La tisane du soir

Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Votre dîner est terminé, la table débarrassée et les dernières tâches de la journée accomplies. La cheminée crépite doucement et vous voilà fin prêt pour profiter de votre soirée. Quoi de plus agréable que de s’offrir un moment de détente et de plaisir gustatif avec une tisane ?
L’automne est le moment idéal pour reprendre cette habitude que l’on pourra perpétuer toute l’année.
Au-delà du côté très « cocooning » de la tisane au coin du feu sous son plaid préféré, il y a de bonnes raisons de s’y mettre.

 

Une tisane, de multiples vertus

Tout d’abord, pensons qu’il s’agit d’un bon moyen de s’hydrater. De trop nombreuses personnes boivent trop peu au cours de leur journée, et la tisane du soir peut contribuer à combler ce déficit hydrique.
Boire chaud présente des avantages considérables : augmentation du péristaltisme intestinal, régulation du transit, décongestion hépatique.
Les « simples » utilisées pour préparer votre tisane libéreront leurs arômes et leurs molécules actives en infusant dans l’eau chaude. La chaleur de l’eau permet une meilleure extraction des principes actifs des plantes ainsi que leur meilleure assimilation par l’organisme. En effet, « le pouvoir de dissolution des principes actifs végétaux est augmenté par la chaleur. Celle-ci permet la dilatation des tissus végétaux et favorise ainsi une libération plus importante de certaines molécules actives ainsi que des sels minéraux. »
Ainsi, au plaisir olfactif et gustatif d’une tisane de plantes s’ajoute un effet bénéfique pour notre santé.

 

Comment bien préparer sa tisane ?

Une bonne tisane se prépare avec une eau et des plantes de qualité.
Utilisez une eau de source faiblement minéralisée (résidu sec le plus faible possible, inférieur à 150 mg/L si possible) afin de préserver le potentiel épurateur du liquide et ne pas sur solliciter votre fonction rénale.
Les plantes médicinales choisies doivent être issues de l’agriculture biologique car comme l’eau extrait leurs principes actifs, elle en extrait également les produits toxiques contenus tels que les pesticides…
La technique de séchage et de conservation est aussi à considérer. Les plantes que vous achetez doivent avoir conservé leur couleur et leur odeur. Les infusettes du commerce, malgré leur aspect pratique, se conserveront moins longtemps.
Pour conserver les plantes que vous avez récoltées ou achetées, optez pour un bocal de verre ou un sac de tissu, et laissez les dans un endroit sec à l’abri de la lumière. Selon les plantes, la durée de conservation peut aller de 1 à 3 ans.

  • La technique de préparation dépend de la densité de la partie de la plante que l’on souhaite utiliser :
    pour les parties tendres telles que les feuilles ou les fleurs, il faut procéder à une infusion qui consiste à porter l’eau à ébullition avant d’y plonger les plantes, puis à laisser infuser de 5 à 10 minutes environ avant de déguster.
  • pour les parties plus denses ou plus ligneuses telles que les écorces, les aubiers ou encore les racines, il faut plonger la plante dans de l’eau froide et faire chauffer jusqu’au point d’ébullition. A partir de ce point, il faut faire bouillir encore une bonne dizaine de minutes.
  • pour préserver certains composants de la plante, il peut être utile de faire une macération. Par exemple, la vitamine C, que l’on trouve dans des proportions intéressantes dans certaines plantes, est détruite à 60 °.  Il s’agit de laisser tremper la plante dans de l’eau froide (de quelques heures à plusieurs jours selon l’espèce), et de filtrer ensuite le contenu que l’on peut faire tiédir.

En fonction de l’effet recherché, on dosera plus ou moins sa tisane, entre 3 à 5 pincées pour une tasse de 25 cl.

 

Quelles plantes choisir ?

La palette des simples est large et votre choix se fera en fonction de vos besoins et de vos goûts.
Les molécules actives agissent sur des fonctions précises et leur action peut être digestive, dépurative, relaxante, circulatoire, etc.
L’association de plusieurs plantes médicinales peut parfois être intéressante, mais attention aux associations antagonistes. Par exemple, un mélange tilleul-menthe est peu cohérent. D’un côté la menthe aura un effet stimulant nerveux et gastrique, tandis que le tilleul aura l’effet inverse.

 

En toutes saisons et à toute heure

Malgré le titre de l’article, boire des tisanes est une habitude d’une simplicité étonnante qui peut être pratiquée en toutes saisons et à tout moment de la journée.
Pendant l’automne et l’hiver, la tisane chaude aidera l’organisme à maintenir la chaleur corporelle et sera énergisante (« yang » si l’on se réfère à la médecine traditionnelle chinoise).
Pendant la belle saison, boire chaud soutiendra là aussi l’organisme dans son effort de régulation thermique, en provoquant une légère sudation qui aura pour conséquence une action rafraîchissante. Il n’y a qu’à penser aux berbères touaregs qui consomment du thé chaud malgré des températures extérieures élevées, ou encore aux chinois qui boivent chaud ou tiède y compris pendant leur repas.
Les tisanes peuvent être consommées à tout moment de la journée et remplaceront avantageusement les boissons excitantes riches en alcaloïdes.

 

La tisane a t-elle vraiment un pouvoir thérapeutique ?

Le pouvoir curatif d’une tisane reste évidemment très léger. En revanche, faire une cure en choisissant une plante spécifique sur une période de 3 semaines minimum en consommant 5 à 6 tasses quotidiennes de tisane aura incontestablement un effet thérapeutique.

Delphine L., naturopathe 

 

Sources

FAVAND-GAILHAC A., article « Les plantes, ça s’infuse ! », revue Biocontact n°241, décembre 2013
LEAUD-ZACHOVAL D., article « Une assimilation accrue », revue Biocontact n°241, décembre 2013
Dossier « Les plantes médicinales bio », revue Consom’action n°75, mai-juin 2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *