Traiter l’halitose (mauvaise haleine) de façon naturelle

Traitement naturel de l'halitose et de la mauvaise haleine

L’halitose est favorisée notamment en cas de boisson insuffisante, de digestion difficile ou encore de prise de médicaments. « Halitose » est le terme scientifique désignant la mauvaise haleine, ou émission par le souffle d’odeurs désagréables qu’elles soient d’origine buccale ou nasale. Cependant cette notion « d’odeur désagréable » varie en fonction des cultures, des époques et des sensibilités propres à chacun. Dans notre société, ce trouble est considéré comme un handicap qui peut entraver le développement de relations sociales harmonieuses.

Comment se forme l’halitose ?

L’halitose provient le plus souvent de la fermentation des particules alimentaires par les bactéries anaérobies Gram négatives de la bouche. Cela produit des composés volatils soufrés tels que le sulfure d’hydrogène et le mercaptan de méthyle. Les bactéries en cause peuvent être présentes dans les zones de pathologies parodontales, en particulier lorsqu’une ulcération ou une nécrose est présente. Les microorganismes responsables résident en effet dans les poches parodontales profondes situées autour des dents. Si le tissu parodontal est sain, ces bactéries peuvent proliférer sur la partie postérieure du dos de la langue.

Quels sont les facteurs favorisant l’halitose ?

Les facteurs contribuant à la croissance excessive des bactéries responsables comprennent la diminution du flux salivaire (pathologie des parotides, syndrome de Sjögren, prise d’agents anticholinergiques), une stagnation salivaire et une augmentation du pH salivaire.

Certains aliments ou épices, après leur digestion, libèrent leur odeur vers les poumons; l’odeur expirée peut être désagréable pour l’entourage. Par exemple, une odeur d’ail s’observe dans l’haleine 2 ou 3 heures après consommation, longtemps après que l’ail ait disparu de la cavité buccale.

Quelles sont les causes de l’halitose ?

Les causes les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Troubles gingivaux ou maladie parodontale
  • Tabagisme
  • Aliments ingérés qui contiennent un composé volatil

Les troubles gastro-intestinaux provoquent rarement l’halitose car l’œsophage est normalement fermé. Il est faux de penser que les odeurs de l’haleine reflètent l’état de la digestion et du fonctionnement intestinal.

Autres odeurs anormales de l’haleine :

Plusieurs maladies générales sont responsables de la production de substances volatiles détectables dans l’haleine, bien que ne provoquant pas les odeurs particulièrement fétides, désagréables de l’halitose. L’acidocétose diabétique provoque une odeur d’acétone douce ou fruitée; l’insuffisance hépatique provoque une odeur faiblement sulfureuse; et l’insuffisance rénale provoque une odeur d’urine ou d’ammoniac.

Les pathologies non-buccales identifiées comme des facteurs induisant une halitose comprennent notamment des pathologies oto-rhino-laryngologiques (ORL), des infections du tractus gastro-intestinal et des voies respiratoires supérieures et inférieures, et certaines maladies métaboliques, psychologiques ou iatrogènes. Les pathologies gastro-intestinales incriminées sont essentiellement le reflux gastro-œsophagien, le diverticule de Zenker, l’achalasie, le cancer de l’œsophage, l’ulcère gastroduodénal, la sténose du pylore et l’infection gastrique à Helicobacter pylori (H. pylori).

Quelques conseils naturopathiques en cas d’halitose

Si vous avez mauvaise haleine, adoptez une hygiène bucco-dentaire irréprochable : brossage des dents au moins 2 fois par jour, utilisation de fil dentaire ou de brossettes interdentaires au moins une fois par jour. Brossez-vous la langue tous les jours, voire 2 fois par jour, de l’arrière vers l’avant, avec une brosse souple trempée dans un bain de bouche à la chlorhexidine. Favorisez la salivation en suçant des pastilles à la menthe sans sucre ou en mâchant des chewing-gums sans sucre. Buvez au moins un litre et demi d’eau par jour.

D’autres mesures hygiéno-diététiques peuvent être utiles en cas de mauvaise haleine :

  • Si vous portez un appareil dentaire amovible, retirez-le après chaque repas et brossez-le avec une brosse à dent réservée à cet effet.
  • Mangez régulièrement : la mastication et la déglutition nettoient la bouche, stimulent la salivation et préviennent les mauvaises odeurs et la cétose.
  • Adoptez une alimentation équilibrée, en réduisant les aliments qui peuvent provoquer une mauvaise haleine.
  • Un rinçage avec un bain de bouche antiseptique peut être utile, de préférence sans alcool car celui-ci assèche les muqueuses. L’usage des bains de bouche ne doit pas être prolongé sans l’avis de votre dentiste. Une bonne hygiène bucco-dentaire permet également d’avoir l’haleine fraîche.
  • Si vous avez tendance à avoir une mauvaise haleine, méfiez-vous des aliments tels que l’ail ou l’oignon, ainsi que de l’alcool.

De très nombreux produits de parapharmacie sont préconisés en cas de mauvaise haleine. Il peut s’agir de bains de bouche, de dentifrices, de pastilles à sucer, de sprays buccaux. Ils contiennent souvent des extraits de plantes qui visent à neutraliser les composés soufrés malodorants ou à rafraîchir l’haleine.

Quelles plantes médicinales utiliser contre la mauvaise haleine ?

Les solutions thérapeutiques, multiples et le plus souvent curatives, dépendent cependant de la cause incriminée.

Certaines plantes sont réputées neutraliser les composés soufrés responsable de la mauvaise haleine : par exemple le persil, la menthe, le basilic, la coriandre ou l’anis vert. Mâcher les feuilles ou les graines de ces plantes peut redonner une haleine fraîche. Les restaurants indiens proposent d’ailleurs systématiquement un mélange de ces graines à la fin du repas.

La banane et le kiwi auraient également la propriété de lutter contre les problèmes d’haleine.

Ailanthe :

Indications homéopathiques : angines graves, infections malignes, muqueuses cyanosées, haleine fétide.

Huile essentielle d’ache des marais :

L’huile essentielle de céleri est notamment préconisé en cas d’haleine fétide, de petite insuffisance hépatique et de flatulences.

Essence de zeste de citron :

Le citron se préconise dans les fatigues digestives, hépatiques et pancréatiques, ainsi que la mauvaise haleine.

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *