L’histoire de l’huile essentielle d’Aneth, racontée par une Naturopathe

Propriétés pharmacologiques de l'huile essentielle d'aneth

Née, quelque part, entre Istanbul et Odessa, l’aneth est mentionné dans un traité médical égyptien, il y a de cela plus de 5 000 ans. Longtemps sédentaire ‘huile essentielle d’Aneth ne subit pas de rayonnement à travers l’Europe au début de notre ère. Même si les Romains raffolaient de son odeur anisée et en avaient fait un symbole de vitalité, cette dentelle échevelée a pris quelques temps à conquérir les pays nordiques. Ils conservent jalousement cette herbe aromatique que l’on retrouve aussi bien dans la pitance des gladiateurs que dans les recettes les plus élaborées d’Apicius, deuxième du nom, qui préféra mettre fin à ses jours lorsque ses finances ne lui permirent plus d’acheter sans limite la multitude d’épices qui trouvait grâce à ses yeux.

Un peu d’histoire

Probablement issu du Proche Orient, l’aneth s’est propagé autant au Caucase qu’à l’Égypte dans un premier temps. Les Égyptiens de l’Antiquité l’inscrivirent même dans le fameux papyrus Ebers (1500 ans av. JC). Plus tard, le papyrus magique de Leyde, rédigé en grec, mentionne l’aneth sous le surnom de « semence d’Hermès ». Plus largement, au-delà d’une seule considération d’ordre purement magique, l’aneth est relaté par Hippocrate, Dioscoride et Galien, ce qui est certainement la preuve que l’aneth a posé le pied sur le sol européen bien avant le début de notre ère.

Les Grecs anciens composèrent un remède à base d’aneth, de fenouil et de racine de verveine afin de combattre la stérilité féminine. Du côté des Romains, Pline et Virgile y font référence au tout début de l’ère chrétienne, l’un dans son Histoire naturelle, l’autre dans ses Bucoliques.

Au Moyen-Âge, ce ne sont pas moins que l’école de Salerne et Hildegarde qui l’emploient comme remède. La célèbre école de médecine italienne se fendra même de bons mots à son sujet : « l’aneth chasse les vents, amoindrit les humeurs et d’un ventre replet dissipe les grosseurs ». Quant à l’abbesse de Bingen, elle préconise l’aneth en cas de saignement de nez, de maladies pectorales, de douleurs de la rate et de goutte.

Matthiole indique que l’aneth était cultivé dans tous les jardins de son temps et qu’il comptait au nombre des ingrédients constituants des thériaques, tandis que ses graines formaient avec la camomille, le mélilot et la matricaire le club des quatre plantes carminatives des apothicaires de l’époque.

Quelles sont les propriétés pharmacologiques de l’huile essentielle de parties aériennes fructifiées d’Aneth ?

Propriétés antispasmodiques :

L’effet antispasmodique de l’huile essentielle d’aneth est démontré avec la carvone sur les muscles lisses vis-à-vis de l’acétylcholine et de l’histamine ; l’α-phellandrène réduit les contractions de l’intestin par interaction sur les récepteurs 5 hydroxytriptamine 3. Stimulante et antispasmodique digestive, elle augmente le tonus basal et les contractions de la musculature lisse intestinale, carminative.

Cette plante est également antitoxique, diurétique antispasmodique des voies urinaires et antispasmodique rénale.

Propriétés détoxifiante et hépato protectrice :

Détoxifiante et hépatoprotectrice, l’action détoxifiante de la carvone sur le foie est liée à la stimulation des cytochromes P-450 ou des enzymes de phase II comme la gluthation-S-transférase. Le limonène et la carvone présents dans l’huile essentielle d’Aneth stimulent la sécrétion biliaire, montrant un effet cholérétique et cholagogue.

Fluidifiante dans les insuffisances hépatobiliaires et pancréatiques, l’Aneth augmente de fait la sécrétion de sucs gastriques.

Propriétés hypocholestérolémiantes :

La carvone abaisse en outre le taux de cholestérol et l’accumulation hépatique des triglycérides.

Propriétés digestives :

Carminative, cholagogue et cholérétique grâce aux cétones qui lèvent les stases et redonnent le mouvement en général, l’Aneth est donc utile en cas de ballonnements, de météorismes ou encore de colopathies. Le limonène et la carvone stimulent la sécrétion biliaire.

Digestive, la carvone réduit les nausées par action sur la motilité gastrique et l’acidité gastrique lors des reflux gastro-œsophagiens. Le limonène, quant à lui, stimule la microcirculation digestive.

Autres propriétés :

Fluidifiante bronchique, mucolytique et antifongique, cette dernière action est liée à l’α-phellandrène et au limonène. L’Aneth est aussi cortison-like, il stimule l’axe hypophyso-corticosurrénalien et est de fait intéressante dans les états inflammatoires.

On lui confère également des activités antimicrobienne, antidépressive, hypolipidémiante par activation du peroxisome du PPAR-α (proliferator-activated receptor-α), ou encore tonique et stimulante générale, grâce aux monoterpènes qui deviennent positivants, car ils s’ionisent positivement et très facilement.

On note également une inhibition de l’acétylcholinestérase et de la butyrylcholinestérase.

L’huile essentielle d’Aneth requiert-elle des précautions d’emploi ?

  • Huile essentielle dermocaustique, ne pas utiliser pure sur la peau
  • Réservée à l’adulte
  • Peut provoquer une sévère irritation des yeux par voie olfactive
  • Usage cutané seul préconisé
  • Ne pas diffuser, ni inhaler, ni mettre dans l’eau du bain
  • Contre-indiquée pendant la grossesse (abortive) ou l’allaitement
  • Prudence chez les personnes atteintes de maladies auto-immunes, épileptiques, âgées ou atteintes de Parkinson, ainsi qu’aux personnes neurosensibles
  • Contre-indiquée en cas d’antécédents de convulsions et/ou d’épilepsie
  • Inductrice du cytochrome P450 (CYP 2B1 et CYP 2C), demandez conseil à votre pharmacien
  • Le limonène est métabolisé chez l’homme par le CYP2C9 et le CYP2C19
  • Éviter toute association avec la cortisone, risque d’interactions médicamenteuses

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

  • Hajhashemi V, Abbasi N. Hypolipidemic activity of Anethum graveolens in rats. Phytother Res. 2008
  • Takahashi N, Yao L, Kim M, Sasako H, Aoyagi M, Shono J, Tsuge N, Goto T, Kawada T. Dill seed extract improves abnormalities in lipid metabolism through peroxisome proliferator-activated receptor-α (PPAR-α) activation in diabetic obese mice. Mol Nutr Food Res. 2013
  • Yasdanparast R, Alavi M. Antihyperlipidaemic and anti-hypercholesterolaemic effects of Anethum graveolens leaves after the removal of furocoumarins. Cytobios. 2001
  • Kazemi M. Phenolic profile, antioxidant capacity and anti-inflammatory activity of Anethum graveolens L. essential oil. Nat Prod Res. 2014
  • Orhan I, Kartal M, Kan Y, Sener B. Activity of essential oils and individual components against acetyl- and butyrylcholinesterase. Z Naturforsch C. 2008
  • C.M. Farmaciola, huile essentielle d’Aneth, 2020
  • Franchomme P., Jollois R., Penoël D., L’Aromathérapie exactement, éd. Roger Jollois, 2001
  • Fleurentin J., Du bon usage de l’aromathérapie, éd. Ouest-France, 2018

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

2 commentaires sur “L’histoire de l’huile essentielle d’Aneth, racontée par une Naturopathe

  1. Bonjour, toujours aussi intéressant et bien documenté, vos articles sont en outre didactiques tout en restant accessibles aux néophytes que nous sommes.
    Continuez Clémentine, surtout n’arrêtez pas….
    Naturopathement vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *