Comment soigner une otite de façon naturelle ?

otite

Sphère ORL et otites

L’otite est une inflammation et/ou une infection de l’oreille moyenne ou du conduit auditif externe par une bactérie ou un champignon. En réalité, on distingue de nombreuses formes d’otites, en fonction de leurs causes et des symptômes. Dans certains cas, elle peut nécessiter une intervention chirurgicale.

On distingue l’otite :

  • Moyenne (aiguë, séreuse ou chronique)
  • Interne
  • Externe

Les otites moyennes :

  • L’otite moyenne aiguë (OMA)

L’otite moyenne aiguë est une infection bactérienne ou virale de l’oreille moyenne, accompagnant habituellement une infection des voies respiratoires supérieures. Les symptômes comprennent une otalgie, avec souvent des symptômes systémiques (fièvre, parfois nausées, vomissements, diarrhée), en particulier chez les très jeunes enfants. Le diagnostic repose sur l’otoscopie.

Elle atteint surtout les enfants entre 3 mois et 3 ans, âges auxquels la trompe d’Eustache est encore fonctionnellement immature.

La présence d’un fumeur dans le ménage est un facteur de risque important de l’otite moyenne aiguë. D’autres facteurs de risque sont des antécédents familiaux importants d’otite moyenne, l’usage du biberon (c’est-à-dire, au lieu de l’allaitement maternel) et fréquentation d’un centre de soins de jour.

  • L’otite moyenne séreuse

Problème très courant chez les enfants de moins de 3 ans, il s’agit d’une accumulation derrière le tympan de plus ou de sérosités qui ne s’écoulent pas correctement par la trompe d’Eustache.

L’otite moyenne séreuse est un épanchement dans l’oreille moyenne provenant de la guérison incomplète d’une otite moyenne aiguë ou de l’obstruction de la trompe d’Eustache sans infection. Les symptômes comprennent une surdité et une sensation d’oreille bouchée ou de pression à l’intérieur de l’oreille. Le diagnostic repose sur l’aspect du tympan et parfois sur la tympanométrie. La plupart des cas se résolvent en 2 à 3 semaines. Si aucune amélioration n’est constatée en 1 à 3 mois, une forme de paracentèse est indiquée, généralement avec insertion d’un tube transtympanique. Les antibiotiques et les décongestionnants ne sont pas efficaces.

  • L’otite moyenne chronique

Ici, l’inflammation de la muqueuse persiste depuis plus de 3 mois. Elle peut être primaire ou résulter de plusieurs épisodes infectieux, et se caractérise souvent par une perforation du tympan et une otorrhée. Les principaux germes incriminés sont Pseudomonas aeruginosa et le tristement célèbre Staphylococcus aureus.

L’otite interne (ou labyrinthite) :

Cette pathologie se développe suite à une otite moyenne aiguë (OMA) qui évolue défavorablement.

L’otite externe :

C’est une infection du conduit auditif externe, généralement d’origine bactérienne (staphylocoque doré ou bacille pyocyanique). Elle est notamment causée par la fréquentation des piscines, car sa cause principale est la stagnation de l’eau dans le conduit auditif, mais aussi, par les bouchons de cérumen provoqués par l’utilisation de coton-tige au lieu des lavages auriculaires, ou encore par un traumatisme local. L’otite externe est une infection de la peau du conduit externe de l’oreille, parfois purulente. C’est une pathologie rencontrée essentiellement en été, car elle est favorisée par la chaleur, l’humidité, l’eau de mer, et frappe essentiellement les jeunes enfants qui ont le canal externe plus étroit.

Quelques conseils naturopathiques en cas d’otite :

  • Hydratez-vous suffisamment

Prenez le réflexe de boire beaucoup d’eau dès que vous avez une otite ou toute autre infection entraînant de la fièvre. C’est là une des meilleures manières de compenser les déperditions hydriques. Le mieux est encore de boire de l’eau minérale. Soyez particulièrement vigilant chez le bébé et le jeune enfant car la déshydratation peut s’installer rapidement, surtout si votre enfant a aussi de la diarrhée.

  • L’astuce pour s’endormir malgré l’otite

Fermer l’œil quand on a très mal à l’oreille est une tâche particulièrement difficile (la position allongée ayant tendance à augmenter la douleur). Cependant, l’adoption d’une position semi-allongée semble plus appropriée; vous pouvez trouver une position confortable dans votre lit en vous calant avec des coussins. De même, si votre bébé a une otite, n’hésitez pas à surélever sa tête pour l’aider à dormir.

  • Evitez tout ce qui pourrait aggraver vos symptômes
    • Ne pas toucher l’oreille atteinte
    • Evitez toute exposition à la fumée de cigarette. En effet, le tabagisme actif et passif peuvent aggraver ou favoriser l’apparitions de toutes les infections ORL : otites, angines etc.
    • Fuir les courants d’air
    • Ne pas mettre de l’eau dans l’oreille
    • Attention aux pièces surchauffées
    • Evitez de vous moucher trop fort. Au besoin, nettoyez plutôt délicatement votre nez ou celui de votre enfant avec du sérum physiologique

Plantes et otites :

Ces huiles essentielles possèdent toutes les 3 des propriétés anti-infectieuse, antibactérienne et anti-inflammatoire chronique. L’huile essentielle d’inule odorante est spécifiquement indiquée dans toutes les pathologies caractérisées par une abondante production de mucus comme les otites séreuses. Quant à l’huile essentielle de lavande stœchade, on l’emploie plutôt dans les otites séreuses et bactériennes comme les surinfections d’otites à Pseudomonas.

Mélanger ces 3 huiles essentielles à un taux de dilution de 10% dans de l’huile d’abricot en massage sur le pourtour de l’oreille et de chaque côté du cou, 3 fois par jour jusqu’à nette amélioration des symptômes. (Préparation réservée à l’adulte)

Anti-inflammatoire et décongestionnant, ce remède est actif dans les inflammations localisées à répétition telles que les otites.

Prendre 10 à 15 gouttes dans un verre d’eau, 15 minutes avant un repas pendant 21 jours. Une cure de 2 mois est conseillée avec une coupure d’une semaine toutes les 3 semaines.

Le noyer est employé dans les suppurations chroniques des muqueuses telles que les otites chroniques suppurées.

Prendre 5 à 15 gouttes par jour vers midi, en dehors des repas, pures ou diluées dans de l’eau de source, jusqu’à nette amélioration des symptômes.

 

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *