donc important de souligner que les personnes atteintes de RCH devraient les utiliser en tant que traitement complémentaire aux médicaments traditionnels.

Elodie, Naturopathe & Coach Paléo.

 

SOURCES:
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/rectocolite-hemorragique
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4511685/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3273725/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/7066192/
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2213434418301075
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6540767/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.