L’essence de Citron, pomme d’or du jardin des Hespérides ?

Essence de zeste de Citron

Comme chacun sait, le citron est un agrume, un mot dont les racines étymologiques font directement référence à sa saveur âcre et acide. Au Ve siècle avant J.-C., Sophocle désignait l’orange et le citron sous le même nom de « pommes d’or » (ce qui a longtemps laissé croire que ces deux fruits pouvaient en effet avoir un quelconque rapport avec les pommes du jardin des Hespérides). La fâcheuse habitude qu’avaient les Grecs d’appeler des plantes différentes par le même nom aura par conséquent grandement contribué à perpétuer la confusion.

Un peu d’histoire

Le citronnier est vraisemblablement originaire d’Asie, et plus précisément du Cachemire, région aux confins de la Chine et de l’Inde. Arrivé au Moyen-Orient par la Perse, il s’acclimate de fait en Mésopotamie. Les Hébreux apprennent alors à le cultiver, sans doute durant la captivité de Babylone.

En médecine grecque, Galien (IIe siècle) nous apprend que l’écorce de citron, très aromatique et amère, stimule non seulement l’appétit, mais fortifie également l’estomac et renforce ainsi la digestion. Avicenne (XIe siècle) rappelle qu’elle calme les vomissements et purifie l’haleine.

D’après Cazin (XIXe siècle), l’essence a été prescrite contre les ténias, elle tue les poissons et les sangsues. En ophtalmologie, on presse l’écorce de citron devant l’œil, plusieurs fois par jour, pour en expulser l’essence afin de traiter des ophtalmies ou des altérations de la cornée.

Valnet (XXe siècle) rappelle les effets antibactériens démontrés sur le méningocoque, le pneumocoque, le staphylocoque et le bacille d’Eberth, vecteur de la typhoïde.

Les Arabes favorisent l’expansion du « li mûm » (ainsi nommaient-ils le citron) dans tout le bassin méditerranéen dès le Xe siècle, et notamment en Espagne. Là, il devient « limon »… d’où dérivent le mot anglais (lemon) et le terme de « limonade ».

Quelles sont les propriétés pharmacologiques de l’essence de zeste de Citron ?

Propriété antimicrobienne :

L’essence du citronnier est antibactérienne et antifongique. Le limonène et le β-pinène qu’elle contient ont une action antivirale.

Anti-infectieuse active sur le streptocoque et les bactéries sporulées et immunostimulante, l’essence de citron est également un bon antiseptique atmosphérique en inhalation humide.

Propriétés détoxifiante et hépato protectrice :

L’action détoxifiante du limonène est liée à a stimulation des cytochromes P450 ou des enzymes de phase 2 comme la glutathion-S-transférase. L’essence est aussi cholérétique et cholagogue.

Régulatrice hépatique et anti vomitive, cette huile est, parmi de nombreuses propriétés, une décongestionnante hépatique de premier choix.

Propriété hypocholestérolémiant :

Hypocholestérolémiant, le limonène baisse le taux du cholestérol et réduit l’accumulation hépatique des triglycérides.

Propriété digestive :

Le limonène réduit les nausées par action sur la motilité gastrique et l’acidité gastrique lors de reflux gastro-œsophagien. Tonique digestive, carminative, apéritive, mais surtout, dépurative, l’essence de citron est par ailleurs antiulcéreuse et gastro-protectrice; elle augmente en effet la sécrétion de mucus et de protéines de choc HSP-70 (par le limonène).

Propriété tonique :

Le citron est un tonique général par action sur le système sympathique du système nerveux autonome.

Propriétés sédatives et anxiolytique :

Les effets sédatif et anxiolytique de l’essence de citron, favorisent notamment le renouvellement de la dopamine dans l’hippocampe et de la sérotonine dans le cortex préfrontal et le striatum.

Même par inhalation humide, elle est ainsi capable de moduler les réactions comportementales et neuronales liées à la nociception et à la douleur. Une exposition prolongée à l’odeur d’essence de citron induit par ailleurs une diminution des paramètres hormonaux, neuronaux et comportementaux du stress.

Autres propriétés :

  • Fluidifiante circulatoire
  • Anti vitamine K like
  • Vitamine P like (active sur la microcirculation, diminue la perméabilité capillaire, augmente la résistance des capillaires et la tonicité des parois)
  • Cortison-like, stimulante de l’axe hypophyso-corticosurrénalien, intéressante dans les états inflammatoires prolongés

L’essence de Citron requiert-elle des précautions d’emploi ?

  • Interactions médicamenteuses avec les huiles essentielles de cannelles, coriandre ou contenant des aldéhydes aromatiques à plus de 10%
  • Photosensibilisante, pas d’exposition solaire (érythème, œdème)
  • Contre-indiquée chez l’enfant de moins de 7 ans
  • Dermocaustique, nécrosante cutanée à l’état pur, dilution requise
  • L’inhalation sèche est déconseillée
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte (le limonène induit des contractions utérines) ou allaitante
  • Agressive pour les muqueuses
  • Légèrement hypertensive
  • Risque d’allergie avec les produits d’oxydation du limonène
  • Ne pas associer avec la cortisone, risque d’interaction médicamenteuse
  • Cause de dermatite de contact (surtout lorsque le limonène est oxydé)
  • Peut provoquer une sévère irritation des yeux par voie olfactive (inhalations sèches, diffusion)
  • Inductrice enzymatique ; éviter en association avec les contraceptifs oraux micro dosés (pilules)

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.