L’essence de Ciste, souverain remède cicatrisant aux notes animales

L'essence de rameaux feuillus de Ciste labdanifère

La ciste est connue en médecine, en cosmétique, ainsi qu’en aromathérapie depuis des siècles pour la qualité de sa gomme. Il y a de cela 25 siècles, Théophraste désignait cette plante par le mot grec kistos qui signifie tout simplement capsule. L’odeur rappelle celle de l’ambre gris. Si les résines et les essences qu’ils diffusent protègent les feuilles de la sécheresse, la plante peut, parait-il, s’enflammer si la température dépasse 32 degrés.

Un peu d’histoire

Durant l’Antiquité, la Crète est exportatrice de labdanum, autant dire que cette matière constituait alors une véritable manne. Le labdanum crétois (issu de Cistus villosus) fut tout d’abord récolté avec l’aide des chèvres, puis l’ingénierie de l’époque fit appel à un outil, le ladanisterion. Il ressemble assez pourtant dans sa structure à un râteau. À cela près qu’en lieu et place des dents, on trouve en revanche de longues lanières de cuir. En effet, à l’aide du ladanisterion, on brossait les cistes dont la gomme résineuse venait adhérer au cuir des lanières. Ce mode opératoire, toujours d’actualité, est, semble-t-il, endémique aux territoires du bassin méditerranéen.

En Espagne, on coupait les rameaux résineux que l’on faisait ensuite bouillir dans l’eau. De cette cuisson, on retirait par ailleurs un produit noirâtre, à l’odeur ambrée et balsamique : le labdanum. Ce labdanum aura été très tôt employé en parfumerie, comme onguent ayant pour vertu d’embellir le corps, mais également en pharmacie. C’est ce que les Égyptiens et les Carthaginois, par exemple, lui réservaient comme usages.

Quelles sont les propriétés pharmacologiques de l’essence de rameaux feuillus de Ciste labdanifère ?

Propriété antimicrobienne :

Le pouvoir de régulation immunitaire du ciste est notamment dû à ses propriétés anti-infectieuse, antivirale (effet démontré vis-à-vis du virus de l’herpès HSV1), antimicrobienne (effet de l’α-pinène démontré in vitro vis-à-vis du staphylocoque doré, d’Escherichia coli, de proteus mirabilis, de pseudomonas aeruginosa et de klebsiella pneumoniae) et antifongique (effet démontré sur Candida albicans et dermatophytes).

Propriétés hémostatique et cicatrisantes :

Le ciste est un coagulant d’exception, ce qui en fait un cicatrisant et un régénérant du tissu cutané et muqueux. Astringente et hémostatique, l’essence peut également être employée pure sur un coton-tige dans les épistaxis ou sur de petites blessures. Le ciste est en effet réputé pour être un antihémorragique puissant.

Propriété expectorante :

L’α-pinène est expectorant en réduisant les sécrétions bronchiques et inhibe l’acétylcholinestérase qui dégrade ainsi l’acétylcholine, déficiente dans la maladie d’Alzheimer.

Propriétés cutanés :

Utilisable en dermatologie et immunologie, l’essence de ciste évite en outre le vieillissement cutané. Son action est par conséquent ciblée sur les tissus d’origine ectodermiques (peau, système nerveux central, organes des sens, glandes endocrines et médullosurrénales).

Propriété circulatoire :

Le ciste développe la circulation collatérale artérioveineuse, cette action est effectivement bénéfique sur la paroi veineuse, par l’augmentation de l’élasticité des gros troncs dilatés (varices, artérite). Lymphotonique et décongestionnante, l’essence de ciste est également lipolytique (utile pour dissoudre les mucosités bronchiques lipidiques d’origine alimentaire, ainsi que les accumulations de matières grasses dermiques).

Propriété anti-inflammatoire :

Anti-inflammatoire vasculaire, le ciste est également cortison-like. De fait, c’est un stimulant de l’axe hypophyso-corticosurrénalien, intéressant dans les états inflammatoires prolongés.

Autres propriétés :

  • Neurotonique, régulatrice neurovégétative, harmonisation du pƩ (positivante, car les monoterpènes s’ionisent positivement)
  • Anti dégénérative
  • Désclérosante
  • Action centrale sur les rythmes : réordonnancement, restructurante intérieure (physique, biologique, immunitaire, émotionnelle ainsi que psychologique)

L’essence de Ciste labdanifère requiert-elle des précautions d’emploi ?

  • Ne pas diffuser, ni inhaler, ni mettre dans l’eau du bain
  • Ne pas avaler
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservée à l’adulte
  • Risque de neurotoxicité pouvant induire des crises épileptiques à hautes doses
  • Non adaptée au traitement de plaies importantes
  • Interaction potentielle avec les traitements anticoagulants, demandez conseil à votre pharmacien
  • Cortison-like, ne pas associer avec la cortisone par risque d’interaction médicamenteuse
  • Interactions médicamenteuse avec les huiles essentielles contenant des sesquiterpènes (hydrocarbures sesquiterpéniques) à plus de 10%
  • Pas d’usage interne
  • Dermocausticité à l’état pur, dilution requise
  • Interdite chez les animaux

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *