Traitements homéopathiques dans l’enrouement et l’aphonie de la voix

traitements homéopathiques

L’enrouement correspond à une altération de la voix et l’aphonie à une extinction de la voix. Ces dysphonies trouvent leur origine dans une atteinte du larynx dont il faudra éventuellement préciser l’origine et se soignent facilement avec les traitements homéopathiques adaptés.

Pourquoi le choix des traitements homéopathiques dans les dysphonies ?

L’homéopathie est active :

  • Dans les enrouements et les aphonies par surmenage vocal, ou dans des dysphonies du sujet asthénique.
  • Dans les enrouements ou aphonies d’origine infectieuse non spécifique d’apparition récente. Comme il s’agit dans ces cas-là le plus souvent d’une origine virale, il est conseillé de prendre le plus tôt possible une dose d’Oscillococcinum, à répéter six heures plus tard, car l’usage clinique a montré l’efficacité de ce médicament dans les affections virales au début.

Quels traitements homéopathiques choisir pour un enrouement par surmenage vocal ?

Arum triphyllum :

Ce médicament est indiqué dans les enrouements avec voix bitonale : le timbre de la voix varie constamment, tantôt clair, tantôt voilé, suivant le ton.

Posologie : Prendre en 5CH, 5 granules toutes les 2 heures en espaçant suivant l’amélioration.

Rhus toxicodendron :

Ce médicament est indiqué dans les enrouements qui présentent la modalité caractéristique de la pathogénésie : amélioration par le mouvement. L’enrouement ne se manifeste qu’au début du discours ou du chant, puis il s’améliore progressivement pour réapparaître toutefois à la fatigue.

Posologie : Prendre Rhus toxicodendron en 7 ou 9CH, 5 granules 1 à 2 fois dans l’heure qui précède la mise à l’épreuve de la voix.

Arnica :

L’Arnica montana est indiqué lorsque l’enrouement est la conséquence d’une fatigue excessive de cordes vocales : aphonies après avoir trop parlé, trop crié, trop chanté, etc.

Posologie : Prendre en 9CH, 5 granules 2 à 4 fois par jour.

Argentum metallicum :

Ce médicament homéopathique est particulièrement indiqué dans les pharyngites des chanteurs ou des orateurs : enrouement ou aphonies avec sensation de plaie dans le larynx. Aggravation en toussant, en avalant ou en parlant. La toux peut notamment produire des mucosités épaisses, grisâtres ou visqueuses.

Posologie : Prendre en 5CH, 5 granules toutes les 2 heures. Espacer suivant amélioration.

Argentum nitricum :

Il est préférable de prendre ce médicament si la personne éprouve en particulier dans la gorge une sensation de piqûre comme par une écharde, avec besoin perpétuel de se “racler la gorge”. L’enrouement type Argentum nitricum peut avoir aussi une causalité émotionnelle, le trac par exemple.

Posologie : Prendre en 5CH, 5 granules toutes les 2 heures. Espacer suivant amélioration.

Manganum aceticum :

Ce médicament convient plus spécialement aux enrouements provoqués par froid humide ou par discours prolongé. Sensation de piqûre du larynx aux oreilles. Non traités, ces enrouements se compliquent fréquemment de bronchite.

Posologie : Prendre en 5CH, 2 à 4 fois par jour. Espacer suivant amélioration.

Causticum :

Ce médicament trouve son indication dans les cas de paralysie des cordes vocales après efforts vocaux importants ou infections virales. L’enrouement est pire le matin, avec sensation de larynx à vif. Il est amélioré en buvant une gorgée d’eau froide.

Posologie : Prendre en 7CH, 5 granules 2 à 4 fois par jour suivant l’acuité du cas. Espacer suivant amélioration.

Phosphorus :

Ce médicament est à prendre en cas d’enrouement aggravé le soir et dans la première partie de la nuit. Le larynx est très douloureux et le malade ne peut parler à cause de la douleur.

Posologie : Prendre en 7CH, 5 granules 2 à 4 fois par jour suivant l’acuité du cas. Espacer suivant amélioration.

Magnesia carbonica et Graphites :

Ces deux médicaments se conseillent chez les femmes qui présentent des maux de gorge avec aphonie, respectivement avantMagnesia carbonica, ou pendant les règles (Graphites).

Posologie : Prendre en 5CH ou 7 CH, 5 granules 2 fois par jour, quelques jours avant l’époque habituellement prévue des troubles.

Quels traitements homéopathiques choisir en cas de dysphonies chez les sujets asthéniques ?

Il s’agit dans ces cas-là de dysphonies fonctionnelles survenant chez des asthéniques pour des raisons physiques ou par surmenage émotionnel. L’anxiété entraîne chez ces personnes une crispation musculaire et une mauvaise utilisation de la colonne d’air. Il convient donc de prendre, en plus d’un des médicaments précédents, un médicament correspondant au mode réactionnel global de ces personnes, jusqu’à l’amélioration de la fatigue ou de l’anxiété.

Phosphoricum acidum :

Indiqué chez les asthéniques après chocs affectifs ou après surmenage, ce médicament doit être un réflexe.

Posologie : Prendre en 15 CH, une ou 2 doses hebdomadaires.

Kalium phosphoricum :

Ce médicament est indiqué chez les asthéniques lorsque s’ajoute une irritabilité nerveuse, après surmenage.

Posologie : Prendre en 9CH, une fois par jour.

Ignatia :

Chaque fois que l’on retrouve une extrême irritabilité et une hyperesthésie de tous les sens, avec sensation de boule à la gorge, ainsi qu’un besoin de soupirer, l’Ignatia amara est la souche par excellence. Toute la symptomatologie s’accompagne en outre de modalités paradoxales.

Posologie : Prendre en 9CH, 5 granules chaque matin au réveil.

 

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *