Huile essentielle de Néroli, symbole de pureté

néroli

L’huile essentielle de néroli est l’essence de fleur d’oranger issue d’une seule variété d’orangers ; le bigaradier ou oranger amer. Originaire de l’Inde et de la Chine, l’Oranger amer est très vite arrivé dans le bassin Méditerranéen il y a maintenant 1000 ans. Dans l’Antiquité, la fleur d’oranger était notamment un symbole de pureté; elle ornait même les couronnes des mariées.

Un peu d’histoire

Le bigaradier est un arbre originaire de l’Inde et implanté sur les côtes méditerranéennes aux alentours du XIIe siècle. Il est utilisé depuis des siècles pour apaiser les maux d’estomac, et l’on utilise ses fruits, ses fleurs et ses feuilles pour fabriquer trois huiles essentielles différentes : l’huile essentielle d’orange amère, obtenue à partir du zeste, l’huile essentielle de néroli, obtenue par distillation des fleurs, et l’huile essentielle de petit grain bigarade obtenue à partir de la distillation des jeunes rameaux. Au final, chacune d’entre elles a une composition chimique bien différente.

Le saviez-vous ?

« Néroli » est en somme la transformation du nom d’une petite bourgade italienne située à 50 km au nord-est de Rome : Nerola. Cette cité d’à peine 2000 âmes comptait un prince, Don Flavio Ier (1620-1698), premier prince de Nerola qui prit pour épouse en février 1675 la Française Anne-Marie de la Trémoille (1642-1722).

L’on dit de la princesse Nerola qu’elle aurait pris l’habitude, vers 1680, de parfumer ses gants avec de l’essence de néroli, mais aussi, ses vêtements, les tentures du palais, jusqu’à son bain même. Se parfumant à profusion dit-on, elle mit à la mode cette huile essentielle qui n’était, à l’époque, pas moins rare et onéreuse qu’aujourd’hui, allant jusqu’à la rendre indissociable de la petite ville de Nerola.

Quelles sont les propriétés pharmacologiques de l’huile essentielle de fleurs de Néroli ?

Action sur le foie :

Le limonène est cholérétique, détoxifiant, hépatoprotecteur et antioxydant. L’action détoxifiante est en effet liée à la stimulation des cytochromes P-450 ou des enzymes de phase 2 comme la glutathion-S-transférase.

Action sur le système nerveux central :

Le linalol exerce notamment une action complexe stimulante, sédative et anticonvulsivante. Il favorise l’apprentissage et la mémorisation en agissant sur les récepteurs nicotiniques. Il réduit l’activité motrice et potentialise le sommeil. L’action anticonvulsivante est liée à la diminution de la libération de glutamate, un médiateur stimulant du cerveau. Il agit sur le NDMA, le récepteur du glutamate, en réduisant la transmission nerveuse, induisant ainsi un effet antiépileptique. L’acétate de linalyle est par ailleurs calmant.

L’huile essentielle de Néroli lutte contre la désadaptation aux situations, par hypersensibilité ; Les personnes que tout atteint : on n’ose plus rien dire, car elles sont hyper réactives, hyper stressées (H.E complémentaire de Chaemelum nobile).

Cette huile est également antidépressive, elle « réaccorde » dit-on. Elle est de fait neurotonique et rééquilibrante.

Effets antalgique et anti-inflammatoire :

Le linalol se fixe sur les récepteurs opioïdes et exerce également une action analgésique de type opiacé. Il réduit ainsi l’œdème induit par la carragénine démontrant une action anti-inflammatoire. En outre, le linalol interfère sur les canaux calciques au niveau de la jonction neuromusculaire et réduit la contraction des muscles striés et induit une action anesthésique locale.

Cortison-like, l’huile essentielle de Néroli de fait stimulante de l’axe hypophyso-corticosurrénalien, intéressante dans les états inflammatoires prolongés.

Effet antispasmodique musculotrope :

Le linalol s’oppose également à la libération de l’acétylcholine et réduit les contractions musculaires. L’acétate de linalyle est également antispasmodique.

Effets antimicrobien et antiparasitaire :

L’action antibactérienne est démontrée in vitro vis-à-vis de Campylobacter jejuni, Escheriecha coli, Listeria monocytogenes, staphylocoque doré ainsi que Pseudomonas aeruginosa. Le linalol est actif sur la giardiase (Giardia lamblia), la leishmaniose (Leishmania amazonensis) et les poux.

Effet digestif :

Le limonène réduit les nausées par action sur la motilité gastrique ainsi que l’acidité gastrique lors de reflux gastro-œsophagien.

L’huile essentielle de Néroli stimule notamment la microcirculation digestive.

Action sur la peau :

Le limonène régule le sébum du cuir chevelu. Le néroli est donc astringent et tonique cutané.

Autres propriétés :

  • Lymphotonique ainsi que décongestionnante
  • L’inhalation de l’huile essentielle de néroli aide à soulager les symptômes de la ménopause, augmenterait le désir sexuel, réduirait la pression artérielle chez les femmes ménopausées
  • Améliore les symptômes du syndrome prémenstruel, en inhalation, potentialisation par l’H.E de rose de Damas
  • Antifongique

L’huile essentielle de Néroli requiert-elle des précautions d’emploi ?

  • Éviter en association avec la cortisone, risque d’interaction médicamenteuse
  • Ne pas utiliser sur une période prolongée, au risque de mettre au repos l’axe hypophyso-surrénalien et de subir une insuffisance surrénalienne aiguë à l’arrêt de la prise de l’H.E
  • Éviter d’appliquer l’H.E le soir (ou avant toute période de repos)
  • Déconseillée chez les personnes souffrant d’ostéoporose, en raison du risque de décalcification inhérent
  • Dermocaustique, action révulsive sur la peau à l’état pur et agressive pour les muqueuses (rougeurs, irritations, prurit), pas d’emploi pur, dilution au préalable requise
  • Inhibitrice enzymatique, risque d’interactions médicamenteuses (géraniol)
  • Attention à d’éventuels effets gynécomastiants en usage prolongé, linalol et acétate de linalyle montrent une activité anti-androgénique et une faible activité estrogénique en se liant aux récepteurs aux œstrogènes. Le linalol et l’acétate de linalyle empêchent la production de testostérone, ces molécules sont donc à éviter au long cours chez les individus de sexe masculin en tant que perturbateurs endocriniens
  • Contre-indiquée chez l’enfant de moins de 8 ans
  • Prudence en cas d’insuffisance rénale per os
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte (le limonène induit des contractions utérines) ou allaitante
  • Contre-indiquée chez les épileptiques ou les personnes aux antécédents de convulsions
  • Pas d’inhalation humide

 

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.