Comprendre, prévenir et traiter la DMLA naturellement

Soins naturels pour la dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) se traduit par une dégénérescence progressive de la rétine, notamment au niveau de la macula, entraînant la cécité chez des sujets âgés de plus de 50 ans. 25% des personnes âgées de plus de 85 ans sont atteints de DMLA. Les principaux symptômes de cette pathologie sont le besoin croissant de lumière pour lire, des déformations au centre du champ visuel et une baisse plus ou moins sévère de l’acuité visuelle. Les ophtalmologistes ont montré qu’il existe 2 pathologies essentielles : la DMLA atrophique ou sèche (75% des malades) dans laquelle les cellules de la rétine disparaissent spontanément, et la DMLA néo vasculaire ou humide, la plus grave, dans laquelle de nouveaux vaisseaux sanguins se développent, détruisant ainsi les tissus. La DMLA représente de fait la cause la plus fréquente de cécité aux États-Unis et en Europe.

Quels sont les facteurs de risque de la DMLA ?

  • L’âge
  • L’alcoolisme
  • Des variants génétiques (mutation du facteur du complément H)
  • L’anamnèse familiale
  • Le tabagisme
  • Les maladies cardiovasculaires
  • L’hypertension artérielle
  • L’obésité
  • L’exposition solaire
  • Un régime pauvre en acides gras oméga-3 et en légumes verts
  • Un régime alimentaire riche en matières grasses

Des chercheurs de l’INSERM ont montré que cette maladie est liée à la présence de l’allèle e4 de l’apolipoprotéine E, qui augmente en plus les risques de maladies vasculaires et de la maladie d’Alzheimer.

Un examen ophtalmologique de dépistage est recommandé tous les 2 à 4 ans entre 40 et 65 ans, puis tous les 1 à 2 ans.

La dégénérescence maculaire sèche

La dégénérescence maculaire sèche liée à l’âge provoque des modifications de l’épithélium pigmentaire rétinien, généralement sous la forme de zones pontillées sombres. L’épithélium pigmentaire rétinien joue un rôle essentiel dans le maintien des cônes et des bâtonnets sains et fonctionnels. L’accumulation de déchets provenant des bâtonnets et des cônes peut notamment entraîner la formation de drusen, qui apparaissent sous forme de taches jaunes. Des zones d’atrophie choriorétinienne (appelés atrophie géographique) apparaissent en effet dans les cas plus avancés de la forme sèche de dégénérescence maculaire liée à l’âge. On n’observe ni cicatrice maculaire surélevée (cicatrice disciforme), ni œdème, ni hémorragie, ni exsudation.

La dégénérescence maculaire humide

La dégénérescence maculaire humide liée à l’âge se produit lorsque de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux se développent sous la rétine dans un processus appelé néo vascularisation choroïdienne (nouvelle formation de vaisseaux anormaux). Un œdème maculaire ou une hémorragie localisée peuvent soulever une zone de la macula ou provoquer un décollement de l’épithélium pigmentaire localisée. Une néo vascularisation non traitée finit par provoquer une cicatrice disciforme visible au pôle postérieur.

Quelques conseils naturopathiques afin de prévenir la DMLA

La DMLA, dont la fréquence augmente avec l’âge, est une maladie chronique d’évolution lente dans 90 % des cas (DMLA dans sa forme dite « sèche »), à l’origine d’une baisse progressive de l’acuité visuelle par perte de la fixation centrale. Alors que la vision centrale peut devenir éventuellement très basse (acuité visuelle < 1/10), ce qui définit la cécité « légale », la vision périphérique est conservée : la DMLA ne rend pas aveugle au sens où les patients peuvent le comprendre (être « dans le noir »).

  • L’arrêt du tabac s’impose.
  • L’espace de vie doit être réorganisé pour éviter les chutes liées à la malvoyance : éliminer les obstacles tels que les tapis, les rallonges électriques, les escaliers mal protégés, etc.
  • La lutte contre les autres handicaps visuels (cataracte), sensoriels (surdité) et troubles moteurs associés à l’âge (Parkinson) permet aussi au patient de limiter l’impact de la DMLA sur la qualité de vie.
  • Les supplémentations vitaminiques jouent un rôle protecteur utile en cas de DMLA modérée ou de DMLA avancée unilatérale.
  • En cas de DMLA avancée et bilatérale, la rééducation et les aides visuelles (systèmes grossissants mono ou binoculaire, caméras permettant de transférer des textes sur un écran informatique) peuvent permettre au patient de garder son autonomie le plus longtemps possible. La prise en charge par des personnels spécialisés dans la basse vision (ophtalmologiste et/ou orthoptiste) peut être un atout important.
  • Une consultation en urgence chez un ophtalmologiste est nécessaire en cas de baisse soudaine d’acuité visuelle, d’apparition d’un scotome central ou de déformation des objets (métamorphopsies), car ces signes sont évocateurs d’une complication néo vasculaire (DMLA dans sa forme dite « humide »).

Existe t-il des traitements de soutien naturels pour la DMLA ?

Trioptec prévention DMLA :

Trioptec prévention DMLA offre une formule enrichie en vitamines, oligo-éléments DHA et en myrtille pour préserver et protéger la vision.

  • La DHA et le Zinc protègent la survie des cellules rétiniennes et joue un rôle antioxydant.
  • La myrtille favorise la production de rhodopsine, présent dans les bâtonnets, qui sont avec les cônes l’un des deux types de cellules photoréceptrices présents dans la rétine.
  • Les vitamines C et E et les Oligo éléments (cuivre, sélénium, zinc) sont antioxydants; ils protègent la vision de la dégénérescence prématurée.

Léro pervulane vision prévention DMLA :

Ce produit rassemble dans sa formule de l’acide gras DHA (oméga 3 d’origine marine, apporté par une huile de poissons sauvages), du zinc, de la vitamine A et de la vitamine B2, qui sont tous reconnus pour aider à maintenir une vision normale. La recherche Léro a choisi d’y associer deux autres micronutriments, la lutéine et la zeaxanthine qui se trouvent en grande quantité dans la rétine.

NHCO Retinium Santé des yeux :

Le complément alimentaire NHCO Retinium comprend une formule matin et une formule soir afin d’apporter un soin complet à vos yeux.

La formule matin se présente sous forme de comprimés. Elle agit en faveur de la rétine et du cristallin en leur offrant tous les nutriments essentiels à une bonne santé visuelle. Son action antioxydante permet en conséquence de préserver les yeux de certaines maladies telles que la cataracte ou encore la rétinopathie, tout en diminuant la dégénérescence et le vieillissement oculaire.

La formule matin offre les bénéfices de 2 extraits brevetés de haute qualité :

L’Extrait de Safran Indien standardisé en crocines est issu de 4 études cliniques. Il contribue à améliorer la sensibilité rétinienne pour contrecarrer la dégénérescence oculaire. Il est également antioxydant, et il booste le flux sanguin de l’œil.

L’Extrait de Jus de Melon aide à préserver les cellules de la rétine de la mort cellulaire, en réduisant la formation de Drusen au fond de l’œil, responsable de l’apparition de petits vaisseaux. Il stimule également les principales défenses antioxydantes de l’œil.

La formule soir se présente sous forme de capsules. Elle est enrichie en huiles de poisson afin de nourrir de l’intérieur la membrane cellulaire des yeux. Ainsi, les yeux sont renforcés et la sensibilité oculaire est réduite.

Du côté des compléments alimentaires :

La consommation de très fortes doses d’antioxydants (vitamines C et E, caroténoïdes) ou de coenzymes antioxydantes (zinc) permet néanmoins de réduire le risque d’évolution d’une DMLA au stade intermédiaire ou avancée unilatérale.

La supplémentation en bêta-carotènes est contre-indiquée chez les fumeurs ou anciens fumeurs (arrêt < 1 an) en raison d’un risque accru de cancer du poumon.

Du côté des plantes médicinales :

La Myrtille (fruit) :

La myrtille prévient la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) en limitant la production de pigments auto fluorescents qui s’accumulent dans les cellules épithéliales de la rétine. Elle prévient également la cataracte.

Le Curcuma :

La curcumine protège les cellules de l’épithélium pigmentaire rétinien contre les dommages oxydatifs induits par H2O2, elle régule ainsi l’expression des biomarqueurs de la prolifération, du stress oxydatif, et de l’apoptose des cellules rétiniennes.

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

  • Age-Related Eye Disease Study 2 Research Group : Lutein + zeaxanthin and omega-3 fatty acids for age-related macular degeneration: The age-related eye disease study 2 (AREDS2) randomized clinical trial. JAMA 2005-2015, 2013. Clarification and additional information. JAMA 2013
  • Dugel PU, Koh A, Ogura Y, HAWK and HARRIER Study Investigators : HAWK and HARRIER: Phase 3, multicenter, randomized, double-masked trials of brolucizumab for neovascular age-related macular degeneration. Ophthalmology, 2020
  • Haug SJ, Hien DL, Uludag G, et al : Retinal arterial occlusive vasculitis following intravitreal brolucizumab administration. Am J Ophthalmol Case Rep, 2020
  • Richer S, Stiles W, Statkute L, Pulido J, Frankowski J, Rudy D, Pei K, Tsipursky M, Nyland J. Double-masked, placebo-controlled, randomized trial of lutein and antioxidant supplementation in the intervention of atrophic age-related macular degeneration; the Veterans LAST study (Lutein Antioxidant Supplementation Trial). Optometry. 2004
  • Bernstein, P. S., Li, B., Vachali, P. P., Gorusupudi, A., Shyam, R., Henriksen, B. S., & Nolan, J. M. (2016). Lutein, zeaxanthin, and meso-zeaxanthin: The basic and clinical science underlying carotenoid-based nutritional interventions against ocular disease. Progress in retinal and eye research
  • Ranard, K. M., Jeon, S., Mohn, E. S., Griffiths, J. C., Johnson, E. J., & Erdman, J. W., Jr (2017). Dietary guidance for lutein: consideration for intake recommendations is scientifically supported. European journal of nutrition
  • Sparrow JR, Vollmer-Snarr HR, Zhou J, Jang YP, Jockusch S, Itagaki Y, Nakanishi K. A2E-epoxides damage DNA in retinal pigment epithelial cells. Vitamin E and other antioxidants inhibit A2E-epoxide formation. J Biol Chem. 2003
  • Zhu W, Wu Y, Meng YF, Wang JY, Xu M, Tao JJ, Lu J. Effect of curcumin on aging retinal pigment epithelial cells. Drug Des Devel Ther. 2015

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *