ARTICHAUT ( Cynara Scolymus L.) Propriété Bienfaits et Indications

artichaut
Merci de partager à vos connaissancesShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

ARTICHAUT (Cynara scolymus L .)

 

D’où vient-il ?

L’artichaut illustre parfaitement l’importance de la synergie des constituants en phytothérapie. En effet, toutes les expérimentations pharmacologiques n’utilisant qu’un seul constituant de la feuille d’artichaut n’ont pas permis de retrouver les différentes propriétés de l’artichaut. Seul un extrait provenant d’une double extraction hydrique et alcoolique effectuée à partir de plante fraîche préservant ainsi l’ensemble de ses constituants actifs et utiles, permet de préserver ses effets amphocholérétique, hépatoprotecteur et hypocholestérolémiant.

Les bractées de l’artichaut sont utilisées et appréciées pour leurs qualités gastronomiques et les feuilles pour leur intérêt thérapeutique depuis l’Antiquité. À l’origine, l’artichaut était un chardon sauvage, qui, sous l’influence de croisements, est devenu la plante que nous connaissons aujourd’hui. Il est originaire de la corne de l’Afrique mais se cultive de nos jours dans le monde entier.

La variété utilisée en phytothérapie est une variété non épineuse du cardon sauvage (une variété de chardon) que l’on trouve dans les régions Méditerranéennes. En phytothérapie, ce n’est pas la fleur que l’on utilise, mais la feuille.

Quand l’artichaut est consommé comme légume, il doit l’être immédiatement après la cuisson car des substances toxiques sont susceptibles d’apparaître au cours du temps.

 

Comment le décrire botaniquement ?

L’artichaut est de fait une plante vivace, herbacée à tige rigide et cannelée pouvant atteindre 1,50 m de hauteur. Les feuilles en rosette sont très divisées et très grandes. Les fleurs, de couleur bleue violacée, sont groupées en un gros capitule à bractées ovales charnues à la base. Les fruits sont des akènes surmontés d’une aigrette blanche.

 

De quoi est-il composé ?

L’artichaut se compose essentiellement d’acides phénols, d’acides alcools, de lactones sesquiterpéniques et de flavonoïdes.

 

Quelles sont ses principales propriétés pharmacologiques ?

L’administration d’artichaut chez le rat augmente la sécrétion et l’élimination des acides biliaires .

Ces activités contribuent à améliorer par ailleurs les symptômes gastro-intestinaux. En effet, des études cliniques mettent en évidence une diminution de la dyspepsie, des symptômes du syndrome de l’intestin irritable (ballonnements, douleurs abdominales, constipation…) après un traitement avec un extrait de feuilles d’artichaut. Ainsi, l’étude de Marakis met en évidence une réduction de 40 % des symptômes de la dyspepsie (douleur, gêne, sensation de brûlure au niveau de l’abdomen, nausées, vomissements…) chez 454 patients présentant des dyspepsies suite à un traitement de 2 mois avec 320 ou 640 mg/j d’extrait de feuilles d’artichaut.

La feuille d’artichaut exerce notamment un effet anti-oxydant et protecteur. La cynarine exerce in vivo une activité protectrice hépatique contre le tétrachlorure de carbone. La feuille d’artichaut module le métabolisme des xénobiotiques par induction des enzymes de phase II. Il exerce également in vitro un effet protecteur cellulaire par inhibition des protéines kinases intracellulaires, par inhibition de la nitrosation et induction de l’apoptose. L’artichaut est également un stimulant glycogénique du foie (augmentation de la synthèse coenzymes du système NADP-NADH).

Cette action est due en particulier à une inhibition de la synthèse de cholestérol hépatique par une inhibition indirecte de l’activité de l’HMG-CoA reductase par le cynaroside. L’artichaut diminue également la concentration en LDL-cholestérol chez des patients présentant une hyper-lipoprotéinémie.

 

Quelles sont les indications de l’Artichaut ?

  • Troubles digestifs divers
  • Troubles dyspeptiques
  • Hypercholestérolémie
  • Dépuration
  • Prévention cardiovasculaire
  • Goutte et hyper-uricémie
  • Insuffisance hépatique et biliaire
  • Diabète
  • Constipation
  • Dyspepsie
  • Favorise l’élimination rénale de l’eau dans les surcharges pondérales, et dans les rhumatismes avec oligurie

 

Quelles sont les précautions d’emplois ?

  • Possibilité de nausées et/ou de diarrhées chez les sujets sensibles
  • Contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante, ainsi que chez l’enfant de moins de 12 ans
  • Contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires, de maladies biliaires ou hépatiques, ainsi que chez les personnes allergiques aux astéracées
  • Modification de la perception des saveurs
  • Aucune interaction médicamenteuse n’a été relaté jusqu’à présent

 

Comment le prendre et à quel dosage ?

En tisane :

Tisane 1,5 g en infusion 4 fois par jour

Dans les affections hépato-biliaires :
Infusé : 50 g de feuilles fraîches/litre, infusion de 15 minutes, boire un litre/jour, par cures discontinues. N.B. : l’amertume en limite l’utilisation

 

En préparation magistrale :

Voici la posologie des Extraits fluides de Plantes fraîches Standardisés en solution glycérinée (EPS) :

– 1 c. à café matin et soir pendant 1 mois, renouvelable 3 mois, à diluer dans un grand verre d’eau.

  • Constipation légère et d’origine hépato-biliaire : Artichaut + Pissenlit
  • Dyskinésie biliaire, troubles dyspepsiques, troubles du transit alternant constipation, diarrhée, flatulence, météorisme : Artichaut + Mélisse
  • Dyspepsie de surcharge alimentaire et insuf­fisance hépato-biliaire avec effet orexigène : Artichaut + Gentiane
  • Elimination hépato-rénale en particulier au cours des régimes amaigrissants : Artichaut + Piloselle

2 càc / jour dans 1 litre d’eau à boire sur la journée

1 à 2 càc / jour pendant 3 à 6 mois à renouveler selon la clinique

 

 

Clémentine. M.
Naturopathe / Herboriste / Aromatologue / Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomedecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *