La tisane du mois de Novembre : Booster son immunité

immunité

Le système immunitaire contribue au maintien de l’intégrité de l’organisme par l’exclusion des constituants étrangers. L’immunité est la capacité d’un organisme à se défendre contre toute agression du milieu extérieur (bactérie, virus, champignon, antigène). En période automnale et hivernale, l’immunité s’affaiblie laissant le champs libre à tout type de virus se répandant comme une traînée de poudre, devenant ainsi un enjeu de santé publique majeur.

C’est pourquoi Soin et Nature a sélectionné pour vous la tisane immunité afin de booster votre système immunitaire pour passer une saison sereine.

Composition et propriétés de la tisane pour booster son immunité

La Menthe poivrée, pour ses propriétés immunitaires et anti-infectieuses :

La menthe poivrée est antivirale comme d’autres plantes de la famille de la menthe. Les feuilles de menthe ont en effet montré une activité antivirale contre le virus respiratoire syncytial (VRS) avec un indice de sélectivité élevé, et a diminué la production de monoxyde d’azote (=oxyde nitrique=NO), de TNF-α, d’IL-6 et de PGE2, traduisant une action anti-inflammatoire significative. Une activité antioxydante a également été constatée.

La menthe poivrée semble notamment agir comme un décongestionnant nasal. En réalité, cet effet correspondrait plutôt à une sensation de fraîcheur, provoquée par l’interaction du menthol avec le nerf trijumeau et les récepteurs au froid au niveau des fosses nasales et du pharynx.

Le Thym, pour ses propriétés immunomodulantes :

Tout en réduisant la prolifération des lymphocytes T, le thym vulgaire a pourtant la capacité d’activer les cellules dendritiques, qui jouent le rôle de présentatrices des antigènes dans le système immunitaire.

Le T. vulgaris inhibe par ailleurs la prolifération des lymphocytes stimulés par des mitogènes, en relation avec le thymol et son activité cytotoxique.

L’échinacée, pour ses propriétés immunostimulantes et immunomodulantes :

  • Action immunostimulante :

L’échinacée module et renforce les défenses immunitaires de l’organisme face aux agents infectieux. Cette action, largement documentée, est attribuée à la fraction éthanolique lipophile (notamment les alkylamides) et la fraction polysaccharide hydrophile. Les dérivés phénoliques de l’acide caféique (en particulier l’acide cichorique) semblent également jouer un rôle important dans cette action.

En particulier, l’échinacée exerce in vivo des effets bénéfiques sur l’immunosuppression induite par le stress de contrainte en augmentant la prolifération des splénocytes et l’activité des cellules tueuses (NK), tout en modulant les sous-ensembles de lymphocytes T et les niveaux de cytokines dans le sang.

  • Immunostimulation non spécifique (innée) :

L’échinacée stimule aussi l’activité des macrophages par le biais de l’arabinogalactane avec activation de leur pouvoir cytotoxique et phagocytaire (sérique et tissulaire). Il active également la production d’interférons α et β, d’IL-1, d’IL-10 et de TNF-α (arabinogalactine). Les alkylamides modulent néanmoins l’expression génique du TNF-α en agissant sur les récepteurs cannabinoïdes de type 2.

Cette plante stimule l’activation des voies classiques et alternes du complément8, activant ainsi le facteur nucléaire kappa B (NF-kB), et stimule in vivo la réponse immune non spécifique.

  • Immunomodulation spécifique (acquise) :

L’échinacée augmente le nombre des globules blancs et en particulier des lymphocytes. Les polysaccharides de l’échinacée exercent in vitro un effet adjuvant dose-dépendant sur la réponse cytokinique des cellules T. Il stimule ainsi la formation de cytokines (interleukines IL-1β et IL-6) de façon dose-dépendante dans diverses cultures cellulaires : l’échinacée accroît la production par les leucocytes de cytokines Th1 ‘interleukines IL-1β, IL-6, IL-8) et Th2 (interleukine IL-4).

Cette plante augmente également l’activation des cellules tueuses naturelles NK et augmente la synthèse des immunoglobulines (IgA, IgG et IgM), tout en diminuant la formation de complexes immuns.

En résumé, l’échinacée réduit le nombre et la fonction des lymphocytes T régulateurs en association avec le renforcement des cellules présentatrices des antigènes (CPA), ce qui contribue à l’amélioration de la fonction immunitaire.

Le sureau, pour ses propriétés immunostimulantes :

  • Au niveau respiratoire :

Chez l’homme, une étude pratiquée chez 12 donneurs en bonne santé a montré que le sureau active l’immunité saine en augmentant significativement la production de cytokines inflammatoires (IL-1β, TNF-α, IL-6, IL-8) par rapport au lipopolysaccharide (LPS), un activateur connu des monocytes. L’augmentation la plus nette a été observée dans la production de facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α). Ces propriétés immunostimulantes pourraient présenter un intérêt chez les sujets atteints de la grippe, ainsi que les patients immunodéprimés.

 

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.