L’Avoine fait la part belle à l’usage médical

avoine

L’avoine est au nord de l’Europe ce que l’orge est au sud, mais reste cependant peu présente à l’extrême nord (Russie, Scandinavie). Ses premiers usages connus remontent à plus de 4500 ans et son emploi a perduré durant l’âge de cuivre puis l’âge de bronze, dans les régions tempérées d’Europe et d’Asie.

Un peu de mythologie

L’importance de l’avoine pour les Germains lui fit jouer un rôle mythologique non négligeable : cette mythologie est riche de démons parmi lesquels nous pouvons citer l’aprilochse, l’erntebock, le graswolf, toutes figures agraires, ainsi que le loki’s hafer, c’est-à-dire le démon de l’avoine (de hafer en allemand, « avoine »).

Un peu d’histoire

Si l’on en croit l’origine sanskrite du mot avena, il est bien possible que l’avoine ait accompagné les hommes lors des grandes migrations indo-européennes jusque dans les zones occupées aujourd’hui par les populations slaves et germaniques. Ceci explique la prééminence de l’avoine pour ces peuples, en particulier les anciens Germains dont Pline connaissait le caractère alimentaire qu’ils vouaient à cette plante. Le gruau d’avoine ainsi que le pain qu’on en faisait représentaient une base alimentaire évidente. Ces peuples « mangent du pain d’avoine, surtout quand les autres céréales sont rares. »

Quelles sont les principales propriétés pharmacologiques des parties aériennes vertes d’Avoine ?

Propriétés traditionnelles :

L’avoine s’utilise traditionnellement comme aliment hivernal. En médecine chinoise la graine arrête la sudation et la plante entière arrête les métrorragies. En Occident, la tradition attribue à l’avoine une utilité comme potentialisateur minéral, du fait de sa richesse en silice, comme tonique fortifiant et anti-asthéniant (avec le fruit non décortiqué). Elle s’emploie pour calmer la nervosité et soigner les insomnies (action attribuées à la gramine). En tant que plante émolliente, sa décoction est utilisée pour prévenir la constipation et traiter l’eczéma, les engelures, les dartres.

Propriétés nutritionnelles et métaboliques :

L’avoine est une plante très nutritive du fait de sa richesse en nutriments, ce qui en fait un plante fortifiante en début de journée. Les recherches de l’OMS ont montré l’équivalence de ses protéines avec celles de la viande, du lait et des œufs.

  • Action sur la satiété :

L’avoine prolonge la sensation de satiété du fait de sa viscosité qui ralentit la sortie des aliments de l’estomac et retarde les signaux liés à l’appétit dans l’intestin.

  • Action hypoglycémiante :

Une stimulation de la sécrétion de l’insuline par les saponines a pu être démontrée.

  • Action hypocholestérolémiante et hypotriglycéridémiante :

L’avoine réduit le cholestérol total et le cholestérol LDL comme cela a été montré dans un essai clinique randomisé en 2010. Cette baisse s’accompagne d’une réduction du tour de taille lorsque la plante est utilisée dans le cadre d’un régime hypocalorique.

L’avoine freine l’inhibition de l’activité de l’HMG-CoA réductase, enzyme impliquée dans la synthèse du cholestérol. Elle séquestre l’acide cholique et l’acide chénodésoxycholique (principaux acides biliaires) dans les selles et augmente leur élimination fécale. Cette activité est due aux β-glucanes de la plante, des polymères de glucose reliés par des liaisons béta-1,3 ou béta 1,4 (contrairement à la cellulose qui ne contient que des fibres de type béta 1,4), ce qui leur confère des propriétés de solubilité et de viscosité intéressantes, ce qui leur permet de fixer le cholestérol et des sels biliaires dans les selles.

  • Action intestinale :

Le son d’avoine se consomme couramment pour traiter la constipation. Grâce à ses fibres solubles et insolubles, l’avoine peut favoriser la santé digestive. In vitro, elle exerce un effet prébiotique permettant de moduler le microbiote intestinal.

Propriétés neuropsychiques :

Les propriétés stimulantes neuromusculaires de l’avoine sont attribuées à la trigonelline. Par ailleurs, l’avénine est tonifiante. De fait, l’avoine renforce les fonctions musculaires durant les entraînements et exercices physiques. On la fait d’ailleurs consommer aux chevaux avant la course hippique pour les stimuler et leur donner du fringant.

Son action sédative modérée et régulatrice du sommeil est attribuée à la gramine, dont la structure moléculaire est proche de celle de la sérotonine et de la dopamine. La présence de tryptophane favorise la synthèse de sérotonine. Cela expliquerait l’usage proposé de la teinture-mère dans le sevrage tabagique, voire dans le sevrage des opiacés.

Autres propriétés :

  • Effet stimulant thyroïdien :

Cette activité constatée et très utilisée en pratique médicale est à rattacher aux propriétés nutritionnelles de la plante.

  • Action hormonale modérée :

L’avoine favorise la libération de la testostérone sur sa protéine de transport (SHBG).

  • Action émolliente en usage externe :

L’avoine exerce une activité apaisante pour les peaux sensibles ou irritées, ce qui explique l’intérêt de certains cosmétiques à base d’avoine dans certaines dermites irritatives.

  • Antioxydante :

Les propriétés antioxydantes de l’avoine font l’objet de travaux croissants, notamment pour évaluer leurs bénéfices dans la santé cardiovasculaire.

  • Antitumorale, diurétique

Existe-il des précautions d’emploi concernant l’Avoine ?

Contre-indication :

  • Déconseillée en cas d’hyperthyroïdie (notamment la maladie de Basedow).
  • Selon l’EMA, la prise d’avoine n’est pas recommandée pendant la grossesse ou l’allaitement ainsi que chez les enfants de moins de 12 ans.

Précautions d’emploi :

  • Eviter de consommer le son ou les flocons d’avoine en quantité excessive.
  • Selon l’EMA, les préparations d’avoine pourraient altérer l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines à cause de la présence d’alcaloïdes.

Interactions médicamenteuses :

  • Il est souhaitable de consommer le son d’avoine à distance de 2 heures de toute prise de médicaments.

Comment prendre l’Avoine et à quel dosage ?

Forme sèche :

  • Avoine à usage alimentaire, sous forme de flocons ou de farine.

Forme liquide :

Usage externe (à visée émolliente) :

  • Application de compresses imprégnées d’extrait non alcoolisé ou de décoction d’avoine.
  • Bains d’avoine : verser directement dans le bain 1L de décoction (100 g/L à faire bouillir 20 minutes puis filtrer) ou bien 50 à 60 g de farine d’avoine.

L’Avoine en préparation magistrale d’extraits standardisés sous forme liquide (EPS)

En association avec la prêle et l’alfalfa :

Dans le cas d’ostéopénie, d’ostéoporose en péri ménopause et ménopause installée, notamment dans un contexte d’hypothyroïdie fruste ou débutante.

En association avec le ginseng et la rhodiole :

Pour le surmenage physique et psychique, avec perte de poids et fonction thyroïdienne faible.

En association avec le tribulus et l’ortie racine :

Dans l’asthénie sexuelle, la chute de cheveux, la perte de vitalité et la sarcopénie.

En association avec le ginkgo biloba :

Contre le surmenage intellectuel de la post-cinquantaine, le risque cardio-vasculaire et métabolique accru dans un contexte de fatigue, de prise de poids et /ou de thyroïde faible.

 

Sources bibliographiques médicales et essais cliniques :

 

Clémentine. M.
Naturopathe – Aromathérapeute / Herboriste – Phytothérapeute
Consultante en phyto-aromathérapie Clinique et Ethnomédecine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *