C’est le printemps…!

« Il vaut mieux reverdir que d’être toujours vert. »

Lettres de Mme de Sévigné (1635-1696)

 

Et bien sûr, comme tous les ans, le mot d’ordre est DETOX. Pas un magazine féminin n’y échappe, pas un labo ne manque de vanter son produit miracle indispensable pour retrouver forme et vitalité après l’hiver. Outre le fait que le mot soit vendeur en ces heures du printemps nouveau, il y a un sens à épurer notre organisme après la période hivernale.

Pourquoi ? L’hiver est une période où la sédentarité (et donc le manque d’oxygénation) s’accompagne souvent d’une nourriture plus riche et moins vivante. Le rythme de notre organisme, tout comme la végétation, s’est assoupi, et les déchets métaboliques se sont accumulés, surchargeant les organes filtreurs et épurateurs de notre corps (foie, intestin, rein, poumon et peau). Cet encrassement explique la fatigue souvent ressentie à l’arrivée du printemps, nos organes étant sur-sollicités tant ils essaient de s’adapter pour maintenir l’équilibre indispensable de notre milieu intérieur.

L’enjeu de la détox printanière n’est ni plus ni moins que de retrouver une nouvelle jeunesse après s’être épuré et allégé.

Les deux piliers d’une bonne détoxication consistent à éliminer les sources d’intoxication et à encourager les fonctions d’élimination naturelles.

Comment réduire les sources d’intoxication ?

En adoptant au maximum une alimentation dite hypotoxique : régalez-vous de fruits et de légumes frais biologiques et locaux en favorisant leur consommation crue, réduisez la part de protéines animales, notamment les viandes et les laitages, réduisez fortement votre consommation de sucres et de graisses saturées, oubliez les produits raffinés et les excitants ! Buvez en quantité une eau de qualité en pensant aux vertus des tisanes et des jus frais! Privilégiez les céréales complètes ou semi-complètes légères : riz, millet, avoine.

En bref, mangez léger, sain et vitalisant !

Comment stimuler les fonctions d’élimination de l’organisme ?

– En vous mettant en mouvement et en respirant pleinement : à vous les promenades, randonnées ou jogging dans la fraîcheur printanière !

– En prenant soin de vous : massages, hammams, saunas ou bains sont autant de techniques intéressantes pour relancer la circulation sanguine et drainer la lymphe.

– En soutenant les organes d’élimination, et prioritairement le foie, protagoniste de la désintoxication et organe du printemps en médecine traditionnelle chinoise. Citron, artichaut, radis noir, carotte et pissenlit sont les bienvenus. Certaines plantes ont une sphère d’action ciblée sur la fonction hépatique : chardon-marie (Cardus marianus) artichaut (Cynara Scolymus), romarin (Rosmarinus officinalis)..

Il y a aussi un intérêt à soutenir et stimuler les reins qui doivent filtrer le sang chargé des déchets remis en circulation lors d’une cure de détox. Les alliacés (ail, oignon, échalote…) sont de précieux partenaires pour les reins, tout comme l’asperge, la betterave, les salades… Le genévrier (Juniperus Communis), le bouleau (Betula Alba) ou l’aubier de tilleul sont d’excellents draineurs du rein.

Les intestins ont un rôle non négligeable dans le processus de détoxication de l’organisme. Il existe de multiples manières de stimuler leur fonction. L’hygiène intestinale peut être soutenue avantageusement par la phytothérapie avec la mauve (Malva Sylvestris) ou certains complexes à l’action ciblée. N’oubliez pas les huiles végétales de qualité biologique : l’huile de carthame et son action laxative douce est toute indiquée. Enfin, une cure de pré et probiotiques peut être un bon complément au printemps, afin de rééquilibrer la flore intestinale.

La sève de bouleau fraîche ou l’Eau Hydroxydase constituent des cures polyvalentes qui trouvent toute leur place dans la détox de printemps, en agissant sur les différentes fonctions de l’organisme tout en le reminéralisant.

– En vous relaxant et profitant du retour des beaux jours et de l’élan vital de la nature qui nous ressource et nous revigore.

– En favorisant un sommeil réparateur et des temps de pause réguliers.

Les voies de la détoxication sont nombreuses et il existe une multitude de degrés de détoxication. Chacun gagnera à soutenir son organisme au printemps, selon ses propres besoins. Un accompagnement plus approfondi en naturopathie permettra de valider une cure individualisée, adaptée à votre tempérament et à votre vitalité.

Delphine. L. Naturopathe

 Sources :

1. Nourrir la vie, Encyclopédie de l’alimentation biologique et de l’équilibre nutritionnel, Lylian Le Goff, 2000, éd. Roger Jollois

2. La naturopathie au quotidien : Comment rester en bonne santé grâce à des gestes simples, Dominick Léaud-Zachoval, 2011, éd. Médicis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *