Des méthodes naturelles pour lutter efficacement contre la transpiration excessive (hyperhidrose)

hyperhidrose

Le rôle de la transpiration est d’assurer la régulation thermique afin de maintenir la température du corps à 37 °C. On parle d’hyperhidrose lorsque la quantité de sueur produite dépasse de façon considérable celle requise pour assurer cette thermorégulation. La transpiration excessive ou hyperhidrose est la production excessive de sueur. Elle altère sérieusement la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes.

Qu’est-ce que l’hyperhidrose ?

L’hyperhidrose est une pathologie responsable de la production excessive de sueur qui touche actuellement 1 français sur 4.

Le derme se compose de tissus élastiques fibreux très vascularisés dont le rôle est de protéger et de nourrir l’épiderme, on retrouve dans le derme, les glandes sudoripares et les glandes sébacées.

Les glandes sudoripares sont chargés d’éliminer les déchets par la sueur à raison d’1 litre par jour.

Il existe 2 types de glandes sudoripares :

Les glandes apocrines :

Situées sous les aisselles, dans les zones génitales, anale et ombilicale, elles produisent une sueur à vocation sexuelle. Elles prédominent dans les régions axillaires et génitales. Les glandes apocrines fabriquent un liquide sans odeur qui se décompose sous l’influence de bactéries et acquiert alors une odeur désagréable et caractéristique.

Les glandes eccrines :

Situées dans tout le reste du corps, elles produisent la sueur d’élimination. Elles sont réparties sur l’ensemble du corps et localisées en plus grande abondance aux paumes des mains, aux plantes des pieds et aux aisselles (région axillaire). Les glandes eccrines jouent un rôle important dans la régulation thermique du corps. Sous le coup du stress ou de la chaleur, les glandes eccrines peuvent secréter jusqu’à 10 litres de sueur par jour. La transpiration (eccrine) est une réponse normale à l’augmentation de la température du corps (chaleur, exercice physique, fièvre) et à l’émotion.

La fabrication et l’ excrétion de la sueur dépendent du système nerveux sympathique et sont régulés par l’hypothalamus (glande située dans le cerveau).

Quelles sont les causes de l’hyperhidrose?

On distingue les hyperhidroses primitives ou essentielles (sans cause reconnue) des hyperhidroses secondaires à des maladies. En cas d’hyperhidrose généralisée ou d’hyperhidrose localisée dans une zone inhabituelle (autre que les paumes, les plantes ou les aisselles), il est indispensable de consulter un médecin pour en rechercher la cause, surtout si la transpiration excessive est survenue récemment.

On pense que l’hyperhidrose essentielle est secondaire à un fonctionnement excessif des circuits réflexes impliqués dans la sudation eccrine. Elle débute souvent à la puberté, culmine entre la troisième et la quatrième décennie et décroît ensuite avec l’âge. L’hyperhidrose palmoplantaire (des pieds et des mains) prédomine chez les hommes.

L’hyperhidrose est le plus souvent intermittente et majorée par le stress. Il se forme souvent un cercle vicieux, car la transpiration excessive des mains ou des aisselles est souvent embarrassante et génère un stress qui la majore.

Une hyperhidrose peut également être la conséquence d’autres pathologies telles que par exemple la ménopause, l’obésité, le diabète ou encore l’hyperthyroïdie.

Quelques conseils naturopathies afin de limiter l’hyperhidrose

  • Evitez l’alcool, le tabac, les aliments contenant de la caféine (café, thé, chocolat, ou soda à base de caféine) et la nourriture épicée, l’acide ou encore le beurre de cacahuète car ils stimulent la production de sueur
  • Réalisez une toilette des zones sujettes à l’hyper-transpiration avec un savon doux 1 à 2 fois par jour et en séchant bien pour éviter la macération qui pourrait favoriser l’apparition de mycoses
  • Privilégiez les vêtements amples en matières naturelles (coton, lin, laine) et pas de matière synthétique. Par exemple, des chaussettes en coton à changer deux fois par jour si besoin, et des chaussures en cuir ou toile plutôt qu’en plastique
  • L’épilation réduit également l’adhésion de la sueur aux poils
  • Apprendre à maitriser les situations sources de stress : techniques de relaxation par exemple
  • Utilisez un déodorant ou d’un anti-transpirant
  • Pensez à boire beaucoup d’eau pour palier à une possible déshydratation

Dans le cas de transpiration abondante et/ou intense : il convient alors de prendre un soin anti-transpirant (spray avec alcool, flacon à bille), tout en étant vigilant en cas de peau sensible pour ne pas créer d’irritation. Ces soins anti-transpirants sont souvent à appliquer le soir en cures de quelques jours

Existent-ils des traitements naturels pour lutter contre la transpiration excessive ?

Il existe en effet des plantes anti sudoripares à utiliser en cas de transpiration excessive, mais il existe à l’inverse des plantes sudorifiques à éviter comme par exemple : la bardane, la mélisse, la pensée sauvage, la bourrache, le plantain, le sureau ou encore la violette…

Parmi les plantes pour le traitement de l’hyperhidrose, des décoctions en usage externe de prêle, de cyprès et de sauge sont particulièrement efficaces au niveau des pieds (par bains locaux).

Un certain nombre d’huiles essentielles peuvent également être utilisées pour leurs effets anti-odeurs régulant la transpiration excessive : les huiles Essentielles de pin sylvestre , de citronnelle de Ceylan, de sauge sclarée ou encore de palmarosa.

L’homéopathie peut également jouer un rôle dans la perte hydrosodée importante, à savoir la souche China rubra 9CH à raison de 5 granules 3 à 4 fois par jour.

Avec le retour des beaux jours et l’augmentation progressive de la température extérieure, transpirer n’est pas une fatalité et en cas de transpiration excessive, des solutions existent ! Ne laissez plus des auréoles, des mains moites, ou des mauvaises odeurs corporelles vous gâcher la vie !

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

  • Sato K. Biology of sweat glands and their disorders II. Disorders of sweat gland function J Am Acad Dermatol. 1989
  • Benohanian A. Antiperspirants and Deodorants. Clin Dermatol. 2001
  • Sandrine Nail-Billaud, Doctipharma : Transpiration excessive; comment la prévenir-comment la soigner. 2020
  • Hölzle E, Braun-Falco O: Structural changes in axillary eccrine glands following long-term treatment with aluminium chloride hexahydrate solution. Br J Dermatol. 1984
  • White JW. Treatment of primary hyperhidrosis. Mayo Clin Proc. 1986

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *