Les graines Africaines de Griffonia, du Tryptophane à l’état pur !

griffonia

Lorsque l’on entend parler du griffonia pour la première fois, certains campagnards penseront d’abord à des chiens de chasse, qu’ils soient à courre ou d’arrêt, alors que les urbains évoqueront des races canines d’agréments originaires de Belgique. D’autres, plus portés sur le merveilleux et le fantastique, feront d’emblée référence au griffon, cet animal chimérique, mélange de lion à l’arrière du corps, et d’aigle au niveau de la tête, avec des ailes et des serres. Pour peu qu’on le visualise sous une apparence dorée, et l’on pense à Gryffondor ; nous voici ainsi transportés dans l’univers fantasmagorique d’Harry Potter. Il ne manque plus qu’un peu de mandragore, et la magie est prête à opérer…

Un peu d’histoire

Originaire de l’Afrique de l’Ouest, le griffonia pousse naturellement, dans la forêt secondaire et perturbée, et en lisière de forêt primaire, sous forme de grande liane à rameaux brun-noir glabres.

Les populations d’Afrique de l’Ouest utilisent cette espèce comme plante médicinale mais également comme aliment. La pulpe de l’écorce est notamment utilisée en cataplasme sur les plaies et les feuilles s’appliquent sur les brûlures. La décoction de feuilles est également utilisée comme purgatif alors que le jus soignerait les affections rénales et vésiculaires, ainsi que les inflammations oculaires. L’extrait de racine est utilisé localement contre l’anémie falciforme. La graine, quant à elle, est réputée notamment pour ses propriétés aphrodisiaques et est utilisée également dans les diarrhées et les gastralgies.

Quelles sont les principales propriétés pharmacologiques des gousses de Griffonia ?

Certaines études ont été menées sur l’activité du 5-hydroxytryptophane (5-HTP), principal constituant des graines de Griffonia simplicifolia, précurseur immédiat de la sérotonine dans le tissu nerveux sous l’action d’une enzyme, la L-aminoacide décarboxylase. Le 5-HTP de la plante bénéficie d’une bonne biodisponibilité, et passe la barrière hémato méningée, ce qui explique notamment en grande partie l’activité thérapeutique de la plante. D’autres études ont par ailleurs porté directement sur la plante elle-même.

Propriété antidépressive :

Des études d’observation et quelques essais randomisés ont par ailleurs montré que le 5-HTP présente un intérêt thérapeutique chez les patients atteints de dépression légère à modérée. In vivo, chez des patients atteints de troubles unipolaires et bipolaires, la prise de 5-HTP a permis une amélioration des troubles dans 69% des cas sans effets secondaires. La comparaison de l’efficacité d’un inhibiteur de la recapture de la sérotonine (fluvoxamine) à celle du 5-HTP a mis en évidence l’équivalence des 2 traitements dès 2 semaines d’administration chez des patients atteints de dépression.

Deux études ouvertes et une étude à double insu menées pendant 20 jours chez des patients dépressifs n’ont pas montré de différence entre la prise de 5-HTP et celle d’imipramine, mettant ainsi en évidence la non infériorité du 5-HTP vis-à-vis de cette molécule.

Chez des patients déprimés, l’association d’un antidépresseur tricyclique et du 5-HTP améliore significativement de score au test de Hamilton, en comparaison d’une association chlorimipramine et placebo.

Propriété anxiolytique et sédative :

In vivo, l’extrait de graine de Griffonia simplicifolia exerce notamment un effet anxiolytique. Dans une étude comparant 20 patients souffrant de trouble panique à 20 patients sains, l’administration de 5-HTP a permis de prévenir une augmentation de l’anxiété ou des symptômes dépressifs, et a induit une augmentation des taux plasmatiques de cortisol, de β-endorphine et de mélatonine plasmatiques, ce qui est logique puisque la sérotonine est métabolisée en mélatonine dans l’épiphyse.

Plusieurs études ont en effet mis en évidence l’effet hypnotique du 5-HTP. Chez des patients normaux, l’administration du 5-HTP augmente significativement la durée du sommeil paradoxal. De même chez des patients modérément insomniaques, des doses faibles de 5-HTP améliorent significativement la durée et la profondeur du sommeil.

Propriété satiétogène :

Une équipe italienne a étudié l’effet sur la satiété d’un extrait de griffonia administré pendant 4 semaines, en même temps qu’un régime hypocalorique, chez 20 femmes en surpoids. Les résultats montrent une diminution significative de la sensation d’appétit, de l’indice de masse corporelle (IMC) et des tours de bras et de taille dans le groupe traité comparé au placebo.

D’autres études ont évalué l’effet du 5-HTP sur le comportement alimentaire :

  • Chez les femmes obèses (30 < IMC < 40), la prise de 5-HTP comparée à un placebo permet une perte significative de poids avec diminution spontanée de l’apport calorique journalier (3220 Cal/j) et notamment de l’apport de glucides (diminution de 50%).
  • De même, chez des patients atteints d’un diabète de type 2, la prise de 5-HTP comparée à un placebo permet une réduction significative de la consommation calorique (réduction de la prise de glucides et de lipides) associée à une perte de poids significative.

Propriété antimigraineuse :

Chez des patients migraineux, la prise de 5-HTP pendant 6 mois présente la même efficacité qu’un antimigraineux de référence (méthysergide). Le 5-HTP présente également une efficacité comparable à un β-bloquant, et permet de réduire de manière significative la fréquence des crises migraineuses et la prise d’analgésique.

Action sur les douleurs fibromyalgiques :

Un dysfonctionnement du système de modulation de la nociception semble intervenir dans les cas de fibromyalgie. Chez des patients souffrant de fibromyalgie, des taux réduits de métabolites de la sérotonine dans le liquide céphalo-rachidien ont été décrits, ce qui suggère en effet l’implication d’un déficit en sérotonine dans la pathogénie de la maladie. Parallèlement, une évaluation de la substance P, responsable de l’augmentation de la douleur, a été observée au niveau du système nerveux central ainsi que des nerfs périphériques.

Au cours d’une étude chez des patients fibromyalgiques, l’administration de 5-HTP pendant 30 jours a permis la diminution du nombre de points douloureux et de leur intensité mais aussi de la rigidité musculaire au lever et de l’anxiété par rapport au placebo.

Une autre étude a montré qu’une association de 5-HTP avec un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO) est le traitement le plus efficace contre les douleurs liées à la fibromyalgie comparé à un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (amitriptyline) ou à un IMAO seul. De plus, l’administration de 5-HTP seul apparaît aussi efficace que l’administration de l’antidépresseur tricyclique ou de l’IMAO seuls.

Autres propriétés :

In vitro, les alcaloïdes du griffonia exercent une activité cytotoxique sur des lignées de cellules cancéreuses.

Existe-il des précautions d’emploi concernant le Griffonia ?

Contre-indications :

  • Le griffonia est contre-indiqué en cas de tumeurs carcinoïdes de l’intestin grêle.
  • Ne pas utiliser en cas de sclérodermie.
  • Contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante, ainsi que chez l’enfant ou l’adolescent de moins de 18 ans du fait de la présence d’alcaloïdes.

Précautions d’emploi :

  • Selon le dosage et la sensibilité de la personne; le 5-HTP utilisé seul pourrait par conséquent entraîner une baisse de vigilance et s’avérer dangereux en cas d’utilisation de machines ou de conduite de véhicules.
  • Compte tenu du mécanisme d’action sérotoninergique du griffonia et de l’effet calmant du griffonia, il convient de privilégier son utilisation en fin de journée et en soirée, sauf avis médical contraire.
  • Un traitement prolongé au 5-HTP peut causer des épisodes de convulsions chez les trisomiques.

Interactions médicamenteuses :

  • Du fait de la présence de 5-HTP dans le griffonia, des interactions sont possibles avec les plantes comme le millepertuis ou des médicaments modulant le niveau de sérotonine :
    • Antidépresseurs : inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, antidépresseurs tricycliques, etc. Leur association avec du griffonia nécessite un suivi médical.
    • Antagonistes de la sérotonine (méthylsergide)
  • Éviter l’association avec la carbidopa; la prise simultanée de carbidopa et de 5-HTP fait nettement augmenter le taux de 5-HTP dans le sang et peut induire une maladie semblable à la sclérodermie avec élévation de la kynurénine.

Comment prendre le Griffonia et à quel dosage ?

Forme sèche :

Forme liquide :

Le Griffonia en préparation magistrale d’extraits standardisés sous forme liquide (EPS)

En association avec la passiflore :

Dans l’agitation, l’anxiété, l’irritabilité et l’hyperactivité, notamment vespérale, les compulsions alimentaires, notamment vis-à-vis des aliments sucrés, les addictions et l’endormissement difficile.

En association avec la valériane :

Pour la rumination anxieuse, l’angoisse avec hyperactivité mentale, les comportements compulsifs ou addictifs, l’aide au sevrage tabagique ou médicamenteux (hypnotiques, anxiolytiques).

En association avec l’aubépine :

Contre l’irritabilité, l’hyperémotivité, l’hypersensibilité au stress, notamment avec éréthisme cardiaque et palpitations.

En association avec la mélisse :

Dans la lutte contre l’hypersensibilité viscérale et les douleurs abdominales psychogènes.

En association avec le mucuna :

Dans l’utilisation d’un traitement de fond de comportements addictifs, de dépression mixte (dopaminergique et sérotoninergique) d’intensité légère à modérée.

En association avec la rhodiole :

Dans l’irritabilité et l’hyperactivité avec surmenage psychique et troubles débutants de la mémoire et de l’attention et l’épuisement débutant

En association avec la grande camomille :

Pour la prévention des crises migraineuses.

En association avec le caralluma :

Contre les troubles du comportement alimentaire et l’accompagnement de la perte de poids.

En association avec la réglisse :

Dans la lutte contre la fibromyalgie, les douleurs somatiques diffuses, notamment dans un contexte d’hyperméabilité intestinale.

 

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

Clémentine. M.
Rédactrice d’articles scientifiques
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.