Il était une fois, l’huile essentielle de bulbe d’ail

Propriétés pharmacologiques de l'huile essentielle de bulbe d'ail

Originaire d’Asie centrale ou du Caucase, l’ail (Allium sativum) est une plante cultivée et consommée depuis plus de 6000 ans. De tout temps, il a été considéré comme une panacée. Dans la Rome antique, Pline l’Ancien dénombrait 61 maladies soignées par l’ail. Avant la découverte des antibiotiques, les gousses d’ail écrasées étaient entre autres utilisées comme antiseptique dans le traitement des plaies.

Un peu d’histoire

En Egypte, dès l’époque des pharaons, on remarque les propriétés nutritives de l’ail. L’historien grec Hérodote rapporte ainsi que les manœuvres employés à la construction des pyramides recevaient quotidiennement une ration d’ail pour leur donner la force nécessaire à ce travail épuisant. Khéops en fit même graver l’image à l’intérieur de sa pyramide. Il est en outre utilisé pour les momifications, contre les morsures de serpent et accompagne les défunts dans l’au-delà. Les grecs connaissaient aussi les vertus de l’ail. Les athlètes qui participaient aux Jeux Olympiques croquaient une gousse avant l’effort.

Pour les romains, selon Virgile, l’ail était un aliment propre à soutenir les forces des moissonneurs. Les gaulois en faisaient aussi grande consommation. Plus tard, Louis le Pieux, fils de Charlemagne, ordonne la culture de l’ail dans les jardins royaux. Mais c’est surtout sous le règne d’Henri IV (1553-1610) que l’ail va connaître ses lettres de noblesse. Le grand-père du futur roi frotte les lèvres du nouveau-né avec une gousse d’ail pour le protéger du mal et lui conférer la force du chef, respectant ainsi une tradition béarnaise.

Homère, 850 ans avant Jésus Christ, insistait sur les vertus médicinales de l’ail. Hippocrate, Aristophane et Aristote ont longuement vanté les mérites de l’ail, symbole de force physique. En fait, l’ail est un véritable “alicament” combinant les vertus d’un aliment et d’un médicament. C’était également la fameuse “thériaque des paysans” de Galien !

Ayant probablement migré des steppes d’Asie centrale à une époque préhistorique, il est cultivé depuis plus de 6000 ans. Particulièrement prisé des Égyptiens, ces derniers l’élevèrent au rang de divinité.

Quelles sont les propriétés pharmacologiques de l’huile essentielle de bulbe d’ail ?

Propriétés anti-infectieuses :

Les propriétés bactéricide, fongicide (anti-candidosique), antiparasitaire intestinale (anthelminthique : ascaris, oxyures, tænia) du sulfure de diallyle et autres composés organosulfurés, principaux constituants de l’ail, ont été démontrées. L’effet antimicrobien du sulfure de diallyle a plus particulièrement été démontré sur Campylobacter jejuni, par le biais de l’inhibition de son biofilm bactérien.

Anti-infectieuse et antibactérienne, l’huile essentielle d’ail agit également de manière efficace dans les infections respiratoires, du fait de son passage par les poumons lors de son élimination partielle. Cette huile est notamment réputée pour inhiber la croissance de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (diallyl sulfide et diallyl disulfide).

Propriétés cardio-vasculaires :

Anti hypertensive, avec une activité vasodilatatrice des artérioles capillaires d’après Loeper ; l’huile essentielle d’ail ralentit également le pouls. Cette activité plusieurs fois décrite est due à ses propriétés diurétiques, d’inhibition de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et de vasodilatation des vaisseaux sanguins.

Antiagrégante plaquettaire, elle augmente de fait l’activité fibrinolytique et prévient l’apparition d’infarctus.

Propriétés métaboliques :

Anticholestérolémiante par diminution du taux plasmatique des lipides mis en évidence par de nombreuses études cliniques effectuées en double aveugle contre placebo, l’huile essentielle d’ail exerce de fait un effet antidiabétique, qui passe par un abaissement significatif de la glycémie, du cholestérol sérique, des triglycérides, de l’hémoglobine glyquée érythrocytaire, et de la peroxydation rénale et hépatique.

Anti hépatotoxique, l’huile essentielle d’ail stimule la biosynthèse des enzymes hépatiques de détoxication de phase II, surtout DATS, et augmente l’activité de la glutathion-S-transférase; ce qui protège par conséquent la fonction et l’intégrité des mitochondries hépatiques. De plus, l’ail active la synthèse des récepteurs constitutifs des androstanes qui sont associés à la détoxification des cellules hépatiques exposées à des xénobiotiques comme les œstrogènes.

L’ail inhibe la toxicité induite par l’acétaminophène. Il limite le risque lié à l’intoxication par les métaux lourds et les solvants. Le sulfure de diallyle, un des principaux constituants de l’ail, est un inhibiteur du CYP2E1, et joue un rôle dans la prévention cellulaire vis-à-vis de l’alcool, des analgésiques, des xénobiotiques et dans les maladies telles que le VIH et le diabète.

Propriétés anticancéreuses :

L’huile essentielle d’ail préviendrait contre la formation de tumeurs malignes, notamment au niveau de l’estomac et de l’œsophage (études chinoises et japonaises). Elle présente également un intérêt dans la chimio prévention des cancers, stoppe la division des cellules tumorales hépatiques (phase G2/M du cycle cellulaire), et induit l’apoptose dans les cancers du poumon.

Autres propriétés :

L’ail est un tonique digestif qui stimule l’appétit (souvent comparé au quinquina). Il est également antispasmodique et antiputride. Les études d’amarrage moléculaire montrent que les composés organosulfurés de l’ail (surtout diallyl sulfide et triallyl sulfide) possèdent une activité anti coronavirus SARS-CoV-2.

Hormon-like (thyréostimulante et cortison-like légère), cette huile essentielle est une rééquilibrante glandulaire. Elle est en outre efficace contre les verrues, les cors et les durillons, en application locale.

L’huile essentielle d’ail requiert t-elle des précautions d’emploi ?

  • Cette huile contient du souffre
  • Mauvaise tolérance gastrique à forte dose
  • Prudence en cas d’hypothyroïdie
  • Huile essentielle dermocaustique, diluez à 20% maximum dans un corps gras
  • Ne pas diffuser
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservée à l’adulte
  • Pas d’usage prolongé
  • Éviter le contact des yeux
  • Éviter en association avec la cortisone, risque d’interaction médicamenteuse
  • Ne pas utiliser sur une période prolongée, au risque de mettre au repos l’axe hypophyso-surrénalien et de subir une insuffisance surrénalienne aiguë à l’arrêt de la prise de l’huile essentielle
  • Éviter d’appliquer l’huile essentielle le soir (ou avant toute période de repos)
  • Déconseillée chez les personnes souffrant d’ostéoporose, en raison du risque de décalcification inhérent

Interactions pharmacocinétiques :

  • Aucun effet significatif sur l’activité des CYP1A2, CYP2D6 et CYP3A4, mais diminution significative de l’activité des CYP2E1 agissant sur le métabolisme de l’alcool (L’ail est classé comme non-inhibiteur du CYP3A4)
  • Inhibiteur du CYP 2C9
  • Interactions avec les médicaments employés contre le VIH (saquinavir, ritonavir)

Interactions pharmacodynamiques :

  • Risque théorique de variation de l’effet de certains médicaments antidiabétiques (effet additif)
  • Interactions avec l’Aspirine, les anticoagulants oraux, la warfarine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (risque hémorragique)
  • Interrompre la consommation de compléments d’ail au moins 7 jours avant une intervention chirurgicale

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

  • Thuy, B., My, T., Hai, N., Hieu, LT., Hoa, T. T., Thi Phuong Loan, H., Triet, NT., Anh, T., Quy, P. T., Tat, P. V., Hue, N. V., Quang, D. T., Trung, N. T., Tung, VT., Huynh, L. K., & Nhung, N. (2020). Investigation into SARS-CoV-2 Resistance of Compounds in Garlic Essential Oil. ACS omega
  • Campbell, C. J. (2009). Analyses of essential and edible oils, and constituents therein, as candidate repellents for the yellow fever mosquito Aedes aegypti L.(Diptera: Culicidae) (Doctoral dissertation, Dept. of Biological Sciences-Simon Fraser University)
  • Zadoyan G, Fuhr U. Phenotyping studies to assess the effects of phytopharmaceuticals on in vivo activity of main human cytochrome p450 enzymes. Planta Med. 2012
  • Engdal S, Nilsen OG. In vitro inhibition of CYP3A4 by herbal remedies frequently used by cancer patients. Phytother Res. 2009
  • Ho, B. E., Shen, D. D., McCune, J. S., Bui, T., Risler, L., Yang, Z., & Ho, R. J. (2010). Effects of Garlic on Cytochromes P450 2C9- and 3A4-Mediated Drug Metabolism in Human Hepatocytes. Scientia pharmaceutica
  • Gallicano, K., Foster, B., & Choudhri, S. (2003). Effect of short-term administration of garlic supplements on single-dose ritonavir pharmacokinetics in healthy volunteers. British journal of clinical pharmacology
  • Heck AM, DeWitt BA, Lukes AL. Potential interactions between alternative therapies and warfarin. Am J Health Syst Pharm. 2000
  • AFSOS Association Francophone des Soins Oncologiques de Support
  • Low C.F. et al., Inhibition oh hyphae formation and SIR2 expression in Candida albicans treated with fresh Allium sativum (garlic) extract, J Appl Microbiol., 2008
  • Ried K. et al., Effect of garlic on blood pressure : a systematic review and meta-analysis, BMC Cardiovasc Disord., 2008
  • Ezeala C. et al., Fresh Garlic Extract Protects The Liver Against Acetaminophen-Induced Toxicity, The Internet Journal of Nutrition and Wellness, 2008

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *