Régime Paléo et perte de poids sont ils compatibles ?

Photo de Total Shape sur Unsplash

Le régime Paléo, souvent appelé le régime de l’homme des cavernes, promeut un retour à l’alimentation de nos ancêtres paléolithiques. L’idée sous-jacente est que notre génétique est optimisée pour digérer les aliments disponibles à cette époque, bien avant l’avènement de l’agriculture. La question demeure toutefois : ce régime peut-il favoriser la perte de poids ?

Le régime Paléo ou Paléolithique, en bref

De prime abord, le régime paléolithique ou « paléo » cherche à remédier aux maux du XXIe siècle. En effet, ce mode alimentaire se base sur des aliments similaires à ceux qui pouvaient être consommés à l’ère paléolithique. Les adeptes du régime paléo affirment que la clef de notre santé résiderait dans le fait de manger une alimentation semblable à celle qui était consommée il y a plus de 2 millions d’années.

Notons que nos prédécesseurs utilisaient de simples outils en pierre qui n’étaient pas assez perfectionnés pour faire pousser et cultiver des plantes. Ils chassaient, pêchaient et cueillaient des plantes sauvages pour se nourrir. S’ils vivaient assez longtemps, on pensait qu’ils souffraient moins de maladies modernes comme le diabète, le cancer et les maladies cardiaques, grâce à une alimentation constituée de viandes maigres et d’aliments végétaux. D’autre part, leur niveau élevé d’activité physique (chasse intensive) était également à prendre en compte. Cependant, l’espérance de vie de nos prédécesseurs ne représentait qu’une fraction de celle des gens d’aujourd’hui.

Le régime paléolithique comprend généralement des viandes maigres, du poisson, des fruits, des légumes, des noix et des graines – des aliments que l’on pouvait autrefois obtenir par la chasse et la cueillette. Le régime paléo limite les aliments qui sont devenus courants lorsque l’agriculture est apparue, il y a environ 10 000 ans. Ces aliments comprennent les produits laitiers, les légumineuses et les céréales. Le régime paléolithique, le régime de l’âge de pierre, le régime des chasseurs-cueilleurs et le régime de l’homme des cavernes sont d’autres appellations du régime paléolithique.

Ce régime se base sur le fait que le corps humain n’est pas adapté aux régimes modernes ayant émergé avec les pratiques agricoles. En effet, l’agriculture a changé les habitudes alimentaires des gens: Ainsi, les produits laitiers, les céréales de même que les légumineuses sont devenus la base de l’alimentation humaine. Selon les adeptes du régime Paléo, ce changement alimentaire relativement tardif et rapide dépasse les capacités d’adaptation de l’organisme. Nul doute que cela aurait contribué aux épidémies actuelles d’obésité, de diabète et de maladies cardiaques.

Existe-t-il un authentique régime Paléo ?

Le régime paléo, également connu sous le nom de régime de l’homme des cavernes ou régime de l’âge de pierre, se compose de viandes maigres, de poisson, de fruits, de légumes, de noix et de graines. D’autre part, les partisans de ce régime insistent sur le choix de fruits et légumes à faible indice glycémique. Cependant, plusieurs aspects du régime paléo font débat : quels aliments existaient réellement à l’époque, les changements alimentaires dans différentes régions (comme les tropiques ou l’arctique), le fait que les fruits et légumes actuels ressemblent peu aux versions sauvages préhistoriques, et le conflit entre les adeptes du régime paléo sur ce qui est inclus/exclu du régime. En raison de ces différences, il n’existe pas un « vrai » régime paléo.

Quelques aliments autorisés dans le régime Paléo

Alors que les pommes de terre blanches étaient répertoriées comme disponibles à l’époque paléolithique, elles étaient souvent évitées dans le régime paléolithique en raison de leur indice glycémique élevé. Les aliments transformés sont également techniquement interdits en raison de l’accent mis sur les aliments frais, mais certains régimes paléo autorisent les fruits et légumes congelés car le processus de congélation préserve la plupart de leurs nutriments. Dans l’ensemble, le régime alimentaire était riche en protéines, modéré en graisses (principalement insaturées), pauvre en glucides (en particulier en limitant les glucides à index glycémique élevé), riche en fibres et pauvre en sodium et en sucre raffiné.

En règle générale, ce régime met l’accent sur la consommation de bœuf nourri à l’herbe, qui contiendrait plus d’acides gras oméga-3 que le bœuf conventionnel nourrit au maïs. Il contient en fait de petites quantités d’acide alpha-linolénique (ALA), qui est un précurseur de l’EPA et du DHA. La teneur en oméga-3 varie également considérablement en raison des différences de régime alimentaire et de métabolisme des graisses entre les races bovines. En général, le bœuf nourri à l’herbe est moins riche en oméga-3 que les poissons gras.

Le régime Paléo a-t-il un impact sur la perte de poids ?

Le régime Paléo est de plus en plus populaire parmi les personnes cherchant à perdre du poids. Mais est-ce que ce régime alimentaire peut réellement aider à atteindre cet objectif ? Dans cette section, nous allons explorer l’impact du régime Paléo sur la perte de poids et voir s’il est réellement efficace.

Amélioration de la santé

Certains essais contrôlés randomisés réalisés sur une courte durée ont montré que le régime paléo présentait des avantages à court terme plus importants que les régimes basés sur les recommandations nutritionnelles nationales. Dans le cadre d’une perte de poids, on a constaté une réduction plus importante du tour de taille, une diminution de la pression artérielle, une augmentation de la sensibilité à l’insuline ainsi qu’une baisse du taux de cholestérol.

Un essai contrôlé randomisé de plus grande envergure, a suivi pendant deux ans 70 femmes post-ménopausées souffrant d’obésité. Elles ont été soumises soit à un régime paléo, soit à un régime conforme aux recommandations nutritionnelles nordiques. En fait, le régime paléo fournissait 30 % des calories totales sous forme de protéines, 40 % de graisses  et 30 % de glucides. Il était constitué de viande maigre, de poisson, d’œufs, de légumes, de fruits, de baies, de noix, d’avocats et d’huile d’olive.

L’autre régime apportait moins de protéines et de graisses mais plus de glucides  ainsi que des produits laitiers allégés et des céréales riches en fibres. Les deux groupes ont vu leur poids et taux de masse graisseuse diminuer significativement. Cependant, le régime paléo a engendré une plus grande perte de graisse au bout de 6 mois. Les taux de triglycérides ont diminué de manière plus significative avec le régime paléo à 6 et 24 mois qu’avec le régime de base.

Les avantages apportés par le régime Paléo  peuvent inclure :

  • Une perte de poids plus importante
  • Une meilleure sensibilité à l’insuline
  • Une amélioration de la tension artérielle
  • Une baisse des triglycérides
  • Une meilleure gestion de l’appétit

Mes produits Paléo chouchou sur Soin et Nature

  • Les Omega 3
  • La Glycine
  • La Vitamine D
  • Les Probiotiques
  • Le miel
  • L’argile
  • Le cacao cru
  • La cannelle
  • Les fleurs séchées

Sources:

https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/193229680900300601

Tarantino G, et al. Hype or reality: Should patients with metabolic syndrome-related NAFLD be on the Hunter-Gatherer (Paleo) Diet to decrease morbidity? Journal of Gastrointestinal and Liver Disease. 2015;24:359.
Should we eat like our caveman ancestors? Academy of Nutrition and Dietetics. http://www.eatright.org/resource/health/weight-loss/fad-diets/should-we-eat-like-our-caveman-ancestors. Accessed March 17, 2017.
Manheimer EW, et al. Paleolithic nutrition for metabolic syndrome: Systematic review and meta-analysis. American Journal of Clinical Nutrition. 2015;102:922.
Beals KA. Is a paleolithic diet the key to achieving optimal health and athletic performance? American College of Sports Medicine Health and Fitness Journal. 2016;20:18.
Wang C, et al. Macro-process of past plant subsistence from the Upper Paleolithic to Middle Neolithic in China: A quantitative analysis of multi-archaeobotanical data. Plos One. 2016;11:e0148136.
Dietary guidelines for Americans, 2015-2020. U.S. Department of Health and Human Services. https://health.gov/dietaryguidelines/. Accessed May 28, 2017.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6647066/

Laisser un commentaire